Test

Test : casques Focal Spirit One et Soul by Ludacris SL 150

Audio

Par Laurent le

Aujourd’hui, nous vous proposons un test groupé de deux casques nomades, deux outsiders conçus par deux nouvelles marques fraîchement débarquées sur le marché du casque.

D’un côté Focal, société française bien connue des amateurs de matériel Hi-Fi, dont la réputation n’est plus à faire. Avec son Spirit One, Focal compte bien marcher sur les plates-bandes de Sennheiser et détrôner le HD-25, référence ultime du casque nomade depuis de très nombreuses années.

De l’autre côté, Soul by Ludacris, nouvelle marque à laquelle le rappeur Ludacris a prêté son nom, compte bien ennuyer Dr Dre et son Beats, lui aussi bien établi sur le marché des casques nomades design.

Ces deux outsiders ont-ils réussi leur mission ? Prendront-ils la place de référence ou sont-ils seulement des pétards mouillés ? Notre avis dans la suite de ce test groupé.


Prix publics :
– Focal Spirit One : 200€
– Soul SL 150 : 180€

Durée du test : 3 semaines

Utilisation cible (A quoi ça sert ce truc ?)

Le Spirit One et le SL150 sont tous deux des casques nomades fermés, conçus pour être utilisés en conditions de bruit, sur des sources limitées (baladeurs audio, smartphones). Ils sont également tous deux circum-auraux, ils englobent donc complètement l’oreille (contrairement aux casques supra-auraux comme le HD25, qui se posent sur les oreilles).
Tout cela s’annonce de bonne augure pour l’isolation et le confort.

Packaging

Dans les deux cas, les casques sont fournis avec un certain nombre d’accessoires intéressants.

Le SL150 est livré dans une boîte cartonnée, contenant :
– Le casque lui-même dans une housse de transport rigide plutôt réussie
– Un câble détachable classique
– Un câble détachable avec télécommande Apple
– Un adaptateur 6,35mm
– Un chiffon
– Les papiers usuels (manuel, garantie)

Le Spirit One pour sa part est livré également en boite cartonnée contenant :
– Le casque lui-même dans une housse de transport rigide également très réussie
– Une housse souple
– Un câble détachable avec télécommande Apple
– Un adaptateur 6,35mm
– Un adapteur avion
– Une rallonge jack

Bref, rien à redire, les deux packages sont plutôt complets, et les deux housses rigides sont de bonne qualité.

Connectique

La connectique est tout à fait correcte. Les 2 modèles sont équipés d’une télécommande made for Ipod, que je ne peux pas tester vu que je ne suis pas un utilisateur des produits de la pomme.
Le câble détachable est un vrai plus.

Finition

Les deux casques ont des design réussis, chacun reflétant l’image que veut donner la marque.

Le Spirit One donne en premier abord l’impression d’un casque bien fini, et un examen plus poussé le confirme. Le casque semble solidement construit malgré quelques parties plastiques. Seules les jonctions entre l’arceau et les pads, articulées, laissent envisager une casse éventuelle à force de mouvement. Le look général est plutôt passe-partout.
Le câble en tissu fait également bonne impression, et aura l’avantage de ne pas s’emmêler.

Le SL150, dans sa robe de plastique brillant, fait très bling bling, et il est vrai un peu cheap. Le peu de parties articulées et la construction générale rassurent, mais cet aspect plastique, en plus très propice aux traces de doigts et à la poussière, laisse à désirer.
Le câble quant à lui laisse également une impression mitigée, tout en plastique un peu écrasé.

En utilisation

Les deux casques marquent des points en ce qui concerne le confort : la construction circum-aurale, alliée à des pads agréables au toucher, les rend vraiment confortables. Le Spirit One serre tout de même relativement la tête, et ne se laisse pas supporter plus d’une ou deux heures pour ma part. Le SL150 quant à lui serre moins, et m’a permis de me livrer à des sessions d’écoute de plusieurs heures sans gêne aucune.
Dans les deux cas le port sur la tête est parfait, les deux casques ne bougent pas.

L’isolation n’est pas en reste : Les deux modèles délivrent une très bonne performance de ce côté-là, bien meilleure que de nombreux de leurs concurrents. Le Soul SL150 a même une petite longueur d’avance sur le Focal Spirit One.

Concernant les câbles, aucun problème de parasite ou d’interférence notable dans les deux cas. Les deux câbles ne s’emmêlent quasiment pas, un réel bonheur.

La housse rigide fournie par Focal est plutôt plate, là où celle de Soul by Ludacris est plus ronde. Personnellement je ne suis pas fan du format boule, bien moins simple à ranger dans un sac à dos ou une sacoche de PC portable. Néanmoins les deux sont de très bonne qualité, et protégeront efficacement chaque casque des pressions ou écrasements divers.

Son

Les sessions d’écoutes comparatives ont été réalisées avec un Cowon J3.

Quelques albums utilisés (liste non exhaustive) :
Black Keys – The Big Come Up
Machine Head – Unto The Locust
NERD – Nothing
Chinese Man – Racing With The Sun
EZ3kiel – Naphtaline
Toots & The Maytals – The Definitive Collection
Jamiroquai – Emergency On Planet Earth
Herbaliser – Herbaliser Band Session 1 & 2
Red Fang – Murder The Mountains
Jaco Pastorius – Heavy n’ Jazz

Soul SL150 :

Une fois le casque sur les oreilles, on s’attend à un bombardement de basses baveuses, signature sonore soi-disant recherchée par tous les amateurs de Hip-Hop. Eh bien non, le SL150 délivre un message sonore aéré, plein de détails et de nuances. Certes le bas du spectre est légèrement boosté, mais cela est fait de très belle manière, sans trop empiéter sur le reste du spectre. Le SL150 descend de plus très bas, et ce regain de basses est appréciable en milieu bruyant, puisqu’il permettra de profiter tout de même des basses de la musique écoutée (partie la plus sujette aux dégradations dues à au bruit de l’environnement).

Sur le reste du spectre, pas de manque flagrant à noter. Le SL150 séduit par sa signature chaleureuse, sa grande aération et sa dynamique, lui permettant de retranscrire de bien belle manière l’énergie de tel morceau ou l’émotion de tel autre.

Une belle réussite sur le plan sonore, sans défaut majeur.

Focal Spirit One :

Je m’attendais à un casque plutôt neutre, ce n’est pas le cas : La signature sonore est chaleureuse, plaisante, sans tomber dans l’excès : on se retrouve avec une écoute chaude et détaillée, tout en nuances (la dynamique du casque est excellente), sachant rendre l’énergie du morceau. Les basses sont très propres, sans être mises en avant, les aigus sont très bien rendus, jamais agressifs. Les médiums semblent moins bien traités que le reste du spectre en revanche. Le Spirit One est tout de même affublé d’un côté un poil sombre, c’est dommage.

On regrettera également le manque de largeur de scène, mais n’oublions pas que nous sommes en présence d’un casque nomade qui isole bien, il ne peut donc pas tout faire.

Ce descriptif peut sembler un peu réservé, pourtant le Spirit One délivre une performance excellente, et ce quel que soit le style musical. Je suis personnellement conquis par ce casque, et espère qu’il fera des émules chez les concurrents, tirant vers le haut le marché du casque nomade.

Conclusion générale

Le Soul SL150 et le Focal Spirit One s’en sortent donc très très bien dans le domaine du nomade : transportables, confortables, isolants, et dotés de réelles qualités audio.

Si l’on s’attendait à ce que Focal fasse une entrée fracassante dans l’univers de l’audio nomade, ce que ce test nous a permis de constater, nous étions beaucoup plus dubitatifs à propos du SL150 au début de ce test. Force est de constater que Soul by Ludacris a fait du bon boulot, et le SL150 est un casque plus que recommandable pour tout un chacun, et pas forcément qu’aux amateurs de Hip-Hop.

Ne nous cachons pas de le dire, le Spirit One de Focal est un excellent casque nomade, l’un des meilleurs du marché (si ce n’est le meilleur) pour qui cherche l’isolation et une certaine qualité audio.

Aujourd’hui, nous vous proposons un test groupé de deux casques nomades, deux outsiders conçus par deux nouvelles marques fraîchement débarquées sur le marché du casque.

D’un côté Focal, société française bien connue des amateurs de matériel Hi-Fi, dont la réputation n’est plus à faire. Avec son Spirit One, Focal compte bien marcher sur les plates-bandes de Sennheiser et détrôner le HD-25, référence ultime du casque nomade depuis de très nombreuses années.

De l’autre côté, Soul by Ludacris, nouvelle marque à laquelle le rappeur Ludacris a prêté son nom, compte bien ennuyer Dr Dre et son Beats, lui aussi bien établi sur le marché des casques nomades design.

Ces deux outsiders ont-ils réussi leur mission ? Prendront-ils la place de référence ou sont-ils seulement des pétards mouillés ? Notre avis dans la suite de ce test groupé.


Prix publics :
– Focal Spirit One : 200€
– Soul SL 150 : 180€

Durée du test : 3 semaines

Utilisation cible (A quoi ça sert ce truc ?)

Le Spirit One et le SL150 sont tous deux des casques nomades fermés, conçus pour être utilisés en conditions de bruit, sur des sources limitées (baladeurs audio, smartphones). Ils sont également tous deux circum-auraux, ils englobent donc complètement l’oreille (contrairement aux casques supra-auraux comme le HD25, qui se posent sur les oreilles).
Tout cela s’annonce de bonne augure pour l’isolation et le confort.

Packaging

Dans les deux cas, les casques sont fournis avec un certain nombre d’accessoires intéressants.

Le SL150 est livré dans une boîte cartonnée, contenant :
– Le casque lui-même dans une housse de transport rigide plutôt réussie
– Un câble détachable classique
– Un câble détachable avec télécommande Apple
– Un adaptateur 6,35mm
– Un chiffon
– Les papiers usuels (manuel, garantie)

Le Spirit One pour sa part est livré également en boite cartonnée contenant :
– Le casque lui-même dans une housse de transport rigide également très réussie
– Une housse souple
– Un câble détachable avec télécommande Apple
– Un adaptateur 6,35mm
– Un adapteur avion
– Une rallonge jack

Bref, rien à redire, les deux packages sont plutôt complets, et les deux housses rigides sont de bonne qualité.

Connectique

La connectique est tout à fait correcte. Les 2 modèles sont équipés d’une télécommande made for Ipod, que je ne peux pas tester vu que je ne suis pas un utilisateur des produits de la pomme.
Le câble détachable est un vrai plus.

Finition

Les deux casques ont des design réussis, chacun reflétant l’image que veut donner la marque.

Le Spirit One donne en premier abord l’impression d’un casque bien fini, et un examen plus poussé le confirme. Le casque semble solidement construit malgré quelques parties plastiques. Seules les jonctions entre l’arceau et les pads, articulées, laissent envisager une casse éventuelle à force de mouvement. Le look général est plutôt passe-partout.
Le câble en tissu fait également bonne impression, et aura l’avantage de ne pas s’emmêler.

Le SL150, dans sa robe de plastique brillant, fait très bling bling, et il est vrai un peu cheap. Le peu de parties articulées et la construction générale rassurent, mais cet aspect plastique, en plus très propice aux traces de doigts et à la poussière, laisse à désirer.
Le câble quant à lui laisse également une impression mitigée, tout en plastique un peu écrasé.

En utilisation

Les deux casques marquent des points en ce qui concerne le confort : la construction circum-aurale, alliée à des pads agréables au toucher, les rend vraiment confortables. Le Spirit One serre tout de même relativement la tête, et ne se laisse pas supporter plus d’une ou deux heures pour ma part. Le SL150 quant à lui serre moins, et m’a permis de me livrer à des sessions d’écoute de plusieurs heures sans gêne aucune.
Dans les deux cas le port sur la tête est parfait, les deux casques ne bougent pas.

L’isolation n’est pas en reste : Les deux modèles délivrent une très bonne performance de ce côté-là, bien meilleure que de nombreux de leurs concurrents. Le Soul SL150 a même une petite longueur d’avance sur le Focal Spirit One.

Concernant les câbles, aucun problème de parasite ou d’interférence notable dans les deux cas. Les deux câbles ne s’emmêlent quasiment pas, un réel bonheur.

La housse rigide fournie par Focal est plutôt plate, là où celle de Soul by Ludacris est plus ronde. Personnellement je ne suis pas fan du format boule, bien moins simple à ranger dans un sac à dos ou une sacoche de PC portable. Néanmoins les deux sont de très bonne qualité, et protégeront efficacement chaque casque des pressions ou écrasements divers.

Son

Les sessions d’écoutes comparatives ont été réalisées avec un Cowon J3.

Quelques albums utilisés (liste non exhaustive) :
Black Keys – The Big Come Up
Machine Head – Unto The Locust
NERD – Nothing
Chinese Man – Racing With The Sun
EZ3kiel – Naphtaline
Toots & The Maytals – The Definitive Collection
Jamiroquai – Emergency On Planet Earth
Herbaliser – Herbaliser Band Session 1 & 2
Red Fang – Murder The Mountains
Jaco Pastorius – Heavy n’ Jazz

Soul SL150 :

Une fois le casque sur les oreilles, on s’attend à un bombardement de basses baveuses, signature sonore soi-disant recherchée par tous les amateurs de Hip-Hop. Eh bien non, le SL150 délivre un message sonore aéré, plein de détails et de nuances. Certes le bas du spectre est légèrement boosté, mais cela est fait de très belle manière, sans trop empiéter sur le reste du spectre. Le SL150 descend de plus très bas, et ce regain de basses est appréciable en milieu bruyant, puisqu’il permettra de profiter tout de même des basses de la musique écoutée (partie la plus sujette aux dégradations dues à au bruit de l’environnement).

Sur le reste du spectre, pas de manque flagrant à noter. Le SL150 séduit par sa signature chaleureuse, sa grande aération et sa dynamique, lui permettant de retranscrire de bien belle manière l’énergie de tel morceau ou l’émotion de tel autre.

Une belle réussite sur le plan sonore, sans défaut majeur.

Focal Spirit One :

Je m’attendais à un casque plutôt neutre, ce n’est pas le cas : La signature sonore est chaleureuse, plaisante, sans tomber dans l’excès : on se retrouve avec une écoute chaude et détaillée, tout en nuances (la dynamique du casque est excellente), sachant rendre l’énergie du morceau. Les basses sont très propres, sans être mises en avant, les aigus sont très bien rendus, jamais agressifs. Les médiums semblent moins bien traités que le reste du spectre en revanche. Le Spirit One est tout de même affublé d’un côté un poil sombre, c’est dommage.

On regrettera également le manque de largeur de scène, mais n’oublions pas que nous sommes en présence d’un casque nomade qui isole bien, il ne peut donc pas tout faire.

Ce descriptif peut sembler un peu réservé, pourtant le Spirit One délivre une performance excellente, et ce quel que soit le style musical. Je suis personnellement conquis par ce casque, et espère qu’il fera des émules chez les concurrents, tirant vers le haut le marché du casque nomade.

Conclusion générale

Le Soul SL150 et le Focal Spirit One s’en sortent donc très très bien dans le domaine du nomade : transportables, confortables, isolants, et dotés de réelles qualités audio.

Si l’on s’attendait à ce que Focal fasse une entrée fracassante dans l’univers de l’audio nomade, ce que ce test nous a permis de constater, nous étions beaucoup plus dubitatifs à propos du SL150 au début de ce test. Force est de constater que Soul by Ludacris a fait du bon boulot, et le SL150 est un casque plus que recommandable pour tout un chacun, et pas forcément qu’aux amateurs de Hip-Hop.

Ne nous cachons pas de le dire, le Spirit One de Focal est un excellent casque nomade, l’un des meilleurs du marché (si ce n’est le meilleur) pour qui cherche l’isolation et une certaine qualité audio.