Test

Test flash : Carnival : Bouge ton corps

Par Rédacteur Invité le

Intégrer Kinect à une simulation de fête foraine, en voilà une idée qui semblait bonne. Du moins, sur le papier. Car si vous vous imaginiez déjà...

Intégrer Kinect à une simulation de fête foraine, en voilà une idée qui semblait bonne. Du moins, sur le papier. Car si vous vous imaginiez déjà vous éclater entre potes grâce à la caméra next-gen de Microsoft, à tenter de mener à bien la vingtaine de mini-jeux intégrés à ce titre, sachez que c’est raté. Complètement raté, même…



Après avoir été un temps l’apanage des consoles Nintendo, la série Carnival, chaperonnée par Take Two Interactive s’est finalement décidée à céder aux sirènes du Kinect de Microsoft. L’initiative avait de quoi nous allécher, et nous laisser augurer quelques bonnes tranches de rigolades entre potes. Il n’en sera finalement rien, puisque ce nouvel épisode, sous titré Bouge ton corps (évidemment…) n’arrive jamais à vraiment s’affirmer. Enchaînant ainsi reconnaissance parfois douteuse (l’ergonomie des menus à faire vous faire frisonner tant elle est rigide), épreuves rarement stimulantes (à quelques exceptions près), il nous laisse spectateurs d’un gâchis certain. Pour ne rien arranger, même si on peut bien admettre que l’ambiance générale du titre a jouit d’un soin particulier, le fait que le soft ne se résume qu’à un simple enchaînement d’épreuves, jamais orchestrées par le moindre mode de jeu un tant soit peu cadré aura vite fait de boucler son sort. Vraiment, on avoue un temps avoir espéré que l’équipe en charge de développer le jeu avait appris de ses erreurs passées sur la Wii de Nintendo. Il n’en sera finalement rien, et sans être un bête portage des anciens épisodes “commis” sur les bécanes de la firme au plombier, Carnival : Bouge ton corps ne mérite vraiment pas un investissement de 40€. Tant pis, on attendra encore un peu avant d’avoir une bonne occasion de ressortir Kinect du placard !

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
L’ambiance bon enfant
Quelques épreuves efficaces

Les –
Des épreuves globalement peu palpitantes
Aucun mode de jeu véritablement cadré
Une réalisation graphique loin de faire des étincelles

Intégrer Kinect à une simulation de fête foraine, en voilà une idée qui semblait bonne. Du moins, sur le papier. Car si vous vous imaginiez déjà vous éclater entre potes grâce à la caméra next-gen de Microsoft, à tenter de mener à bien la vingtaine de mini-jeux intégrés à ce titre, sachez que c’est raté. Complètement raté, même…



Après avoir été un temps l’apanage des consoles Nintendo, la série Carnival, chaperonnée par Take Two Interactive s’est finalement décidée à céder aux sirènes du Kinect de Microsoft. L’initiative avait de quoi nous allécher, et nous laisser augurer quelques bonnes tranches de rigolades entre potes. Il n’en sera finalement rien, puisque ce nouvel épisode, sous titré Bouge ton corps (évidemment…) n’arrive jamais à vraiment s’affirmer. Enchaînant ainsi reconnaissance parfois douteuse (l’ergonomie des menus à faire vous faire frisonner tant elle est rigide), épreuves rarement stimulantes (à quelques exceptions près), il nous laisse spectateurs d’un gâchis certain. Pour ne rien arranger, même si on peut bien admettre que l’ambiance générale du titre a jouit d’un soin particulier, le fait que le soft ne se résume qu’à un simple enchaînement d’épreuves, jamais orchestrées par le moindre mode de jeu un tant soit peu cadré aura vite fait de boucler son sort. Vraiment, on avoue un temps avoir espéré que l’équipe en charge de développer le jeu avait appris de ses erreurs passées sur la Wii de Nintendo. Il n’en sera finalement rien, et sans être un bête portage des anciens épisodes “commis” sur les bécanes de la firme au plombier, Carnival : Bouge ton corps ne mérite vraiment pas un investissement de 40€. Tant pis, on attendra encore un peu avant d’avoir une bonne occasion de ressortir Kinect du placard !

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
L’ambiance bon enfant
Quelques épreuves efficaces

Les –
Des épreuves globalement peu palpitantes
Aucun mode de jeu véritablement cadré
Une réalisation graphique loin de faire des étincelles