Test

[Test] Rock Band 4

Notre avis
8 / 10

Par Firestarter le

Si Guitar Hero Live a choisi la voie de l’innovation pour son retour sur scène (notre test à venir), Rock Band 4 a préféré reprendre la partition là où il l’avait laissée, privilégiant la rétrocompatibilité et un esprit plus « groupe » qu’ « adversaire ».

RockBand4-Screenshot-noHUD05

La première bonne nouvelle que nous devons donner au sujet du nouvel opus d’Harmonix, c’est d’apprendre aux anciens joueurs que tout leur matos (guitare, batterie) PS3 ou Xbox 360 pourra être ressorti du placard à l’occasion de ce Rock Band 4. Une idée bienvenue qui permettra d’économiser l’achat du pack complet (jeu, guitare, batterie, micro) qui, rappelons-le, coûtera quasiment le prix d’une console (300 euros, ouch).

Parallèlement, le développeur a également prévu de « récompenser » les possesseurs des anciens Rock Band, rendant accessible, gratuitement, tous les morceaux précédemment achetés. Une autre idée bienvenue lorsqu’on voit la playlist du présent volet, pas franchement emballante. Si elle est, certes, assez variée, avec des groupes mythiques comme The Cure, U2 (présent pour la première fois dans un jeu musical), Scorpions, Judas Priest, Ozzy Osbourne, Elvis Presley, la liste n’offre aucun titre phare. Quid de Boys don’t cry, Sunday bloody Sunday ou Mr Crowley ? il faudra se contenter de morceaux « de second plan ». Heureusement, la boutique de 1700 morceaux devrait servir à pallier ce manquement assez regrettable.

RockBand4-Screenshot-GuitarSolo02

Concernant les modes de jeux, deux se distinguent des sempiternelles parties rapides. Mais avant tout, on remarquera que plutôt que de récompenser les performances individuelles, Rock Band 4 privilégie le résultat collectif, à travers le mode Concert. L’ambiance sera également très « Bercy » ou « Zénith », puisqu’il n’y aura quasiment pas de pause entre deux morceaux, déterminés par le vote des musiciens. Inutile de préciser qu’à la fin de la représentation, une bonne douche ou un coup de déo sera de bon aloi.

Le mode « Tournée » lui, est à prendre plus comme un mode « carrière ». Choisir un van pourri pour les déplacements plutôt qu’une embarcation plus « select », engager un manager plus déjanté qu’un autre, augmenter son nombre de fans ou jouer dans des salles plus grandes plus vite, chaque choix aura un impact sur l’avenir du groupe, les fringues et matériels déblocables pour les avatars préalablement crées. Les petits musiciens propres sur eux peuvent ainsi devenir rapidement de vraies bêtes de scènes avec une crête verte, un t-shirt iconoclaste et une guitare sortie d’une BD SF.

RockBand4-Screenshot-HUD02

Rock Band 4 ne s’en cache pas. Il veut que les joueurs s’éclatent ensemble sans penser à taper le high-score ou à faire mieux que son partenaire. Pour donner un peu d’air et de folie aux morceaux, le jeu a intégré le concept du « freestyle ». A un moment donné de la chanson, chaque musicien pourra donner libre court à son imagination et se laisser aller sans se faire sanctionner. Un court instant, se prendre pour Van Halen, Geezer Butler (Black Sabbath), Dave Lombardo (Slayer) ou Sting, « ca le fait grave ».

Rock Band 4, déjà disponible sur Xbox One et PS4

Notre avis

Rock Band 4 joue la carte de la stabilité. Sans toucher au gameplay qui a prouvé ses qualités, le titre d’Harmonix permet aussi de rejouer avec les anciens instruments, Mad Catz s’étant occupé de fabriquer le nouveau set (guitare, batterie, micro) pour ceux qui n’auraient pas le choix (ni peur) de claquer 300 euros pour transformer leur salon en salle de concert. La possibilité de rapatrier les titres achetés est aussi une bonne idée tant la playlist du jeu n’est pas folichone. Au final, ce Rock Band 4 peut être l’opportunité de jouer avec des potes sur plus de 1700 titres, autant dire, un puits sans fond de rock et de gros son. Une excellente occasion d’organiser un concert « fait maison » et de passer un bon moment entre amis pas forcément musiciens à la base.

8 / 10