Test

[Test] Pony Island – Satan bouchera un coin [PC]

Par Corentin le

Ne partez surtout pas ! Pony Island n’est pas un jeu qui parle de poneys ! Enfin si, forcément un peu, mais les poneys sont un prétexte à une histoire un peu plus méta. En effet, Pony Island est surtout un jeu qui parle de… Pony Island. Par contre, j’espère que vous aimez le genre, parce que Pony Island est un runner ! Aaaaah ! Mais ne partez pas enfin !

Bon, je reconnais qu’aux premiers abords, le concept d’un runner moche dans lequel vous incarnez un poney est plutôt indigeste. Mais très vite, on se rend compte que quelque chose ne va pas. Derrière ses aspects insipides, Pony Island est en réalité un puzzle game sous couverture.

Pony Island_1

Déjà, au lancement du jeu, on se doute que quelque chose ne tourne pas rond. L’option « jouer » ne fonctionne pas. Vous devrez trouver un moyen de « réparer » le menu. Et puis, Pony Island commence. Après deux ou trois niveaux, le jeu va commencer à agir étrangement et va vous inciter passer en coulisse.

Le joueur se retrouve ainsi embarqué dans une histoire qu’il n’aurait pas pu anticiper. Avec des âmes piégées dans des fichiers informatiques, des démons qui apparaissent à vous sous la forme de .exe et un Satan en développeur de jeu qui vous torturera avec de très mauvais game design. Voilà ce qui vous attend en réalité dans Pony Island : l’enfer sous la forme d’une borne d’arcade.

Pony Island_4

[nextpage title= »Puzzles and demons »]

Le système de jeu principal sera d’ailleurs systématiquement partagé entre la résolution d’un certain type de puzzles (ils représentent le hacking dans le jeu) et les séquences de runner (qui restent quand même très nombreuses, ne croyez pas). Ces deux registres possèdent toujours plus ou moins la même structure et les mêmes règles. Seuls les outils et capacités à votre disposition seront de plus en plus complexes. De ce point de vue, la courbe de difficulté de Pony Island est parfaitement maîtrisée.

Et puisqu’on aborde le sujet des puzzles, voici comme ils fonctionnent : une clef descend le long d’une colonne à gauche de l’écran et vous devez faire en sorte qu’elle arrive à bon port dans une serrure. Cependant, certaines étapes de son chemin sont obstruées ou manquantes. À vous de déplacer des icônes qui auront une influence sur le chemin de la clef. Une icône [flèche verte qui va vers le bas] la laissera passer alors qu’une icône [flèche horizontale vers la droite] la fera changer de colonne. Ce qui est intéressant, c’est que tant qu’une case est vide, la clef ne bougera pas. De ce fait, il est possible d’utiliser une icône, attendre que la clef passe, et la réutiliser plus loin afin de bénéficier de ses effets deux fois en un seul passage.

Pony Island_2

Certaines étapes du parcours de la clef auront également une influence sur certaines variables affichées clairement à l’écran. D’autres seront carrément des portes qui ne vous laisseront passer que si certaines conditions sont réunies. Il peut s’agir d’une variable qui doit se trouver au-dessus d’une certaine valeur par exemple.

Cette vision « gamifiée » du hacking est plutôt intelligente et parvient à se diversifier suffisamment avec le temps pour ne pas être lassante. Dans d’autres titres, on vous demande de jouer à un mini-jeu d’adresse ou de timing. Je trouve cela dommage, car ces petites épreuves ne testent pas les bonnes capacités du joueur. Au contraire, dans Pony Island, ces puzzles font preuve d’une certaine logique (qui lui est propre, certes) et l’esprit réflexif inhérent est respecté tout en restant amusant. En somme, il s’agit d’un très bon système pour un jeu de ce calibre.

Pony Island_10

Et puis, il y a les séquences de runners qui représenteront l’autre grande moitié des phases de jeu. De la même manière que pour les phases en puzzle, la difficulté s’accroît, ainsi que les capacités qui seront octroyées à votre poney. Au début, votre quadrupède ne pourra que sauter. Puis, il pourra tirer un laser, voire même planer encore plus tard dans le jeu.

Toutefois, le poney arrêtera assez rapidement sa montée en puissance. Je ne vous révèle pas la surprise, mais le jeu, comme en musique classique, fera des variations autour du thème du runner. En le transformant carrément en jeu d’aventure, voire en aventure textuelle (!), le runner se joue à toutes les sauces et se cuisine de toutes les façons. L’enfer.

Et puis il y a les tickets, ces collectibles qui seront en réalité les sésames pour la « vraie » fin du jeu. Il y en a 24 et ils ont tous un point commun : ils sont bien cachés. Parfois, il s’agira d’un mini-jeu à compléter. Parfois, il faudra cliquer sur un détail étrange dans le décor. Pensez bien à les chercher dès le début du jeu, car il n’est pas forcément agréable de refaire tout le jeu à leur recherche une fois le générique de fin passé.

Cet univers complétement méta qui, à l’instar d’un Undertale, joue avec brio avec les codes du genre, manque cependant de réelle consistance. Ainsi, si on est constamment intrigué ou amusé par le nombre impressionnant d’idées dont regorge le jeu, il est également assez difficile de s’impliquer plus que ça. Les vaines tentatives de développement du lore qui se dévoilent en marge de l’intrigue principale auraient pu être intéressantes (notamment sur la réelle identité du joueur), mais elles paraissent vraiment hors sujet.

Pony Island_5

L’univers peut ainsi paraître un peu idiot, un peu inconséquent. On l’impression de jouer à « esprit es-tu là ? » autour d’un ouija avec des adolescents qui se bidonnent. Le jeu ne cherche même pas (et c’est tout à son honneur) à nous faire peur avec de bêtes jumpscares. Cependant, l’ambiance qu’il cherche à mettre en place ne parvient pas à trouver sa place au milieu des petites phrases amusantes ou des aberrations volontaires de design que le joueur croisera au fil de l’histoire.

Toutefois, cela n’a pas réellement d’importance, car le jeu fait preuve d’une liberté insolente. Y compris dans les tout derniers instants. Avec Pony Island, on signe une sorte de contrat qui le libère de toute contrainte tant qu’il parvient à nous amuser, tant qu’il parvient à maintenir cet effet d’ébahissement permanent. Une forme de complicité qui permet au titre de faire tout et n’importe quoi, tout en restant crédible, cohérent et amusant.

Pony Island_8

Notre avis

Il ne vous fera pas cogiter comme un Undertale, mais Pony Island parvient à pousser l’aspect meta au point de faire exploser toutes les limites établies. C’est bien simple, en le lançant vous devez vous attendre à ce que tout puisse arriver. Le cœur du jeu, ces fameux puzzles, est parfaitement calibré du début jusqu’à la fin et parvient à se renouveler jusqu’au dernier moment tout en représentant un challenge relevé. Une drôle d’expérience qui mérite bien que vous dépensiez les 5 pauvres euros qu’il vous demande. Si vous n’êtes pas rebutés par les jeux aux graphismes volontairement simplistes, lancez-vous dans l’aventure et laissez-vous (luci)faire.

7.5 / 10