Test

Test : Amazon Kindle

Gadget

Par Anh Phan le

Annoncé officiellement ICI pour l’International en début de mois, j’ai personnellement craqué pour le produit. En fait, je ne pensais en faire un test mais hier, j’ai juste voulu en parler sur mon blog perso et j’ai réalisé que ce qui devait juste être un petit texte enthousiaste s’est transformé en test alors autant le partager avec le plus grand nombre, hein ?

kindle-live-01

Bref, si vous m’avez un peu suivi depuis l’annonce du produit ou sur mon Twitter, vous savez déjà que j’ai craqué pour un Kindle, le livre électronique d’Amazon. Avant même la présentation presse, je l’avais déjà commandé, du coup, la présentation presse n’était là que pour me conforter dans mon achat …
C’est tellement geek tout ça, craquer pour un produit, l’acheter, l’adorer et essayer de se rassurer derrière quand les tests arrivent enfin ! Dure dure la vie d’Early Adopter.

kindle-live-02

kindle-live-03

A vrai dire, j’avais déjà craqué en début d’année aux Etats-Unis lorsque je l’avais découvert au CES 2009. J’avais été surpris par la lisibilité de ce type d’écran avec la technologie de l’encre électronique. Malheureusement, ce n’était réservé qu’aux américains. Il y avait aussi les e-Readers chez Sony qui étaient ouvert à l’international mais l’offre au niveau des livres ne suivait pas du tout. Il faut savoir qu’Amazon est juste le premier libraire mondial et c’est juste impressionnant le nombre de bons titres qui traînent chez Amazon. J’avais aussi regardé l’offre de Sony en France avec la Fnac/Hachette et honnêtement, ça pouvait le faire mais je n’ai jamais franchi le pas, je ne sais pas pourquoi … Peut-être parce qu’il manquait ce côté 3G.

kindle-live-04

En effet, une des choses que je trouve formidable avec le Kindle d’Amazon, c’est sa connectivité 3G (via AT&T et ses partenaires pour le roaming en France). Rassurez-vous, il n’y a pas d’abonnement à payer. La 3G vous sert à acheter et à recevoir vos livres. Du coup, vous vous connecter au Kindle Store (via votre ordinateur ou via la Kindle), vous acheter vos livres et hop, ils sont automatiquement sur votre Kindle. Et donc, même quand vous êtes à l’étranger, ça arrive sur votre Kindle, pas besoin d’ordinateur, c’est pas beau la vie ?
A côté, vous pourrez aussi, dans le cas des quotidiens et des magazines, essayer 14 jours avant de réellement vous abonner. Quant aux livres, vous pouvez télécharger le premier chapitre et évidemment, si ça vous plaît, vous pourrez acheter le reste, le tout toujours depuis votre ordinateur ou votre Kindle SVP.

kindle-live-05

Evidemment, et Amazon a clairement communiqué dessus, c’est réservé aux anglophiles. Il y a bien quelques ouvrages et quelques quotidiens comme Le Monde ou Les Echos mais ça reste un microcosme dans le monde merveilleux des Kindle. Et pour en revenir à mon cas, ce n’est pas un problème, surtout que le Kindle intègre un dictionnaire Oxford. Du coup, pendant votre lecture, où que ce soit, vous pouvez faire appel au dictionnaire pour vous aider et vous ne quitter pas votre lecture puisque la première définition s’affiche comme une petite note en bas de page. Vous pourrez toujours en savoir plus sur un mot mais c’est vous qui choisissez !

kindle-live-06

Arrive ensuite le côté papier, c’est clair que lire un bouquin, l’user, le tordre, le toucher, ne pas avoir peur de le laisser tomber, ça n’a pas prix, et je ne pense pas qu’un livre électronique ne remplacera un jour ce feeling. Mais pour un geek, avoir une technologie hi-tech, c’est toujours plus sympa 😉 , le prix est aussi un facteur important puisque la version électronique coûtera toujours moins cher que la version papier. Mais là où je vois surtout un gros avantage, c’est en déplacement, c’est vraiment un gros gros plus d’avoir plusieurs bouquins et magazines dans 300g et non pas dans 3kg. Oui, je pourrais jeter mes bouquins que je finis durant mes déplacements mais je n’aime pas faire ça ! J’aime garder mes bouquins, mes magazines, non pas pour le côté matériel mais surtout pour le contenu. Je suis sans doute trop matérialiste 😛 mais pour peu qu’il y ait une envie de relecture, ça me ferait bien bien chier de devoir racheter un livre que j’aurais déjà acheté.

kindle-live-07

Pour le confort de lecture, et bien je peux vous dire que l’écran est juste fabuleux, il n’y a pas de rétro-éclairage et ça ne fatigue pas les yeux pour le coup. Mais surtout ça marche comme un vrai livre, c’est à dire qu’en plein soleil (certes, je n’ai pas pu tester ces derniers jours), ça marche nickel et le soir, c’est un passage obligatoire par une lampe de chevet ou une de ces petites éclaireuses dédiées aux livres. A noter que l’écran est mat, vous n’aurez donc pas de reflets à la c.. 😉
Bon certes, le rafraîchissement entre les pages est un peu lent mais rien de rédhibitoire non plus. Je pensais que ça allait me gêner pour les bouquins parce que ça manque un peu de vitesse mais je suis en train de lire Anges et Démons de Dan Brown et j’en suis à un peu moins de 10% parce que je l’ai commencé hier, et très honnêtement, aucun soucis ! C’est passé comme une lettre à la Poste.
A côté, et afin de rendre la lecture plus simple, vous pourrez aussi paramètrer la taille de la police, la disposition des textes, en colonne ou pas, un peu comme dans les quotidiens. Vous pourrez aussi annoter vos textes, mettre des signets, et tout et tout ! Bref, tout ce que les lecteurs de livres aiment faire.

kindle-live-08

Concernant la concurrence. Il est clair que les deux e-Readers de Sony ou encore le récent Nook de Barnes & Noble s’annoncent grandioses techniquement mais comme pour tout maintenant, c’est surtout l’écosytème autour et donc l’offre qui se doit d’être importante. Et là, Amazon a un avantage certain, un peu comme Apple et iTunes. Du coup, il suffira à Amazon de sortir un objet technologiquement similaire et ça sera gagné pour eux.

kindle-live-09

Et pour les défauts ? Et bien il y en a pas mal quand même. J’aurais aimé un rafraîssement plus rapide, peut-être un écran un chouilla plus grand, du tactile, un rétro-éclairage au cas où, un peu moins de largeur, la possibilité de checker mes mails, de surfer ou encore de prendre des notes. En effet, à part des fichiers *.TXT et *.MP3 que vous pouvez mettre directement sur votre Kindle, pour le reste comme les fichiers *.JPEG, *.PDF et j’en passe, il faudra donc passer par Amazon pour les charger sur votre Kindle. En effet, Amazon se garde le droit de vérifier vos fichiers pour justement des questions de droits. Et donc, sans hack, oubliez les ebooks téléchargés illégalement ou encore les scans de mangas ou de comics 🙂
J’aurais aimé aussi pouvoir prêter mes livres mais ce n’est pas possible puisque c’est le prix à payer de la dématérialisation et donc, pas de marché de l’occasion. C’est d’ailleurs le problème qu’on voit actuellement dans d’autres secteurs comme la musique, la vidéo ou encore les jeux-vidéos.

kindle-live-10

kindle-live-11

En conclusion, si vous n’avez pas de problème avec l’anglais et que vous aimez lire, n’hésitez pas, ça le fait. Le livre électronique n’est pas là pour remplacer le papier mais le complète fort bien. Et en plus, c’est écologique, non ? Sinon, il va falloir attendre une offre plus conséquente des éditeurs français si vous voulez vous y essayer et que l’anglais est votre bête noire.

Pour ma part, le Kindle fait maintenant partie des objets qui se doivent d’être avec moi dans mon sac, au même titre qu’une DSi ou une PSP Go (oui, on prend les dernières versions, hein ?) ou encore un laptop voire même un livre 😉 .

Annoncé officiellement ICI pour l’International en début de mois, j’ai personnellement craqué pour le produit. En fait, je ne pensais en faire un test mais hier, j’ai juste voulu en parler sur mon blog perso et j’ai réalisé que ce qui devait juste être un petit texte enthousiaste s’est transformé en test alors autant le partager avec le plus grand nombre, hein ?

kindle-live-01

Bref, si vous m’avez un peu suivi depuis l’annonce du produit ou sur mon Twitter, vous savez déjà que j’ai craqué pour un Kindle, le livre électronique d’Amazon. Avant même la présentation presse, je l’avais déjà commandé, du coup, la présentation presse n’était là que pour me conforter dans mon achat …
C’est tellement geek tout ça, craquer pour un produit, l’acheter, l’adorer et essayer de se rassurer derrière quand les tests arrivent enfin ! Dure dure la vie d’Early Adopter.

kindle-live-02

kindle-live-03

A vrai dire, j’avais déjà craqué en début d’année aux Etats-Unis lorsque je l’avais découvert au CES 2009. J’avais été surpris par la lisibilité de ce type d’écran avec la technologie de l’encre électronique. Malheureusement, ce n’était réservé qu’aux américains. Il y avait aussi les e-Readers chez Sony qui étaient ouvert à l’international mais l’offre au niveau des livres ne suivait pas du tout. Il faut savoir qu’Amazon est juste le premier libraire mondial et c’est juste impressionnant le nombre de bons titres qui traînent chez Amazon. J’avais aussi regardé l’offre de Sony en France avec la Fnac/Hachette et honnêtement, ça pouvait le faire mais je n’ai jamais franchi le pas, je ne sais pas pourquoi … Peut-être parce qu’il manquait ce côté 3G.

kindle-live-04

En effet, une des choses que je trouve formidable avec le Kindle d’Amazon, c’est sa connectivité 3G (via AT&T et ses partenaires pour le roaming en France). Rassurez-vous, il n’y a pas d’abonnement à payer. La 3G vous sert à acheter et à recevoir vos livres. Du coup, vous vous connecter au Kindle Store (via votre ordinateur ou via la Kindle), vous acheter vos livres et hop, ils sont automatiquement sur votre Kindle. Et donc, même quand vous êtes à l’étranger, ça arrive sur votre Kindle, pas besoin d’ordinateur, c’est pas beau la vie ?
A côté, vous pourrez aussi, dans le cas des quotidiens et des magazines, essayer 14 jours avant de réellement vous abonner. Quant aux livres, vous pouvez télécharger le premier chapitre et évidemment, si ça vous plaît, vous pourrez acheter le reste, le tout toujours depuis votre ordinateur ou votre Kindle SVP.

kindle-live-05

Evidemment, et Amazon a clairement communiqué dessus, c’est réservé aux anglophiles. Il y a bien quelques ouvrages et quelques quotidiens comme Le Monde ou Les Echos mais ça reste un microcosme dans le monde merveilleux des Kindle. Et pour en revenir à mon cas, ce n’est pas un problème, surtout que le Kindle intègre un dictionnaire Oxford. Du coup, pendant votre lecture, où que ce soit, vous pouvez faire appel au dictionnaire pour vous aider et vous ne quitter pas votre lecture puisque la première définition s’affiche comme une petite note en bas de page. Vous pourrez toujours en savoir plus sur un mot mais c’est vous qui choisissez !

kindle-live-06

Arrive ensuite le côté papier, c’est clair que lire un bouquin, l’user, le tordre, le toucher, ne pas avoir peur de le laisser tomber, ça n’a pas prix, et je ne pense pas qu’un livre électronique ne remplacera un jour ce feeling. Mais pour un geek, avoir une technologie hi-tech, c’est toujours plus sympa 😉 , le prix est aussi un facteur important puisque la version électronique coûtera toujours moins cher que la version papier. Mais là où je vois surtout un gros avantage, c’est en déplacement, c’est vraiment un gros gros plus d’avoir plusieurs bouquins et magazines dans 300g et non pas dans 3kg. Oui, je pourrais jeter mes bouquins que je finis durant mes déplacements mais je n’aime pas faire ça ! J’aime garder mes bouquins, mes magazines, non pas pour le côté matériel mais surtout pour le contenu. Je suis sans doute trop matérialiste 😛 mais pour peu qu’il y ait une envie de relecture, ça me ferait bien bien chier de devoir racheter un livre que j’aurais déjà acheté.

kindle-live-07

Pour le confort de lecture, et bien je peux vous dire que l’écran est juste fabuleux, il n’y a pas de rétro-éclairage et ça ne fatigue pas les yeux pour le coup. Mais surtout ça marche comme un vrai livre, c’est à dire qu’en plein soleil (certes, je n’ai pas pu tester ces derniers jours), ça marche nickel et le soir, c’est un passage obligatoire par une lampe de chevet ou une de ces petites éclaireuses dédiées aux livres. A noter que l’écran est mat, vous n’aurez donc pas de reflets à la c.. 😉
Bon certes, le rafraîchissement entre les pages est un peu lent mais rien de rédhibitoire non plus. Je pensais que ça allait me gêner pour les bouquins parce que ça manque un peu de vitesse mais je suis en train de lire Anges et Démons de Dan Brown et j’en suis à un peu moins de 10% parce que je l’ai commencé hier, et très honnêtement, aucun soucis ! C’est passé comme une lettre à la Poste.
A côté, et afin de rendre la lecture plus simple, vous pourrez aussi paramètrer la taille de la police, la disposition des textes, en colonne ou pas, un peu comme dans les quotidiens. Vous pourrez aussi annoter vos textes, mettre des signets, et tout et tout ! Bref, tout ce que les lecteurs de livres aiment faire.

kindle-live-08

Concernant la concurrence. Il est clair que les deux e-Readers de Sony ou encore le récent Nook de Barnes & Noble s’annoncent grandioses techniquement mais comme pour tout maintenant, c’est surtout l’écosytème autour et donc l’offre qui se doit d’être importante. Et là, Amazon a un avantage certain, un peu comme Apple et iTunes. Du coup, il suffira à Amazon de sortir un objet technologiquement similaire et ça sera gagné pour eux.

kindle-live-09

Et pour les défauts ? Et bien il y en a pas mal quand même. J’aurais aimé un rafraîssement plus rapide, peut-être un écran un chouilla plus grand, du tactile, un rétro-éclairage au cas où, un peu moins de largeur, la possibilité de checker mes mails, de surfer ou encore de prendre des notes. En effet, à part des fichiers *.TXT et *.MP3 que vous pouvez mettre directement sur votre Kindle, pour le reste comme les fichiers *.JPEG, *.PDF et j’en passe, il faudra donc passer par Amazon pour les charger sur votre Kindle. En effet, Amazon se garde le droit de vérifier vos fichiers pour justement des questions de droits. Et donc, sans hack, oubliez les ebooks téléchargés illégalement ou encore les scans de mangas ou de comics 🙂
J’aurais aimé aussi pouvoir prêter mes livres mais ce n’est pas possible puisque c’est le prix à payer de la dématérialisation et donc, pas de marché de l’occasion. C’est d’ailleurs le problème qu’on voit actuellement dans d’autres secteurs comme la musique, la vidéo ou encore les jeux-vidéos.

kindle-live-10

kindle-live-11

En conclusion, si vous n’avez pas de problème avec l’anglais et que vous aimez lire, n’hésitez pas, ça le fait. Le livre électronique n’est pas là pour remplacer le papier mais le complète fort bien. Et en plus, c’est écologique, non ? Sinon, il va falloir attendre une offre plus conséquente des éditeurs français si vous voulez vous y essayer et que l’anglais est votre bête noire.

Pour ma part, le Kindle fait maintenant partie des objets qui se doivent d’être avec moi dans mon sac, au même titre qu’une DSi ou une PSP Go (oui, on prend les dernières versions, hein ?) ou encore un laptop voire même un livre 😉 .