Test

Test Flash : Kingston Wi-Drive

Hardware

Par Anh Phan le

Alors que les tablettes sont plus grandes que les smartphones, ce sont souvent ces derniers qui proposent une extension mémoire avec la présence d’un port MicroSD. Pourtant, ce n’est pas la place qui manque, mais il suffit de regarder les dernières Nexus 7 ou encore iPad, pour se rendre compte qu’il n’y a que la mémoire interne et rien d’autres.

C’est ainsi que se sont développés les disques durs externes WiFi comme le Wi-Drive de Kingston ou le Satellite Wireless de Seagate. Alors que Seagate a choisi de vous proposer un disque dur normal, Kingston a choisi de vous proposer un disque SSD d’où les capacités moindres pour des prix abordables.

De la taille d’un smartphone avec un poids de seulement 86g, il vous propose désormais une capacité allant de 32Go à 128Go (il avait été lancé l’année dernière avec des capacités de 16Go et 32Go). Un des avantages du Wi-Drive par rapport à la concurrence, c’est sa taille, ça n’a rien à voir avec un Seagate Satellite Wireless par exemple. Si vous avez craqué pour la dernière Google Nexus 7 (voir notre test ICI) avec une capacité de 16Go, vous serez vite à l’étroit dès lors que vous souhaiterez embarquer des vidéos. C’est ici l’intérêt de ces disques durs externes WiFi qui vont vous donner non seulement de l’espace disque supplémentaire pour votre contenu multimédia, mais surtout de permettre à votre tablette d’y accéder en sans-fil via WiFi et une application dédiée (iOS et Android).

Le Wi-Drive intègre ainsi une batterie qui vous permettra d’avoir une autonomie d’environ 3h30/4h, dans l’absolu, on est dans les données constructeurs. Rechargeable via son port mini-USB, il faudra entre 1h30 et 2h pour totalement charger la bête. Je regrette au passage que Kingston n’ait pas choisi d’utiliser un port MicroUSB, plus commun de nos jours.

Pour ce qui est du design, le Wi-Drive est fait de plastique et sans atteindre des sommets, la finition est plutôt correcte, surtout que c’est un appareil qui va rester dans un sac au final. Vous aurez sur la tranche droite un bouton de mise sous tension avec une LED intégré (vert quand l’autonomie est supérieure à 50%, orange entre 25% et 50% puis rouge en dessous de 25%). À côté, vous retrouverez deux LED bleues, la première permet de savoir si le Wi-Drive est connecté à un réseau WiFi, le second de savoir si des périphériques sont connectés sur le Wi-Drive.

En effet, contrairement à certains de ses concurrents, le Wi-Drive vous propose deux antennes WiFi qui lui permettent ainsi de créer son propre réseau pour accéder au contenu du SSD, mais aussi de se connecter à un réseau existant, et ainsi de partager la connexion internet. Très bien.

Le disque SSD en lui-même n’est pas du tout un foudre de guerre, c’est lent, je n’ai pas fait de mesures scientifiques, mais c’était long en écriture via USB 2.0… Par contre, en lecture, sans atteindre les meilleurs standards, c’est largement suffisant pour la copie et le streaming via WiFi g/n. Les applications iOS et Android sont identiques et en dehors du mode disque dur classique sur Mac OSX et Windows, il faudra passer par l’application dédiée pour accéder au contenu du Wi-Drive. C’est dommage que Kingston n’ait pas intégré un mode UpnP quand le Wi-Drive est connecté à votre réseau local. Pour mettre du contenu, un simple copier/coller de vos fichiers suffise, après, tout dépend de votre organisation par dossier ou pas.

Comme vous vous en doutez pour iOS, c’est compatible avec les formats supportés avec iOS et pour le reste, il ne vous permettra même pas de faire du streaming avec les applications compatibles. L’application copiera purement et simplement le média et c’est à partir de l’application tierce que vous lirez votre contenu. Eh encore, tout ne fonctionne pas toujours, c’est le prix à payer de la fermeture d’iOS quant aux formats exotiques.
Par contre, sur Android, c’est bien plus simple puisque l’application de Kingston se base sur les applications Android pour lire les médias. Résultats, tout fonctionne à merveille et pour vous dire, même les fichiers de sous-titres sont gérés.

a noter que l’application de Kingston vous permet aussi de ne pas naviguer par dossier, mais par type de contenu (musiques, photos et vidéos). On retrouve après un menu de configuration tout ce qui a de plus classique puisqu’il vous permettra de paramétrer les réglages de partage et du sans-fil. On notera enfin, pour des raisons de batterie que le Wi-Drive ne permet que trois connexions simultanées.

Au niveau des défauts, si votre Wi-Drive n’est pas connecté à internet, vous n’aurez plus de connexion internet puisque le WiFi prend le pas sur la 3G. Dommage. Ce n’est pas tant un souci du Wi-Drive mais c’est plutôt frustrant, surtout quand vous avez accès à votre réseau téléphonique. On trouve aussi dommage que le Wi-Drive ne permette pas de vider une carte mémoire ou une clé USB, cela aurait été fort pratique, surtout pour ceux qui ont une version de 64Go ou plus.

Conclusion

En tant que disque dur externe sans-fil, le Wi-Drive est une bonne solution pour ceux qui sentent un peu à l’étroit avec leurs smartphones, tablettes ou laptops. Simple disque dur externe pour Mac OSX et Windows, il se révèle être un compagnon idéal pour vos appareils iOS ou Android afin d’y stocker votre contenu multimédia. C’est encore plus le cas avec Android qui permet une utilisation transparente entre vos applications et votre contenu.

On l’a testé avec une Google Nexus 7. Avec la taille relativement compacte du Wi-Drive et sa facilité d’utilisation, c’était l’idéal, à part l’autonomie de 4h peut-être…

Alors que les tablettes sont plus grandes que les smartphones, ce sont souvent ces derniers qui proposent une extension mémoire avec la présence d’un port MicroSD. Pourtant, ce n’est pas la place qui manque, mais il suffit de regarder les dernières Nexus 7 ou encore iPad, pour se rendre compte qu’il n’y a que la mémoire interne et rien d’autres.

C’est ainsi que se sont développés les disques durs externes WiFi comme le Wi-Drive de Kingston ou le Satellite Wireless de Seagate. Alors que Seagate a choisi de vous proposer un disque dur normal, Kingston a choisi de vous proposer un disque SSD d’où les capacités moindres pour des prix abordables.

De la taille d’un smartphone avec un poids de seulement 86g, il vous propose désormais une capacité allant de 32Go à 128Go (il avait été lancé l’année dernière avec des capacités de 16Go et 32Go). Un des avantages du Wi-Drive par rapport à la concurrence, c’est sa taille, ça n’a rien à voir avec un Seagate Satellite Wireless par exemple. Si vous avez craqué pour la dernière Google Nexus 7 (voir notre test ICI) avec une capacité de 16Go, vous serez vite à l’étroit dès lors que vous souhaiterez embarquer des vidéos. C’est ici l’intérêt de ces disques durs externes WiFi qui vont vous donner non seulement de l’espace disque supplémentaire pour votre contenu multimédia, mais surtout de permettre à votre tablette d’y accéder en sans-fil via WiFi et une application dédiée (iOS et Android).

Le Wi-Drive intègre ainsi une batterie qui vous permettra d’avoir une autonomie d’environ 3h30/4h, dans l’absolu, on est dans les données constructeurs. Rechargeable via son port mini-USB, il faudra entre 1h30 et 2h pour totalement charger la bête. Je regrette au passage que Kingston n’ait pas choisi d’utiliser un port MicroUSB, plus commun de nos jours.

Pour ce qui est du design, le Wi-Drive est fait de plastique et sans atteindre des sommets, la finition est plutôt correcte, surtout que c’est un appareil qui va rester dans un sac au final. Vous aurez sur la tranche droite un bouton de mise sous tension avec une LED intégré (vert quand l’autonomie est supérieure à 50%, orange entre 25% et 50% puis rouge en dessous de 25%). À côté, vous retrouverez deux LED bleues, la première permet de savoir si le Wi-Drive est connecté à un réseau WiFi, le second de savoir si des périphériques sont connectés sur le Wi-Drive.

En effet, contrairement à certains de ses concurrents, le Wi-Drive vous propose deux antennes WiFi qui lui permettent ainsi de créer son propre réseau pour accéder au contenu du SSD, mais aussi de se connecter à un réseau existant, et ainsi de partager la connexion internet. Très bien.

Le disque SSD en lui-même n’est pas du tout un foudre de guerre, c’est lent, je n’ai pas fait de mesures scientifiques, mais c’était long en écriture via USB 2.0… Par contre, en lecture, sans atteindre les meilleurs standards, c’est largement suffisant pour la copie et le streaming via WiFi g/n. Les applications iOS et Android sont identiques et en dehors du mode disque dur classique sur Mac OSX et Windows, il faudra passer par l’application dédiée pour accéder au contenu du Wi-Drive. C’est dommage que Kingston n’ait pas intégré un mode UpnP quand le Wi-Drive est connecté à votre réseau local. Pour mettre du contenu, un simple copier/coller de vos fichiers suffise, après, tout dépend de votre organisation par dossier ou pas.

Comme vous vous en doutez pour iOS, c’est compatible avec les formats supportés avec iOS et pour le reste, il ne vous permettra même pas de faire du streaming avec les applications compatibles. L’application copiera purement et simplement le média et c’est à partir de l’application tierce que vous lirez votre contenu. Eh encore, tout ne fonctionne pas toujours, c’est le prix à payer de la fermeture d’iOS quant aux formats exotiques.
Par contre, sur Android, c’est bien plus simple puisque l’application de Kingston se base sur les applications Android pour lire les médias. Résultats, tout fonctionne à merveille et pour vous dire, même les fichiers de sous-titres sont gérés.

a noter que l’application de Kingston vous permet aussi de ne pas naviguer par dossier, mais par type de contenu (musiques, photos et vidéos). On retrouve après un menu de configuration tout ce qui a de plus classique puisqu’il vous permettra de paramétrer les réglages de partage et du sans-fil. On notera enfin, pour des raisons de batterie que le Wi-Drive ne permet que trois connexions simultanées.

Au niveau des défauts, si votre Wi-Drive n’est pas connecté à internet, vous n’aurez plus de connexion internet puisque le WiFi prend le pas sur la 3G. Dommage. Ce n’est pas tant un souci du Wi-Drive mais c’est plutôt frustrant, surtout quand vous avez accès à votre réseau téléphonique. On trouve aussi dommage que le Wi-Drive ne permette pas de vider une carte mémoire ou une clé USB, cela aurait été fort pratique, surtout pour ceux qui ont une version de 64Go ou plus.

Conclusion

En tant que disque dur externe sans-fil, le Wi-Drive est une bonne solution pour ceux qui sentent un peu à l’étroit avec leurs smartphones, tablettes ou laptops. Simple disque dur externe pour Mac OSX et Windows, il se révèle être un compagnon idéal pour vos appareils iOS ou Android afin d’y stocker votre contenu multimédia. C’est encore plus le cas avec Android qui permet une utilisation transparente entre vos applications et votre contenu.

On l’a testé avec une Google Nexus 7. Avec la taille relativement compacte du Wi-Drive et sa facilité d’utilisation, c’était l’idéal, à part l’autonomie de 4h peut-être…

14 réponses à “Test Flash : Kingston Wi-Drive”

  1. FUCK serieux fuck it… deja que le wifi est une vrai plaie (sur tout les points, debit, securite, reception, sante ect…) et que l’usb a un debit de mayrde pour les dd je dit NON pas le wifi pour les dd ! apres les clavier sans fils (vous savez ces truc qui ne bouge jamais et qui consome des piles en plus d’avoir des coupures de temps en temps) c’est un choc pour moi … je vai pleurer ='(

  2. Il faut savoir aussi et ne pas dire que iOs est fermé, car il suffit de mettre en place l’application OPlayer Hd et ainsi lire n’importe quel type de fichier video, ou audio
    Et ca marche tres bien avec le disque wifi Kingstone Wi-Drive
    C’est tout simple Messieurs les Journaliste du journal du Geek

  3. heu newin tu t’enflammes non ?

    le wifi c’est quand meme bien pratique, ca evite les cable rj45 au milieu du salon quand un pote viens avec son pc portable ou tablette ( et universel linux, windows, mac etc… )

    l’usb, a ete et est une revolution ( a part le debile qui a inventé cette foutu prise mono sens ) 25 mo/s en usb2 et 80 mo/s en usb 3 franchement y a pas de quoi ce plaindre

    apres pour en revenir a la news, toujours plein de defaut debile, comment ca on ne peu pas naviguer par dossier mais seulement par contenu ? he serieux on est pas tous bordelique

    et le coup sous windows de ne pas voir son partage… utilise une appli proprio non mais serieux, on est pas en 1990 hein…

    bref je passe mon tour, encore une fois…. ( car pourtant le produit a un intérêt certain )

  4. T’as le icloudftp qui fait la même chose sauf que tu peux tout transformer en acces externe (disque dur, clé usb).
    J’ai pas tester mais pour moi c’est bien meilleur que ces solutions là.

  5. “c’était long en écriture via USB 2.0”

    Euh … nan, sérieux ? T’as découvert l’eau chaude …
    Bridé à 20 Mo/s ça peut pas faire de miracles !

    Mettre un SSD en USB2, c’est comme mettre un TGV sur une autoroute.
    Le train ira pas plus vite que la voiture, ça je te le dis.
    Et le plateau ira aussi vite que le SSD.

  6. @jo: assez d’accord, un test du iUSBport (nouveauicloudftp) serait intéressant. Il a l’avantage de pouvoir brancher tous nos périphériques USB. Peut-être un peu plus pratique (mais cher, et ça fait un boitier en plus). un p’tit avis de la rédac?

    @biggybi: je pense que le SSD est là pour limiter les risques de panne du disque, vu que c’est un appareil mobile, ce sera plus fiable que les plateaux avec un bras mécanique.

  7. @ Alexvista : J’ai testé avec Oplayer, AVPlayer et Good Player sur l’iPad mini et résultat, aucun n’est fiable à 100%, la jointure entre l’application Wi-Drive et les applications tierces ne sont pas vraiment au top. Attention, je parle essentiellement des vidéos.

    @biggybi : Au lieu d’être méprisant, quand je dis que c’est lent en USB 2, c’est lent en USB parce que ça a beau être un SSD, c’est plus une sorte de clé USB 2 de 64Go qu’autre chose. Si j’avais eu du 20Mo/s, je ne me serai pas trop plains… Là, je suis entre 5Mo et 9Mo par seconde max…

  8. J’ai une question, quand vous avez 16Go dans votre portable vous avez besoin d’avoir plus? parce que 16Go de film ou de musique à vue d’oeil il faudrait nettement plus de temps pour tout voir ou ecouter qu’il y a de batterie.

    J’ai vraiment l’impression que c’est se créer un besoin qui n’existe pas réellement…

  9. “Il faut savoir aussi et ne pas dire que iOs est fermé, car il suffit de mettre en place l’application OPlayer Hd et ainsi lire n’importe quel type de fichier video, ou audio”

    A partir du moment où t’es obligé d’installer des applis tiers pour faire quelque chose qu’un autre environnement fait nativement on peut parler de fermeture si, encore plus quand l’appli en question est payante et n’est pas exempte de défauts.

    C’est un des points (la compatibilité native avec beaucoup de formats) qui rend android infiniment plus simple qu’iOS d’ailleurs malgré la légende urbaine qui lui colle à la peau (peut-être fondée pour les anciennes versions je ne le connais que depuis la 4.x.x).

  10. @littleyoda. C’est utile en déplacement, le soucis n’étant pas la batterie (que tu recharges à ton hôtel pdt les vacances par exemple), mais bien le fait que si tu veux une certaine quantité de documents, il faut de la place.

  11. @Anh : Mes excuses, le mépris n’est pas ma tasse de thé, je me suis simplement mal exprimé sous le coup de la surprise.
    Ce que je voulais dire, c’est que le SSD était forcément bridé par l’interface USB 2.
    Mais en effet, quand on atteint pas les débits max, il y a un problème.
    Je vois pas vraiment ce qui peut expliquer des débits aussi bas …
    Tiens, une idée comme une autre : tu étais peut-être connecté par USB, mais le transfert a pu s’effectuer en Wi-Fi. Enfin, j’imagine que t’aurais remarqué si c’était le cas.
    Sinon, c’est que leur contrôleur est vraiment mauvais, et c’est étrange aussi …

    Bref, désolé pour le message précédent, je t’avais mal compris. La prochaine fois, indique carrément les débits 🙂

    Bonne journée

  12. J’y avais pensé pour mon iPad, mais la logique de iOS m’y a fait renoncer. La grande particularité d’iOS est qhe n’ayant pas de gestion de fichiers et de dossiers on ne peut pas mettre sur un DDE des dossiers / fichiers, faute d’y avoir accés.
    Et puis il y a les différents clouds gratuits de 5 Go, voire 10 Go : on peut obtenir facilement une capacité globale de stockage de plus de 30 Go, alors le Wi-Drive perd un peu de son intérêt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *