Test

Test Flash : Turtle Beach EarForce M3 et M5

Audio

Par Pierre le

Une fois n’est pas coutume, nous testons aujourd’hui des produits Turtle Beach. Alors que Turtle Beach nous avait séduit avec son XP 400 Earforce dédié aux consoles, il revient aujourd’hui sur un domaine où on l’attend moins : le casque gaming mobiles. Au menu, deux déclinaisons d’un même casque : le Earforce M3 et le EarFoce M5. Vous l’aurez compris, le M5 est le modèle de “luxe”, tandis que le M3 est destiné aux plus petites bourses. Alors, Turtle Beach réussira-t-il son coup dans le domaine du mobile ? Réponse dans ce test.

Design

Earfoce M3 :

Turtle Beach a oublié le design criard pour cette déclinaison mobile de son Earforce. La version M3 dispose de couleurs sobres, noires et grises, ce qui vous permettra de porter le casque partout en toute discrétion. Seul le palmier caractéristique de la marque sera visible sur les écouteurs, mais celui-ci est assez sobre pour être discret. De même, l’arceau noir ne se démarque pas de la concurrence, seul le gros Turtle Beach écrit en gris le caractérisant. En parlant de l’arceau, justement, celui-ci, en mousse, est assez agréable à porter et ne vous gênera nullement si vous avez les cheveux longs. Le fil de 1,2 mètre, qui sort de l’écouteur gauche, bénéficie de son petit micro discret au niveau de votre bouche. Il vous permettra de répondre au téléphone pendant une session de jeu ou de musique, et de le couper. Du grand classique. Nous regrettons cependant l’absence de boutons de volume sur ce micro, vous obligeant à régler le son directement sur votre terminal. Pas pratique pour écouter de la musique, mais absolument pas gênant en jeu. Les écouteurs, eux, ne sont pas fermés, mais sont faits dans une mousse assez agréable qui n’exercera aucune pression gênante sur vos oreilles.

Earforce M5 :

Version améliorée du M3, l’EarForce M5 adopte le même design que son petit frère, avec ses couleurs sobres et ses logos placés au même endroit. Ici, tout est presque pareil, à un détail près : les écouteurs. Ceux-ci sont en effet de type fermés, ce qui vous garantit, en théorie, une isolation optimale lors de sessions de jeu ou de musique dans le métro ou le bus. Faits en mousse recouverte de tissu gris, ils sont encore plus agréables que les écouteurs du M3, et vous ne sentirez plus votre casque après quelques minutes de port. Bref, que ce soit sur le M3 ou le M5, Turtle Beach fait pour l’instant un sans-faute au niveau du design.

Caractéristiques

Côté caractéristiques, les deux casques sont semblables. Ils disposent tous deux de haut-parleurs de 40 mm avec aimant néodymes avec une fréquence de réponse de 30Hz-20kHz et une sensibilité de 120 dB +/- 5dB. De même, les écouteurs sont équipés d’une technologie de réduction de bruit, d’un micro intégré avec un bouton de pause/appel, d’un câble de 1,2 mètres doté d’une prise Jack 3,5 mm et d’un adaptateur PC pour le connecter à votre machine. Bref, des caractéristiques alléchantes qui, sur le papier, pourraient donner un bon résultat, mais les casques EarForce M3 et M5 tiennent-t-ils leurs promesses ?

Son

Et maintenant, le cœur du test : le son. Après avoir enfilé le casque M5, très confortable soit dit en passant, le constat s’impose très vite : c’est loin d’être une réussite. En effet, les écouteurs fermés isolent très peu, ce qui est handicapant lors d’écoute de musique. Par exemple, dans les rues parisiennes, il faudra monter le son pour entendre quelque chose. En faisant cela, tous les piétons qui vous entoureront entendront ce que vous écoutez, le casque étant assez bruyant de l’extérieur. L’isolation du son est donc loin d’être optimale, ce qui est dommage. De même, le son en lui-même est assez voilé, les aiguës se faisant discrètes. Malheureusement, même les basses, si elles ne sont pas catastrophiques, ne se font pas beaucoup entendre. En bref, sur des morceaux de groupes très agressifs au niveau des basses comme Dream Theater ou Gojira, vous aurez toujours l’impression d’entendre le son de très loin, même en trifouillant votre égaliseur.

Le constat est le même sur le casque M3, mais en pire. Ici, il vous sera très difficile d’apprécier une musique, le casque n’étant tout simplement pas au niveau. En guise de comparaison, les oreillettes fournies avec les téléphones comme ceux de Samsung sont plus efficaces et plus discrètes au niveau du son propagé autour de vous.

Mais les casques EarForce M3 et M5 ont été pensés pour le jeu, et le constat s’améliore un peu ici. Le fait est que le jeu sur tablettes ou smartphone se pratique beaucoup à la maison, et vous n’aurez donc pas de soucis à vous isoler des bruits ambiants. Mais là encore, c’est insuffisant, le son étant toujours voilé et pas au niveau des casques nomades de pointe. Lors d’une partie de Shadowgun par exemple, il vous sera difficile d’apprécier à sa juste valeur le travail réalisé sur le son, même chose sur le jeu Mass Effect Infiltrator ou Dead Trigger.

Conclusion

Turtle Beach nous avait habitués à mieux, il est vrai. D’habitude cantonné au gaming sur console ou PC, le constructeur rate son coup dans le domaine des casques nomades. Un son pas au niveau, une isolation dans les choux, des basses et des aigües loin d’être respectés, bref, les casques EarForce M3 et M5 sont loin de la qualité des produits classiques de Turtle Beach. Saluons tout de même le soin apporté aux objets, qui disposent d’une finition impeccable et très agréable. Il est dommage que la partie technique n’ait pas suivi.

Une fois n’est pas coutume, nous testons aujourd’hui des produits Turtle Beach. Alors que Turtle Beach nous avait séduit avec son XP 400 Earforce dédié aux consoles, il revient aujourd’hui sur un domaine où on l’attend moins : le casque gaming mobiles. Au menu, deux déclinaisons d’un même casque : le Earforce M3 et le EarFoce M5. Vous l’aurez compris, le M5 est le modèle de “luxe”, tandis que le M3 est destiné aux plus petites bourses. Alors, Turtle Beach réussira-t-il son coup dans le domaine du mobile ? Réponse dans ce test.

Design

Earfoce M3 :

Turtle Beach a oublié le design criard pour cette déclinaison mobile de son Earforce. La version M3 dispose de couleurs sobres, noires et grises, ce qui vous permettra de porter le casque partout en toute discrétion. Seul le palmier caractéristique de la marque sera visible sur les écouteurs, mais celui-ci est assez sobre pour être discret. De même, l’arceau noir ne se démarque pas de la concurrence, seul le gros Turtle Beach écrit en gris le caractérisant. En parlant de l’arceau, justement, celui-ci, en mousse, est assez agréable à porter et ne vous gênera nullement si vous avez les cheveux longs. Le fil de 1,2 mètre, qui sort de l’écouteur gauche, bénéficie de son petit micro discret au niveau de votre bouche. Il vous permettra de répondre au téléphone pendant une session de jeu ou de musique, et de le couper. Du grand classique. Nous regrettons cependant l’absence de boutons de volume sur ce micro, vous obligeant à régler le son directement sur votre terminal. Pas pratique pour écouter de la musique, mais absolument pas gênant en jeu. Les écouteurs, eux, ne sont pas fermés, mais sont faits dans une mousse assez agréable qui n’exercera aucune pression gênante sur vos oreilles.

Earforce M5 :

Version améliorée du M3, l’EarForce M5 adopte le même design que son petit frère, avec ses couleurs sobres et ses logos placés au même endroit. Ici, tout est presque pareil, à un détail près : les écouteurs. Ceux-ci sont en effet de type fermés, ce qui vous garantit, en théorie, une isolation optimale lors de sessions de jeu ou de musique dans le métro ou le bus. Faits en mousse recouverte de tissu gris, ils sont encore plus agréables que les écouteurs du M3, et vous ne sentirez plus votre casque après quelques minutes de port. Bref, que ce soit sur le M3 ou le M5, Turtle Beach fait pour l’instant un sans-faute au niveau du design.

Caractéristiques

Côté caractéristiques, les deux casques sont semblables. Ils disposent tous deux de haut-parleurs de 40 mm avec aimant néodymes avec une fréquence de réponse de 30Hz-20kHz et une sensibilité de 120 dB +/- 5dB. De même, les écouteurs sont équipés d’une technologie de réduction de bruit, d’un micro intégré avec un bouton de pause/appel, d’un câble de 1,2 mètres doté d’une prise Jack 3,5 mm et d’un adaptateur PC pour le connecter à votre machine. Bref, des caractéristiques alléchantes qui, sur le papier, pourraient donner un bon résultat, mais les casques EarForce M3 et M5 tiennent-t-ils leurs promesses ?

Son

Et maintenant, le cœur du test : le son. Après avoir enfilé le casque M5, très confortable soit dit en passant, le constat s’impose très vite : c’est loin d’être une réussite. En effet, les écouteurs fermés isolent très peu, ce qui est handicapant lors d’écoute de musique. Par exemple, dans les rues parisiennes, il faudra monter le son pour entendre quelque chose. En faisant cela, tous les piétons qui vous entoureront entendront ce que vous écoutez, le casque étant assez bruyant de l’extérieur. L’isolation du son est donc loin d’être optimale, ce qui est dommage. De même, le son en lui-même est assez voilé, les aiguës se faisant discrètes. Malheureusement, même les basses, si elles ne sont pas catastrophiques, ne se font pas beaucoup entendre. En bref, sur des morceaux de groupes très agressifs au niveau des basses comme Dream Theater ou Gojira, vous aurez toujours l’impression d’entendre le son de très loin, même en trifouillant votre égaliseur.

Le constat est le même sur le casque M3, mais en pire. Ici, il vous sera très difficile d’apprécier une musique, le casque n’étant tout simplement pas au niveau. En guise de comparaison, les oreillettes fournies avec les téléphones comme ceux de Samsung sont plus efficaces et plus discrètes au niveau du son propagé autour de vous.

Mais les casques EarForce M3 et M5 ont été pensés pour le jeu, et le constat s’améliore un peu ici. Le fait est que le jeu sur tablettes ou smartphone se pratique beaucoup à la maison, et vous n’aurez donc pas de soucis à vous isoler des bruits ambiants. Mais là encore, c’est insuffisant, le son étant toujours voilé et pas au niveau des casques nomades de pointe. Lors d’une partie de Shadowgun par exemple, il vous sera difficile d’apprécier à sa juste valeur le travail réalisé sur le son, même chose sur le jeu Mass Effect Infiltrator ou Dead Trigger.

Conclusion

Turtle Beach nous avait habitués à mieux, il est vrai. D’habitude cantonné au gaming sur console ou PC, le constructeur rate son coup dans le domaine des casques nomades. Un son pas au niveau, une isolation dans les choux, des basses et des aigües loin d’être respectés, bref, les casques EarForce M3 et M5 sont loin de la qualité des produits classiques de Turtle Beach. Saluons tout de même le soin apporté aux objets, qui disposent d’une finition impeccable et très agréable. Il est dommage que la partie technique n’ait pas suivi.