Test

[Test] Game of Thrones Episode 1: Iron from Ice – Mariage réussi ou mariage sanglant ? [PS4]

Par Gaylord le

Décidément on n’arrête plus Telltale Games. La rencontre de choc a enfin lieu et c’est au tour de Game of Thrones de passer au moulinet de l’aventure interactive avec ce nouveau défi en tête : nous raconter une histoire qui s’insère parfaitement dans un univers réputé pour sa densité et ses twists qui nous font hurler de rage.

Rassurez-vous, nous sommes en zone spoiler free.

Iron from Ice, premier épisode sur six, nous place dans une intrigue inédite, pile poil au début des Noces Pourpres (un peu avant la fin de la troisième saison). Telltale Games s’adresse en priorité aux spectateurs de la série HBO et familiers de l’univers de George R. R. Martin avec des clins d’oeil dans tous les sens. Ceux qui ne suivent pas la série vont débarquer dans une ambiance particulière, pour ne pas dire un véritable chaos. Ils jouiront toutefois d’une introduction solide à ce qui s’annonce comme une aventure riche en rebondissements. Et ils vont enfin comprendre pourquoi cette série est si populaire.

On incarne à tour de rôle Gared, Ethan et Mira, trois membres de la Maison Forrester, famille inédite à l’histoire, très (sûrement trop) inspirée de la famille Stark. En 2h30 de jeu, on s’éloigne des portes du château des Frey pour ensuite se replier dans la forteresse d’Ironrath où chacun devra défendre les intérêts du clan et mettre de l’eau dans son vin pour survivre. Intrigues multiples obligent, l’aventure se déroule dans d’autres lieux emblématiques de l’univers, non loin du Mur ou au coeur de King’s Landing (Port-Réal). Cette façon d’alterner les récits fonctionne à merveille (propre à la narration du roman) fonctionne à merveille, on passe en souplesse d’un point de vue à un autre.

Mira, Ethan, Gared. : la servante dans le nid de vipères, le brave seigneur et le chevalier qui a tout perdu.
Mira, Ethan, Gared. : la servante dans le nid de vipères, le brave seigneur et le chevalier qui a tout perdu.

Telltale Games reprend à la virgule près le système de jeu instauré depuis The Walking Dead. On alterne des phases de déplacement du personnage (entrecoupés de QTE et de phases de point’n’click un peu partout sur l’écran) et de longues discussions à embranchements multiples (le point fort du jeu). Chaque décision a une conséquence immédiate sur son entourage qui peut aller du changement d’humeur total à la mort pure et simple d’un ou plusieurs personnages. Comme ça, parce que vous avez appuyé sur une touche au lieu d’une autre. Autant vous dire que dans l’univers particulièrement cruel de Westeros et ses environs, on se lance dans l’intrigue la boule au ventre.

Notre première rencontre avec la sympathique famille des Lannister. On a hâte !
Notre première rencontre avec la sympathique famille des Lannister. On a hâte !

Question adaptation, Telltale Games sort encore une fois les couverts en argent et potasse à fond son sujet. Les amoureux du show exulteront face à la violence prédominante, aux volte-faces inattendus, à ce soupçon d’espoir aussitôt balayé par ces enchaînements aussi brutaux qu’incompréhensibles. Moralement, on encaisse d’autant plus le choc puisqu’il n’est plus question de voir l’horrible histoire se défiler sous nos yeux mais d’y participer activement, à contre-coeur. Nos choix (impossibles) nous font ressentir encore plus cette délicieuse culpabilité à la fin du parcours. L’écriture est d’autant plus remarquable qu’elle joue avec notre connaissance des tics de la série et des jeux Telltale. D’un côté, on ne peut s’empêcher de s’attacher à ces personnages justes, livrés à eux-mêmes dans un univers cruel où tout peut très vite basculer. D’un autre côté, même si on sait pertinemment qu’on ne bousculera jamais le grand schéma écrit par les scénaristes, on ne peut s’empêcher de jouer le jeu et de ressentir tout le poids de nos actes.

Émotions  et cel shading font toujours aussi bon ménage.
Émotions et cel shading font toujours aussi bon ménage.

Cet épisode « Iron from Ice » se pose comme une friandise de Noël dont on connaît le goût et la texture mais qu’on ne peut s’empêcher de dévorer d’une traite. Une friandise qui reste longtemps sur nos hanches et dont les effets vont se faire sentir sur la durée. L’aventure complète s’étale jusqu’aux prémices de la cinquième saison, à venir dans quelques mois. Autant dire que c’est un cadeau qui tombe à point nommé pour les fans, en plus d’être une belle introduction pour ceux qui cherchent un bout d’histoire prenant comme Telltale sait les construire.

On pouvait craindre de tomber sur un jeu overhypé qui joue la carte du fan service et se contente de tout miser sur les voix et les belles gueules de Lena Headey (Cersei) et Peter Dinklage (Tyrion). Heureusement il n’en est rien. Iron from Ice reprend l’écriture et le sentiment d’insécurité du show et se présente comme un bel en-cas avant la suite. Soyons fous, il pourrait même mettre un pied à l’étrier aux non joueurs de jeu vidéo dans l’univers des fictions interactives. Ce premier épisode constitue en tout cas un parallèle évident entre les deux médias, plus qu’un The Walking Dead qui ne s’investit jamais dans la trame originale.

Nous avons décidé de ne pas mettre de note chiffrée étant donné que le jeu se déroulera sur 6 épisodes au total.

Game of Thrones – A Telltale Games Series est disponible sur PlayStation 4, PlayStation 3 (le 10 décembre), Xbox One, Xbox 360, iOS et Android (un peu plus tard dans le mois). Il vous en coûtera 28€ pour les six épisodes.

Décidément on n’arrête plus Telltale Games. La rencontre de choc a enfin lieu et c’est au tour de Game of Thrones de passer au moulinet de l’aventure interactive avec ce nouveau défi en tête : nous raconter une histoire qui s’insère parfaitement dans un univers réputé pour sa densité et ses twists qui nous font hurler de rage.

Rassurez-vous, nous sommes en zone spoiler free.

Iron from Ice, premier épisode sur six, nous place dans une intrigue inédite, pile poil au début des Noces Pourpres (un peu avant la fin de la troisième saison). Telltale Games s’adresse en priorité aux spectateurs de la série HBO et familiers de l’univers de George R. R. Martin avec des clins d’oeil dans tous les sens. Ceux qui ne suivent pas la série vont débarquer dans une ambiance particulière, pour ne pas dire un véritable chaos. Ils jouiront toutefois d’une introduction solide à ce qui s’annonce comme une aventure riche en rebondissements. Et ils vont enfin comprendre pourquoi cette série est si populaire.

On incarne à tour de rôle Gared, Ethan et Mira, trois membres de la Maison Forrester, famille inédite à l’histoire, très (sûrement trop) inspirée de la famille Stark. En 2h30 de jeu, on s’éloigne des portes du château des Frey pour ensuite se replier dans la forteresse d’Ironrath où chacun devra défendre les intérêts du clan et mettre de l’eau dans son vin pour survivre. Intrigues multiples obligent, l’aventure se déroule dans d’autres lieux emblématiques de l’univers, non loin du Mur ou au coeur de King’s Landing (Port-Réal). Cette façon d’alterner les récits fonctionne à merveille (propre à la narration du roman) fonctionne à merveille, on passe en souplesse d’un point de vue à un autre.

Mira, Ethan, Gared. : la servante dans le nid de vipères, le brave seigneur et le chevalier qui a tout perdu.
Mira, Ethan, Gared. : la servante dans le nid de vipères, le brave seigneur et le chevalier qui a tout perdu.

Telltale Games reprend à la virgule près le système de jeu instauré depuis The Walking Dead. On alterne des phases de déplacement du personnage (entrecoupés de QTE et de phases de point’n’click un peu partout sur l’écran) et de longues discussions à embranchements multiples (le point fort du jeu). Chaque décision a une conséquence immédiate sur son entourage qui peut aller du changement d’humeur total à la mort pure et simple d’un ou plusieurs personnages. Comme ça, parce que vous avez appuyé sur une touche au lieu d’une autre. Autant vous dire que dans l’univers particulièrement cruel de Westeros et ses environs, on se lance dans l’intrigue la boule au ventre.

Notre première rencontre avec la sympathique famille des Lannister. On a hâte !
Notre première rencontre avec la sympathique famille des Lannister. On a hâte !

Question adaptation, Telltale Games sort encore une fois les couverts en argent et potasse à fond son sujet. Les amoureux du show exulteront face à la violence prédominante, aux volte-faces inattendus, à ce soupçon d’espoir aussitôt balayé par ces enchaînements aussi brutaux qu’incompréhensibles. Moralement, on encaisse d’autant plus le choc puisqu’il n’est plus question de voir l’horrible histoire se défiler sous nos yeux mais d’y participer activement, à contre-coeur. Nos choix (impossibles) nous font ressentir encore plus cette délicieuse culpabilité à la fin du parcours. L’écriture est d’autant plus remarquable qu’elle joue avec notre connaissance des tics de la série et des jeux Telltale. D’un côté, on ne peut s’empêcher de s’attacher à ces personnages justes, livrés à eux-mêmes dans un univers cruel où tout peut très vite basculer. D’un autre côté, même si on sait pertinemment qu’on ne bousculera jamais le grand schéma écrit par les scénaristes, on ne peut s’empêcher de jouer le jeu et de ressentir tout le poids de nos actes.

Émotions  et cel shading font toujours aussi bon ménage.
Émotions et cel shading font toujours aussi bon ménage.

Cet épisode « Iron from Ice » se pose comme une friandise de Noël dont on connaît le goût et la texture mais qu’on ne peut s’empêcher de dévorer d’une traite. Une friandise qui reste longtemps sur nos hanches et dont les effets vont se faire sentir sur la durée. L’aventure complète s’étale jusqu’aux prémices de la cinquième saison, à venir dans quelques mois. Autant dire que c’est un cadeau qui tombe à point nommé pour les fans, en plus d’être une belle introduction pour ceux qui cherchent un bout d’histoire prenant comme Telltale sait les construire.

On pouvait craindre de tomber sur un jeu overhypé qui joue la carte du fan service et se contente de tout miser sur les voix et les belles gueules de Lena Headey (Cersei) et Peter Dinklage (Tyrion). Heureusement il n’en est rien. Iron from Ice reprend l’écriture et le sentiment d’insécurité du show et se présente comme un bel en-cas avant la suite. Soyons fous, il pourrait même mettre un pied à l’étrier aux non joueurs de jeu vidéo dans l’univers des fictions interactives. Ce premier épisode constitue en tout cas un parallèle évident entre les deux médias, plus qu’un The Walking Dead qui ne s’investit jamais dans la trame originale.

Nous avons décidé de ne pas mettre de note chiffrée étant donné que le jeu se déroulera sur 6 épisodes au total.

Game of Thrones – A Telltale Games Series est disponible sur PlayStation 4, PlayStation 3 (le 10 décembre), Xbox One, Xbox 360, iOS et Android (un peu plus tard dans le mois). Il vous en coûtera 28€ pour les six épisodes.