Test

[Test] Samsung Gear S3 : la meilleure smartwatch de l’année ?

Logiciel

Notre avis
8 / 10
Gadget

Par Gaël Weiss le

Plus que cela, je pense que ce que j’apprécie le plus sur la Gear S3 est sa très grande facilité de prise en main. C’est bien simple, je l’ai sortie de sa boîte, je l’ai allumée, je l’ai connectée à mon téléphone (il suffit de télécharger une application puis d’activer le Bluetooth) et tout a fonctionné sans que j’ai quoi que ce soit à configurer. Un véritable bonheur.

test-samsung-gear-s3-frontier-journal-du-geek-11

Et une belle prouesse par la même occasion, car on rappellera que la Gear S3 ne fonctionne pas sous Android Wear mais sous un OS propriétaire : Tizen. Un OS diablement efficace soit dit en passant. Il est capable de refléter sur l’écran de la montre tout ce qu’affiche le téléphone sans avoir à préalablement installer ou configurer une quelconque application sur la montre. Les SMS, les emails, WhatsApp et même Twitter sont immédiatement pris en compte par la montre, qui permet de répondre directement aux messages ou d’afficher un aperçu des messages reçus sans que je me pose à un moment la question de la compatibilité d’une application.

logiciel-gear-s3-1

Une ergonomie exemplaire

De la même façon, il a suffi que je lance une fois mon application de podcast pour que Tizen la repère et l’affiche dans les options de la montre. Il m’a suffi de la retrouver pour avancer ou reculer dans mon émission et surtout de tourner la molette de la montre pour régler le son. On ne peut pas faire plus instinctif. Cette molette, justement, fonctionne comme sur la Gear S2 : il suffit de la tourner pour naviguer dans les menus, mais aussi pour scroller sur un écran ou pour interagir avec les applications.

logiciel-gear-s3-2

On ajoutera à tout cela des fonctions classiques et attendues d’une montre connectée : envoi de SMS depuis la montre avec un système de reconnaissance vocale qui fonctionne plutôt bien, gestion des appels (il est possible de passer un coup de fil avec sa montre), de nombreuses options de tracker d’activité, des alertes lorsque l’on reste trop inactif ou que l’on a bientôt un rendez-vous, etc, etc. Encore mieux, tout est extrêmement fluide, la Gear S3 ne rame absolument jamais (là encore, peu de montres Android Wear peuvent en dire autant). D’un point de vue logiciel, elle est pratiquement inattaquable.

Tizen, le mal aimé

Pratiquement, puisque j’aurai deux petites critiques à émettre. Elles concernent toutes deux Tizen, qui souffre actuellement d’un manque flagrant de soutien de la part des développeurs. Ainsi, il y a très peu d’applications dédiées à la montre. Certes, il y a bien Uber ainsi que quelques applications ou jeux vidéo. Mais pas question de disposer de Google Maps sur la Gear S3, d’applications dédiées pour les réseaux sociaux ou de services des principaux acteurs de la hi-tech. Ou alors il faudra rechercher des expédients au sein de la boutique de Samsung et passer bien souvent à la caisse. Et ne comptez pas non plus, par exemple, sur un support de Pokémon Go pour Tizen, contrairement à ce que l’on trouvera bientôt sur l’Apple Watch ou sur les montres Android Wear.

cadran-galaxy-gear

Même constat pour les cadrans. Ceux de base sont tout juste moyens, surtout lorsqu’on les compare à ce qu’on trouve le Play Store. Samsung incite ses utilisateurs à passer par sa boutique pour en trouver d’autres. Et autant vous prévenir tout de suite, tous les cadrans gratuits sont franchement hideux. Bref, prévoyez entre 1 et 10 euros pour trouver un cadran digne de ce nom qui vous plaira.

Une autonomie impressionnante pour une telle smartwatch

Dernier très bon point de cette montre, son autonomie. Sur son site officiel, Samsung indique qu’elle est capable de tenir 4 jours sans être rechargée. Après une semaine d’utilisation, je ne peux que confirmer la chose, puisque j’ai eu besoin de ne la recharger qu’une seule fois. Il faut toutefois noter que j’avais désactivé Always On Display et que je l’éteignais dès que j’étais rentré chez moi. Alors, certes, la montre est neuve et ne tiendra peut-être pas ce rythme sur la longueur, mais j’ai rarement vu des smartwatchs dotés d’une telle autonomie. Une très belle performance de la part de Samsung.

test-samsung-gear-s3-frontier-journal-du-geek-13