Test

Test flash : Transformers : La Face Cachée de la Lune

Par François le

Il arrive que parfois, lorsqu’un jeu arrive à la rédac, on s’interroge. Evidemment, lorsque le titre en question est une adaptation vidéoludique d’un film à grand spectacle, l’interrogation tend à gravement s’amplifier. Malgré tout, nous avons donné sa chance à ce Transformers : La Face Cachée de la Lune, histoire de…



L’an dernier, le studio qui comment aujourd’hui l’adaptation du troisième film de guerre robotique de Michael Bay avait réalisé le très correct Transformers : War for Cybertron. Donc, on pouvait éventuellement s’attendre à un titre qui, sans être incontournable, allait offrir à boire et à manger en terme de fun. Malheureusement, réaliser un vulgaire copier-coller d’un jeu qui a bien marché un temps ne suffit pas à réaliser un bon titre. Pour autant, ce Transformers : La Face Cachée de la Lune est peut-être bien le meilleur soft tiré de la licence de puis sa création (pour le film éponyme, je vous laisserais en juger par vous-même !) Voyez plutôt : le scénario n’est pas vraiment le problème ici, et l’adaptation en jeu tient la route et est du coup… jouable ! Mais que tout ceci est ennuyeux… La plupart des combats se résument à défendre une zone donnée de l’assaut d’une multitude d’ennemis, avec un système de couverture qui n’en est pas un. Autant vous le dire de suite, c’est parfois très frustrant. Par contre, les fans de la série auront au moins gagner une chose : celle de leur voir octroyé la possibilité de prendre en main leurs héros (et leurs ennemis) au travers des 6 parties du titre. Vous commencerez du côté des Autobots avec dans l’ordre d’apparition à l’écran Bumblebee, Ironhide et enfin Mirage. Puis vous passerez du côté des Decepticons, avec Soundwave, Starscream et Megatron. Pour, attention SPOILER, boucler la boucle aux commandes d’un Optimus Prime au top de sa forme ! L’art et la manière de tirer sur la corde du fan-service… Pourtant, les chapitres mettant en scène Starscream et Mirage sont certainement les moins réussis du jeu, avec un gameplay mal dosé au niveau du vol et des phases d’infiltration ratées. Et une fois l’aventure bouclée, sachez que vous aurez au mieux passé un peu plus de cinq heures devant votre télé. Pour ne rien arranger, la partie multijoueur n’est pas réellement plus engageante, et n’est en fait qu’une version allégée du mode multi de War for Cybertron. On retrouve un système de classe très léger et des possibilités de personnalisation plutôt minces pour les robots. Et puis, que dire de ces maps, sans saveurs et sans surprises ? Bref, la encore, c’est ennuyeux. Ennuyeux, c’est bien le terme…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Reprend quelques une des (bonnes) idées de War for Cybertron

Les –
Trop court
Rapidement ennuyeux

Il arrive que parfois, lorsqu’un jeu arrive à la rédac, on s’interroge. Evidemment, lorsque le titre en question est une adaptation vidéoludique d’un film à grand spectacle, l’interrogation tend à gravement s’amplifier. Malgré tout, nous avons donné sa chance à ce Transformers : La Face Cachée de la Lune, histoire de…



L’an dernier, le studio qui comment aujourd’hui l’adaptation du troisième film de guerre robotique de Michael Bay avait réalisé le très correct Transformers : War for Cybertron. Donc, on pouvait éventuellement s’attendre à un titre qui, sans être incontournable, allait offrir à boire et à manger en terme de fun. Malheureusement, réaliser un vulgaire copier-coller d’un jeu qui a bien marché un temps ne suffit pas à réaliser un bon titre. Pour autant, ce Transformers : La Face Cachée de la Lune est peut-être bien le meilleur soft tiré de la licence de puis sa création (pour le film éponyme, je vous laisserais en juger par vous-même !) Voyez plutôt : le scénario n’est pas vraiment le problème ici, et l’adaptation en jeu tient la route et est du coup… jouable ! Mais que tout ceci est ennuyeux… La plupart des combats se résument à défendre une zone donnée de l’assaut d’une multitude d’ennemis, avec un système de couverture qui n’en est pas un. Autant vous le dire de suite, c’est parfois très frustrant. Par contre, les fans de la série auront au moins gagner une chose : celle de leur voir octroyé la possibilité de prendre en main leurs héros (et leurs ennemis) au travers des 6 parties du titre. Vous commencerez du côté des Autobots avec dans l’ordre d’apparition à l’écran Bumblebee, Ironhide et enfin Mirage. Puis vous passerez du côté des Decepticons, avec Soundwave, Starscream et Megatron. Pour, attention SPOILER, boucler la boucle aux commandes d’un Optimus Prime au top de sa forme ! L’art et la manière de tirer sur la corde du fan-service… Pourtant, les chapitres mettant en scène Starscream et Mirage sont certainement les moins réussis du jeu, avec un gameplay mal dosé au niveau du vol et des phases d’infiltration ratées. Et une fois l’aventure bouclée, sachez que vous aurez au mieux passé un peu plus de cinq heures devant votre télé. Pour ne rien arranger, la partie multijoueur n’est pas réellement plus engageante, et n’est en fait qu’une version allégée du mode multi de War for Cybertron. On retrouve un système de classe très léger et des possibilités de personnalisation plutôt minces pour les robots. Et puis, que dire de ces maps, sans saveurs et sans surprises ? Bref, la encore, c’est ennuyeux. Ennuyeux, c’est bien le terme…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Reprend quelques une des (bonnes) idées de War for Cybertron

Les –
Trop court
Rapidement ennuyeux