Test

Test flash : HTC Tattoo

Smartphone

Par Rédacteur Invité le

Petit à petit, Android s’impose. Et mine de rien, le soutient d’HTC à l’OS n’est pas vraiment étranger à son récent succès. Ainsi, le constructeur nous propose son 4ème mobile basé sous Android le Tattoo, qui même s’il pourrait être classé dans les téléphones d’entrée de gamme est loin de faire de la figuration face à la concurrence…

htc-tatoo-live-01

Design

Le HTC Tattoo a pris le pari du mobile rond, petit, de manière à ce qu’il puisse directement taper à l’œil, à la différence des smartphones plus classiques, souvent plus imposants et donc moins attirants pour la plupart des clients potentiels. Et effectivement, le mobile charme grâce à ses formes et à sa capacité à se fondre dans toutes les poches (ses dimensions étant de 106×55.2×14 mm). Cependant, la petite taille du Tattoo n’a pas que des avantages. Ainsi, on devra se contenter d’un écran QVGA 2.8 pouces. Nous reviendrons plus tard sur ce (petit) problème.

Niveau finition maintenant, pas grand chose à redire, on sent que c’est du solide, aussi bien au niveau de la coque, pas franchement sensibles aux rayures, qu’au niveau des boutons, bien ancrés et rapidement accessibles. Enfin, on notera qu’HTC a lancé un site vous permettant de créer une coque à votre image. Sympa !

htc-tatoo-live-13

Ergonomie

Le téléphone embarque un processeur Qualcomm MSM7225 cadencé à 528 MHz, 512 Mo de ROM, 256Mo de RAM, un port microSD, les classiques Bluetooth 2.0, WiFi (b/g), GPS, accéléromètre, APN 3 megapixels (pas d’auto-focus, bouh…) ainsi qu’une boussole et un tuner FM. De quoi nous assurer une bonne marge de manœuvre pour utiliser Android sans trop de soucis.

Du côté de l’interface maintenant, le Tattoo utilise la fameuse interface Sense, qui nous avait déjà séduite lors du test du Hero. Et forcément, même si l’écran du petit dernier d’HTC est un peu moins grand, et pénalise forcément l’ergonomie, difficile une fois encore de faire la fine bouche tant le tout est bien amené.

htc-tatoo-live-16

Utilisation

Comme nous vous le disions plus haut, le mobile jouit de l’interface Sense. On aurait pu craindre quand à l’implantation de cette interface avec un écran de 2.8 pouces résistif. C’était mal connaître HTC qui même s’il n’arrive pas à offrir un résultat aussi réactif qu’avec le Hero, le tout répond déjà très bien. Bon après, la petitesse de l’écran handicapera forcément les utilisateurs aux gros doigts, qui peineront sans doute à utiliser le clavier virtuel du mobile. Dommage, la seule solution pour palier à ce problème semble d’être de basculer en mode T9…

Parlons maintenant de l’autonomie : honnêtement, j’ai été bluffé par la résistance du mobile, malgré une utilisation intensive de ses fonctions, il a réussi à tenir la charge sans broncher (on pourra dire que le Tattoo gonflé à bloc affichera entre 60 et 70% de sa charge après une journée passée à la tripoter, de quoi rendre jaloux quelques concurrents).

Mais n’allez pas croire que le téléphone ne traîne pas son petit lot de casseroles. Par exemple, son écran de 2.8 pouces le rend incompatible avec une pléthore d’applications sur le Market. Et à l’heure où j’écris ces lignes, peu de développeurs se sont encore penchés sur le problème… Et mine de rien, même si l’Android Market est loin d’être aussi fourni que l’AppStore, c’est toujours frustrant de se voir imposer ce genre de limite. Rassurez-vous, avec les derniers SDK de Google, il me semble que le développement d’applications prend en compte les petites résolutions. Aussi, on pourra tout à fait pester contre la fabrication de l’écran qui tend à conserver les traces de sueurs après un appel. Typiquement le genre de détail qui peut agacer à la longue… La qualité de l’APN est également une petite déception, car sans autofocus, ni flash, ne vous attendez pas à avoir d’excellents clichés. Enfin bref, pas de quoi fouetter un chat dans l’ensemble.

htc-tatoo-live-04

En bref

Indubitablement, ce Tattoo s’affiche comme mon coup de cœur de cette fin d’année 2009. Si vous êtes à la recherche d’un téléphone dénué de fioritures et accessible, aussi bien au niveau de son utilisation que de son prix, ne cherchez plus. Son seul véritable point faible se trouvant en fait dans la petite taille de son écran, le bridant quelque peu (rien de grave cependant…).

Ah, et dernier point, si vous avez déjà craqué pour le Tattoo chez Orange, courez lire ce tutorial, il pourrait vous sauver la mise.

Prix : 400 euros sans abonnement et jusqu’à 1 euro avec forfait ou 29 euros en renouvellement.

Galerie photo complète

Petit à petit, Android s’impose. Et mine de rien, le soutient d’HTC à l’OS n’est pas vraiment étranger à son récent succès. Ainsi, le constructeur nous propose son 4ème mobile basé sous Android le Tattoo, qui même s’il pourrait être classé dans les téléphones d’entrée de gamme est loin de faire de la figuration face à la concurrence…

htc-tatoo-live-01

Design

Le HTC Tattoo a pris le pari du mobile rond, petit, de manière à ce qu’il puisse directement taper à l’œil, à la différence des smartphones plus classiques, souvent plus imposants et donc moins attirants pour la plupart des clients potentiels. Et effectivement, le mobile charme grâce à ses formes et à sa capacité à se fondre dans toutes les poches (ses dimensions étant de 106×55.2×14 mm). Cependant, la petite taille du Tattoo n’a pas que des avantages. Ainsi, on devra se contenter d’un écran QVGA 2.8 pouces. Nous reviendrons plus tard sur ce (petit) problème.

Niveau finition maintenant, pas grand chose à redire, on sent que c’est du solide, aussi bien au niveau de la coque, pas franchement sensibles aux rayures, qu’au niveau des boutons, bien ancrés et rapidement accessibles. Enfin, on notera qu’HTC a lancé un site vous permettant de créer une coque à votre image. Sympa !

htc-tatoo-live-13

Ergonomie

Le téléphone embarque un processeur Qualcomm MSM7225 cadencé à 528 MHz, 512 Mo de ROM, 256Mo de RAM, un port microSD, les classiques Bluetooth 2.0, WiFi (b/g), GPS, accéléromètre, APN 3 megapixels (pas d’auto-focus, bouh…) ainsi qu’une boussole et un tuner FM. De quoi nous assurer une bonne marge de manœuvre pour utiliser Android sans trop de soucis.

Du côté de l’interface maintenant, le Tattoo utilise la fameuse interface Sense, qui nous avait déjà séduite lors du test du Hero. Et forcément, même si l’écran du petit dernier d’HTC est un peu moins grand, et pénalise forcément l’ergonomie, difficile une fois encore de faire la fine bouche tant le tout est bien amené.

htc-tatoo-live-16

Utilisation

Comme nous vous le disions plus haut, le mobile jouit de l’interface Sense. On aurait pu craindre quand à l’implantation de cette interface avec un écran de 2.8 pouces résistif. C’était mal connaître HTC qui même s’il n’arrive pas à offrir un résultat aussi réactif qu’avec le Hero, le tout répond déjà très bien. Bon après, la petitesse de l’écran handicapera forcément les utilisateurs aux gros doigts, qui peineront sans doute à utiliser le clavier virtuel du mobile. Dommage, la seule solution pour palier à ce problème semble d’être de basculer en mode T9…

Parlons maintenant de l’autonomie : honnêtement, j’ai été bluffé par la résistance du mobile, malgré une utilisation intensive de ses fonctions, il a réussi à tenir la charge sans broncher (on pourra dire que le Tattoo gonflé à bloc affichera entre 60 et 70% de sa charge après une journée passée à la tripoter, de quoi rendre jaloux quelques concurrents).

Mais n’allez pas croire que le téléphone ne traîne pas son petit lot de casseroles. Par exemple, son écran de 2.8 pouces le rend incompatible avec une pléthore d’applications sur le Market. Et à l’heure où j’écris ces lignes, peu de développeurs se sont encore penchés sur le problème… Et mine de rien, même si l’Android Market est loin d’être aussi fourni que l’AppStore, c’est toujours frustrant de se voir imposer ce genre de limite. Rassurez-vous, avec les derniers SDK de Google, il me semble que le développement d’applications prend en compte les petites résolutions. Aussi, on pourra tout à fait pester contre la fabrication de l’écran qui tend à conserver les traces de sueurs après un appel. Typiquement le genre de détail qui peut agacer à la longue… La qualité de l’APN est également une petite déception, car sans autofocus, ni flash, ne vous attendez pas à avoir d’excellents clichés. Enfin bref, pas de quoi fouetter un chat dans l’ensemble.

htc-tatoo-live-04

En bref

Indubitablement, ce Tattoo s’affiche comme mon coup de cœur de cette fin d’année 2009. Si vous êtes à la recherche d’un téléphone dénué de fioritures et accessible, aussi bien au niveau de son utilisation que de son prix, ne cherchez plus. Son seul véritable point faible se trouvant en fait dans la petite taille de son écran, le bridant quelque peu (rien de grave cependant…).

Ah, et dernier point, si vous avez déjà craqué pour le Tattoo chez Orange, courez lire ce tutorial, il pourrait vous sauver la mise.

Prix : 400 euros sans abonnement et jusqu’à 1 euro avec forfait ou 29 euros en renouvellement.

Galerie photo complète