Test

Test du Honor Play : un smartphone qui joue le jeu pour 300 euros

Notre avis
7 / 10
Smartphone

Par Mathieu le

S’il y a bien une tendance dans le marché du smartphone, c’est celle du gaming. Les constructeurs sont ainsi de plus en plus nombreux à rassurer leurs clients en présentant des modèles suffisamment puissants pour faire tourner les derniers jeux à la mode.

Pas étonnant donc de voir les marques proposer à la vente des appareils orientés jeux vidéo qui promettent aux utilisateurs un certain confort de jeu et des spécificités technologiques. C’est ici que se place le Honor Play, un “flagship killer” qui aurait pu faire l’unanimité sans quelques problèmes redondants.

Ergonomie et Design

D’une grande simplicité, le design de ce Honor Play reprend surtout les formes connues de ses aînés, et notamment du Honor 7X. Le constructeur chinois n’a pas souhaité faire dans l’originalité et s’est décidé à partir sur des bases qui ont déjà fait leurs preuves. On retrouve ainsi des courbes très arrondies avec un écran qui occupe 83% de la façade. Bien évidemment, la célèbre petite encoche est bien présente sur le dessus, même si elle est trop large (point sur lequel nous reviendrons plus tard). Le smartphone, entièrement en aluminium, parait suffisamment solide et profite de finitions d’une qualité plus qu’honnête. En main, l’appareil est plus qu’agréable, malgré une lourdeur certaine (176 grammes) et des dimensions au-dessus de la moyenne (157,9 × 74,3 × 7,5 mm) qui demandent souvent de le tenir à deux mains.

Côté connectique, on retrouve, et c’est une bonne nouvelle, un port jack 3,5 mm ainsi qu’un port USB Type-C sur la tranche inférieure. L’unique haut-parleur du smartphone se trouve sur la droite de cette même tranche tandis que les boutons pour le volume et l’arrêt/mise en veille sont sur le côté droit. Notons qu’à l’instar de ce que nous avions reproché au Mi A2 de Xiaomi, ces boutons sont trop proches l’un de l’autre ce qui peut parfois causer quelques désagréments (entendez par là, appuyer sur l’un des deux sans le vouloir). Mais, c’est un défaut récurrent sur les appareils de ces derniers mois.

Bonne nouvelle, le Honor Play bénéficie d’un double lecteur SIM, mais aussi d’un port MicroSD ce qui permet d’étendre aisément la mémoire initiale qui est, pour le modèle testé, de 64 Go. Enfin, et c’est désormais un classique, le lecteur d’empreintes se trouve sur la face arrière du smartphone dans le but de gagner un maximum de place pour l’écran. On y accède facilement et il répond rapidement au doigt.

À gauche, le Honor Play, au centre le Pocophone, à droite le OnePlus 6

Écran

Avec un tarif de vente affiché à 329 euros, le Honor Play ne pouvait forcément pas être équipé d’un écran OLED dernier cri. Néanmoins, avec un affichage LCD LTPS d’une diagonale de 6,3 pouces au format 19,5:9, l’appareil s’en sort très bien. La définition Full HD+ de 2340 × 1080 pixels fait le travail avec une résolution globale de 409 pixels par pouce. On remarque rapidement que les couleurs sont bien retranscrites et fidèles, mais aussi que les noirs sont profonds. Le contraste global est étonnamment bon et il faut bien avouer que la qualité générale de l’écran est bien plus grande qu’espérée.

Néanmoins, les plus pointilleux pourront dire que certaines couleurs sont trop criardes et que la luminosité est légèrement trop faible, surtout lorsqu’on est en extérieur. Rappelons tout de même qu’il est possible de régler la température des couleurs dans les paramètres du smartphone pour ceux qui souhaitent obtenir un résultat encore plus naturel. Enfin, petit point sur lequel nous souhaitions revenir, l’encoche, trop large. Cette dernière mesure 2,9 centimètres et supprime ainsi la présence d’éventuelles notifications dans la barre. Regrettable, même s’il est possible de modifier la barre des notifications dans les paramètres afin de la faire passer sous l’encoche.

Photos

Sur le papier, le Honor Play est plutôt vendeur. Équipé d’un double capteur photo de 16 Mégapixels et un second de 2 Mégapixels à l’arrière et un de 16 Mégapixels à l’avant, le smartphone fait plutôt bien le job. Pour les clichés pris via l’appareil du dos, on remarque rapidement que les couleurs sont fidèles et que le contraste est plutôt bon. Néanmoins, la qualité globale diffère selon la luminosité ambiante, et il arrive que l’on trouve une photo pixelisée alors qu’elle a été réalisée peu de temps après une autre tout à fait honorable. Sur images que nous avons pu photographier, on se rend compte que certains éléments sont inexplicablement floutés ou simplement plus grossiers. Enfin, certaines couleurs comme le vert ou le rouge prennent le dessus sur les autres alors que le blanc parait parfois légèrement jaunâtre.

L’appareil frontal est quant à lui étonnamment à la hauteur. Les selfies sont de bonne qualité et le mode portrait est réussi. Les contours sont bien gérés et le flou permet aux clichés de gagner en profondeur. On note également la présence d’une mode AI (Intelligence Artificielle) pour les photos prises avec l’appareil dorsal, mais ce dernier a tendance à trop assombrir les photographies. On retrouve, bien évidemment, plusieurs possibilités de réglages et notamment un mode beauté qui réalise un trop grand travail sur le visage et met totalement de côté des couleurs et courbes naturelles. Quoi qu’il en soit, avec son modèle Play, Honor n’avait certainement pas l’intention de créer un appareil dédié aux photos et cela se ressent rapidement.

Autonomie

C’est l’un des domaines qui intéresse le plus les utilisateurs aujourd’hui. Alors qu’il y a quelques années encore, il paraissait compliqué de garder son smartphone plus d’une journée sans le recharger, les constructeurs ont fait de gros efforts pour offrir des modèles cohérents aux utilisateurs. Dans cette logique, le Honor Play présente une batterie de 3750 mAh qui doit faire avec un CPU assez gourmand, le Kirin 970. Avouons qu’elle fait plutôt bien le travail puisqu’il est rare de devoir obligatoirement rebrancher son appareil à la fin de la journée.

Avec une utilisation classique (envoi de messages, appels, utilisation d’apps peu gourmandes, navigation sur le web,…), comptez une bonne journée et demie avant de devoir rebrancher le smartphone. Mais, étant donné que le Honor Play est un appareil dédié aux joueurs, nous l’avons également testé sur la durée avec des titres gourmands comme PUBG, Asphalt 9 ou Fortnite. Et malgré une surchauffe un peu dérangeante (l’arrière de la coque paraissait vraiment chaud à la fin de notre partie sur PUBG), ce nouveau modèle tient plutôt bien la charge. Il est dans la moyenne haute puisqu’il tourne toute la journée avant de s’éteindre, même dans des conditions de forte utilisation.

Doté d’un port USB Type-C, cet appareil bénéficie, à l’instar de ses concurrents, du système de Fast Charge. Comptez deux heures et une vingtaine de minutes pour le voir passer de 0 à 100 % et effectuer ainsi une recharge complète. Un temps assez surprenant long.

Performances, Jeux vidéo & GPU Turbo

Le Honor Play tourne sous une version 8.1 d’Android Oreo, mais présente la dernière interface du constructeur chinois, à savoir l’EMUI 8.2 de Huawei. Sobre, voire même très classique, le design général de ce smartphone ne fera certainement pas des émules. Si ce n’est pas ce qu’on lui demande, notons la présence de nombreux bloatwares, ces applications éditeurs qui ne servent à rien et qu’on ne peut pas supprimer. De plus, aucun menu général n’est présent au départ et il faudra aller farfouiller dans les réglages pour paramétrer l’interface afin qu’elle soit un peu plus lisible.

Néanmoins, grâce à un SoC Kirin 970 et à 4 Go de RAM, l’appareil est très fluide et agréable pour la navigation. On peut ouvrir de nombreuses applications en même temps et laisser faire le multi-tâche sans être gêné par le moindre ralentissement. Associé à un GPU Mali-G72 MP12, le Honor Play fait très bien son travail de « smartphone pour joueurs ». Ainsi, les jeux qui nécessitent le plus de ressources comme PUBG ou Fortnite tournent sans encombre, de manière fluide et en affichant des graphismes détaillés. L’ensemble des titres présents sous Android peuvent donc très aisément être lancés sur ce modèle et c’est bien le travail qui lui était demandé au départ.

La présence de la fameuse fonction GPU Turbo, qui est censée fluidifier les jeux pour les rendre plus agréables à l’œil n’a qu’un intérêt limité. En effet, mis à part sur des titres optimisés comme Asphalt 9 ou PUBG, cette technologie ne marche pas. On a donc rapidement fait le tour, alors qu’on aurait apprécié que des expériences comme Dragon Ball Legends ou N.O.V.A. Legacy en profitent également. Autre petit point noir, la partie audio. En effet, si ce nouvel Honor bénéficie d’une prise jack 3,5 mm et qu’avec un casque, la qualité est plus que correcte, notons qu’il n’y a qu’un seul haut-parleur sur le dessous de l’appareil. On se retrouve ainsi avec un son en mono qui ne permet pas de s’y retrouver lorsqu’on joue et qui a tendance à rapidement s’étouffer si tant est qu’on règle le volume sur le minimum. Il faudra donc vraiment privilégier les parties avec un casque ou des écouteurs sur la tête pour éviter d’être pénalisé par ce manque.

 

Notre avis

Pour 329 euros, le Honor Play représente une vraie bonne alternative pour les personnes qui souhaitent un smartphone abordable et permettant de jouer aux titres gourmands du Play Store. Puissant et doté d’un bel écran, l’appareil fait néanmoins quelques concessions qui pourraient en faire reculer certains. On pense notamment à une interface qui laisse vraiment à désirer, mais aussi à une qualité photographique trop aléatoire. Reste un modèle aux qualités indéniables pour un prix concurrentiel surtout destiné aux joueurs.

7 / 10
Les plus
Les moins
  • L'écran
  • Les performances, notamment en jeu
  • Le tarif
  • Un appareil photo de bonne qualité...
  • ...Mais il faut quand même faire quelques concessions
  • L'interface