Test

Space Hulk Tactics, Battlefleet 2, Necromunda : On a vu les prochains jeux Warhammer 40K de Focus

Jeux-Video

Par Gaël Weiss le

L’éditeur français Focus Home Interactive tenait la semaine son évènement What’s Next ? afin de présenter son catalogue de jeux à venir dès 2018. Le « petit » français, désormais spécialiste des jeux à licence Warhammer, avait dédié une pièce entière aux titres de Games Workshop. Space Hulk Tactics, Battlefleet : Gothic Armada 2 et Necromunda étaient de la partie et voici nos premières impressions.

Space Hulk : Tactics

Après deux épisodes de Bloodbowl très réussis, le studio français Cyanide s’attaque à une nouvelle licence de Games Workshop : Space Hulk. Issu du jeu de plateau éponyme, Space Hulk : Tactics se présente comme un jeu de stratégie au tour par tour dans lequel le joueur prendra le commandement d’une escouade de Space Marines. Le but est d’empêcher que le Space Hulk, un immense amas d’épaves de vaisseaux spatiaux, s’écrase sur une planète de l’Imperium. Que ce soit dans la campagne solo ou en mode multijoueur, il sera également possible d’incarner les Genestealers, et d’empêcher les Space Marines d’arrêter l’épave.

À l’inverse de Space Hulk : Deathwing, sortie en 2016, il n’est pas question de FPS à l’action frénétique. Space Hulk : Tactics se présente comme un jeu en vue de dessus, où il faut gérer précautionneusement une équipe de spécialistes (tank, healer, archiviste…) et les placer correctement dans un agencement de couloirs tortueux. Si la géographie de la carte est connue dès le lancement d’une partie, ce n’est pas le cas de l’agencement des ennemis. Au joueur alors de déployer stratégiquement son escouade en fonction de l’objectif (défendre ou prendre d’assaut une salle, détruire tous les ennemis, protéger une unité, etc.) et surtout de ses points d’actions qui, une fois épuisés, mettent fin au tour du joueur.

Car Tactics se veut particulièrement fidèle au jeu de plateau. Compétences, armes, déplacement, Cyanide semble avoir scrupuleusement respecté ce qui fait le sel du jeu original. Le développeur a également ajouté quelques fonctionnalités supplémentaires, comme des cartes associées spécifiquement à chacune des unités, des bonus et compétences spéciales (malus d’attaque pour l’adversaire, téléportation, etc.) que les Terminator ou Genestealers peuvent utiliser une unique fois dans la partie.

Concrètement, dans la partie qui nous a été présentée, un groupe de Blood Angels devait atteindre une salle particulière du Space Hulk pour la faire flamber. Pour le joueur Space Marines, l’objectif était de tenir les Genestealers à distance. On commence donc par sceller des portes à l’aide d’une compétence du medic, on fait monter la garde aux tanks afin de surveiller les couloirs et on ordonne aux archivistes de balancer quelques sorts de zone pour bloquer l’arrivée des ennemis. Le joueur Genestealer quant à lui, place des points de spawn pour ses créatures de base, et a la possibilité d’utiliser les plafonds pour faire apparaître ses unités spéciales.

Space Hulk : Tactics présente forcément un défi stratégique intéressant et sûrement très profond compte tenu du grand nombre de classes, de compétences et d’armes de chacune des unités. Mais l’ensemble m’a semblé très austère et un peu rigide. Une impression renforcée par le fait que l’ensemble de l’action se déroule dans des couloirs aux textures soignées (des architectures provenant de vaisseaux Eldar, Orcs et Imperium seront d’ailleurs disponibles) mais forcément monotones. Je ne doute pas que Space Hulk : Tactics plaira aux amateurs de stratégie au tour par tour, mais son univers et ses règles très strictes semblent pour l’instant le réserver essentiellement aux (vieux ?) fans de la licence.