Test

Test – Mars War Logs : La belle rouge [PC]

Notre avis
6 / 10

Par Fabio le

Lors d’une première prise en main, Mars War Logs avait su nous impressionner : le projet des frenchy de Spiders semblait tout avoir d’un grand RPG alors qu’il ne s’agit « que » d’un jeu téléchargeable vendu à petit prix. Au produit final de nous dire si les ambitions du studio français ont pu être respectées.

Mars, terre de promesses

Colonisée à une époque lointaine dont les vestiges sont enfouis sous sa surface, Mars est désormais dominée par des compagnies privées qui se livrent une guerre sans merci pour le contrôle de sa ressource la plus précieuse : l’eau. Dans la peau de Roy, personnage au passé trouble, il faudra vous montrer plus malin que la moyenne pour élaborer votre évasion d’un camp de prisonniers et signer ainsi le début de votre aventure.

Situé à mi-chemin entre Mad Max et Total Recall, l’univers développé par Spiders se montre tout à fait crédible grâce au moteur graphique maison qui restitue parfaitement l’ambiance étouffante de la planète rouge. On déplore en revanche l’absence totale d’expression des visages durant les dialogues, qui ne sont pas arrangés par le doublage pitoyable. L’immersion n’en souffre pas trop mais il est impossible de s’attacher à ces personnages qui ressemblent davantage à des poupées plastiques qu’autre chose.

Les PNJ ne sont malheureusement pas très vivants
Les PNJ ne sont malheureusement pas très vivants

Mars l’aride

Les dialogues sont cependant loin de constituer le centre du gameplay : dans Mars War Logs, il vous faudra combattre pour survivre. Chiens martiens, bandits, soldats… les ennemis possèdent des schémas d’attaque variés et les combats se montrent suffisamment ardus pour vous forcer à rester attentif.

Organisés autour d’un système à quatre boutons (frappe/brise-garde/parade/esquive), les affrontements sont dynamiques et agréables une fois compris l’importance de l’esquive. Chaque coup porté à Roy provoque en effet une très courte période d’immobilisation au cours de laquelle il peut se prendre un nouveau coup ; il faut donc éviter de foncer tête baissée. Les ennemis ont d’ailleurs une fâcheuse tendance à se traverser les uns les autres dans les espaces étroits où la caméra bancale n’arrange pas les choses… inutile par ailleurs de compter sur vos compagnons, ceux-ci servant de simple punching-ball aux ennemis en début du combat.

On s’en sort cependant sans trop de mal la plupart du temps, ce qui permet ensuite de récupérer sur les corps des ennemis des matériaux qui serviront à améliorer votre équipement. Un système d’expérience permet quant à lui de progresser dans trois arbres de compétences différents qui laissent une vraie liberté au niveau du style de combat que vous souhaitez adopter.

L'arbre de compétences apporte une vraie rejouabilité
L’arbre de compétences apporte une vraie rejouabilité

(Un)limited Mars

Il est également possible d’achever les ennemis à terre pour récupérer du Sérum, précieux liquide qui sert de monnaie sur Mars. Chaque mise à mort affectera cependant votre réputation auprès des personnages du jeu, ce qui pourra se montrer plus ou moins bénéfique en fonction des situations.
Les marchands par exemple, se montreront ainsi bien moins amicaux, mais vous serez à même de résoudre certaines quêtes secondaires par l’intimidation… Intéressantes, ces quêtes mettent toutefois en exergue l’un des gros points noirs du jeu : son level-design. Chacune des grandes zones que vous visiterez au cours de la dizaine d’heures de jeu est fragmentée par des « portes » qui hachent la progression.

Ces portes seront votre pire ennemi.
Ces portes seront votre pire ennemi.

Mars War Logs est donc l’archétype du projet ambitieux limité par ses moyens. Le jeu se montre plaisant et compense sa courte durée de vie par une forte rejouabilité (le déroulement du dernier chapitre dépend uniquement de vos choix) et un petit prix, mais l’on reste sur une impression mitigée, un sentiment frustrant où l’on se dit que Spiders, avec plus de moyens et de temps, aurait pu sortir un vrai titre ambitieux, notamment et surtout en termes de level design.

Lors d’une première prise en main, Mars War Logs avait su nous impressionner : le projet des frenchy de Spiders semblait tout avoir d’un grand RPG alors qu’il ne s’agit « que » d’un jeu téléchargeable vendu à petit prix. Au produit final de nous dire si les ambitions du studio français ont pu être respectées.

Mars, terre de promesses

Colonisée à une époque lointaine dont les vestiges sont enfouis sous sa surface, Mars est désormais dominée par des compagnies privées qui se livrent une guerre sans merci pour le contrôle de sa ressource la plus précieuse : l’eau. Dans la peau de Roy, personnage au passé trouble, il faudra vous montrer plus malin que la moyenne pour élaborer votre évasion d’un camp de prisonniers et signer ainsi le début de votre aventure.

Situé à mi-chemin entre Mad Max et Total Recall, l’univers développé par Spiders se montre tout à fait crédible grâce au moteur graphique maison qui restitue parfaitement l’ambiance étouffante de la planète rouge. On déplore en revanche l’absence totale d’expression des visages durant les dialogues, qui ne sont pas arrangés par le doublage pitoyable. L’immersion n’en souffre pas trop mais il est impossible de s’attacher à ces personnages qui ressemblent davantage à des poupées plastiques qu’autre chose.

Les PNJ ne sont malheureusement pas très vivants
Les PNJ ne sont malheureusement pas très vivants

Mars l’aride

Les dialogues sont cependant loin de constituer le centre du gameplay : dans Mars War Logs, il vous faudra combattre pour survivre. Chiens martiens, bandits, soldats… les ennemis possèdent des schémas d’attaque variés et les combats se montrent suffisamment ardus pour vous forcer à rester attentif.

Organisés autour d’un système à quatre boutons (frappe/brise-garde/parade/esquive), les affrontements sont dynamiques et agréables une fois compris l’importance de l’esquive. Chaque coup porté à Roy provoque en effet une très courte période d’immobilisation au cours de laquelle il peut se prendre un nouveau coup ; il faut donc éviter de foncer tête baissée. Les ennemis ont d’ailleurs une fâcheuse tendance à se traverser les uns les autres dans les espaces étroits où la caméra bancale n’arrange pas les choses… inutile par ailleurs de compter sur vos compagnons, ceux-ci servant de simple punching-ball aux ennemis en début du combat.

On s’en sort cependant sans trop de mal la plupart du temps, ce qui permet ensuite de récupérer sur les corps des ennemis des matériaux qui serviront à améliorer votre équipement. Un système d’expérience permet quant à lui de progresser dans trois arbres de compétences différents qui laissent une vraie liberté au niveau du style de combat que vous souhaitez adopter.

L'arbre de compétences apporte une vraie rejouabilité
L’arbre de compétences apporte une vraie rejouabilité

(Un)limited Mars

Il est également possible d’achever les ennemis à terre pour récupérer du Sérum, précieux liquide qui sert de monnaie sur Mars. Chaque mise à mort affectera cependant votre réputation auprès des personnages du jeu, ce qui pourra se montrer plus ou moins bénéfique en fonction des situations.
Les marchands par exemple, se montreront ainsi bien moins amicaux, mais vous serez à même de résoudre certaines quêtes secondaires par l’intimidation… Intéressantes, ces quêtes mettent toutefois en exergue l’un des gros points noirs du jeu : son level-design. Chacune des grandes zones que vous visiterez au cours de la dizaine d’heures de jeu est fragmentée par des « portes » qui hachent la progression.

Ces portes seront votre pire ennemi.
Ces portes seront votre pire ennemi.

Mars War Logs est donc l’archétype du projet ambitieux limité par ses moyens. Le jeu se montre plaisant et compense sa courte durée de vie par une forte rejouabilité (le déroulement du dernier chapitre dépend uniquement de vos choix) et un petit prix, mais l’on reste sur une impression mitigée, un sentiment frustrant où l’on se dit que Spiders, avec plus de moyens et de temps, aurait pu sortir un vrai titre ambitieux, notamment et surtout en termes de level design.

Notre avis

Frustrant

6 / 10