Test

[Test] Senran Kagura Burst – Bonnet B et blanc bonnet [3DS]

Notre avis
6 / 10

Par Corentin le

Pour le test de ce jeu bien trop Japon pour moi, j’ai été obligé de le faire sous-traiter par ma copine, bien plus otaku que moi.

Please understand.

Please-Understand

Senran Kagura Burst est un beat them all où l’on joue des lycéennes apprenties ninja. Vous aimez les filles en 2D, les shimapan et les poitrines qui défient les lois de la gravité ? Découvrez un petit échantillon de ce que le Japon sait faire de moins fin en la matière. D’ailleurs, on peut noter que la culture de… MAIS REGARDEZ-MOI CETTE FORMIDABLE JAQUETTE.

Formidable jaquette
Formidable jaquette

Senran Kagura Burst est issu de la saga Senran Kagura, comprenant majoritairement des jeux de baston, mais aussi des jeux de rythme culinaires. Elle fut également déclinée en manga, anime, figurines et tapis de souris volumineux. Le studio qui est à l’origine de tout cela, Tamsoft, peut se targuer d’avoir aussi réalisé Dream C Club (un jeu où des maids s’occupent de vous) ou Hyperdimention Neptunia (un jeu avec des anthropomorphisations sexy de consoles qui se font la guerre), ou encore des jeux aux noms typiques comme OneChanbara: Bikini Zombie Slayers.
(๑>‿◕๑) *✲゚

Le plot ? Six élèves d’une école de ninja propre et honnête et six autres d’un établissement bien plus louche, qui ne vont pas tarder à se chercher des noises. Le fond et la forme de ce jeu partagent un but unique très classy : désaper nos héroïnes par tous les moyens. Après avoir choisi dans le dressing room les vêtements que vous voulez voir disparaître – et le bikini que vous voulez faire apparaître – on part bastonner Yankees et apprenties ninja par milliers qui en ont après votre mini-jupe ! (ノ °◇°)ノ

Plusieurs modes de baston s’offrent à vous, le principal vous permettant de vous battre en uniforme scolaire. Dès que votre jauge d’Art Ninja est remplie, vous pouvez vous transformer en magical girl effectuer une « transformation ninja » lors d’une petite cinématique aux angles de caméra extrêmement distingués.
(☞゚∀゚)☞

Transoformation-SKB

À partir de là, les habits de votre héroïne vont progressivement se désintégrer en ne laissant rien au hasard : encore un peu moins de jupe, encore un peu plus d’underboobs. Chaque personnage a sa tenue bien à lui en plus d’une large galerie vestimentaire qui se débloque peu à peu : tenue de miko, maillot de bain scolaire, nekomimi, entre autres éléments de cosplay classique. Pour les plus impatients, le mode « Frantic », que l’on peut sélectionner au début d’un niveau, propulse directement la combattante dans l’arène en bikini. Pour ceux qui s’intéressent au gameplay, ça a aussi pour effet d’augmenter l’attaque au détriment de la défense. Mais mpprrtt le gameplay dans un jeu pareil, quoi. ♪┗ ( ・o・) ┓♪

Toutes ces jeunes femmes plantureuses apparaîtront la plupart du temps dans un cel-shading agréable, particulièrement travaillé lors des dialogues et des cinématiques qui viennent ponctuer le combat. Dommage que ces dernières soient gâchées par un framerate clairement à la ramasse – même si l’œil d’une gameuse ponctuelle comme le mien s’en accommodera rapidement.
(~ ̄▽ ̄)~

Pantsu shot dans 3, 2, 1...
Pantsu shot dans 3, 2, 1…

Ne vous y trompez pas : Katsuragi, Yagyuu et ses amies n’ont pas que leur plastique à vous vendre. Des séquences narratives viennent ajouter un peu de caractère et de background à vos waifus le tout relevé par un doublage japonais omniprésent de grande qualité. On reste quand même sur des grands clichés des animes : de la neuneu à gros seins à la tsundere. Néanmoins, l’idée de nous faire jouer à notre guise l’une ou l’autre école à son rythme permet de découvrir deux facettes du scénario qui se complètent. Évidemment, on a toujours tendance à privilégier sa petite favorite pendant une longue partie du jeu. En ce qui me concerne, quand je commence à jouer avec Asuka avec des lunettes en uniforme d’été, seule la douleur dans mes doigts me contraint d’arrêter.
(*´▽`*)♥

bsur10Vous l’aurez compris, Senran Kagura Burst n’est pas un jeu inoubliable. Il n’a jamais visé autre chose qu’un public d’otaku. On se demanderait presque comment il est parvenu à traverser les océans jusqu’à nous. Même s’il peut être foncièrement agréable de dézinguer des pelletées de kaïras d’un coup de fessier rebondi, la redondance des combats aura tôt ou tard raison de votre patience. Mais qu’importe, puisque les qualités de Senran Kagura résident dans ses aspects les plus limites et les plus superficiels. C’est assez honteux de faire des jeux pareils, quand même. Mais j’avoue, c’est marrant et c’est mon truc.
(•̀ᴗ•́)و

Test réalisé par Sedeto.
Senran Kagura Burst est disponible sur 3DS, pour moins de 40 €.

Pour le test de ce jeu bien trop Japon pour moi, j’ai été obligé de le faire sous-traiter par ma copine, bien plus otaku que moi.

Please understand.

Please-Understand

Senran Kagura Burst est un beat them all où l’on joue des lycéennes apprenties ninja. Vous aimez les filles en 2D, les shimapan et les poitrines qui défient les lois de la gravité ? Découvrez un petit échantillon de ce que le Japon sait faire de moins fin en la matière. D’ailleurs, on peut noter que la culture de… MAIS REGARDEZ-MOI CETTE FORMIDABLE JAQUETTE.

Formidable jaquette
Formidable jaquette

Senran Kagura Burst est issu de la saga Senran Kagura, comprenant majoritairement des jeux de baston, mais aussi des jeux de rythme culinaires. Elle fut également déclinée en manga, anime, figurines et tapis de souris volumineux. Le studio qui est à l’origine de tout cela, Tamsoft, peut se targuer d’avoir aussi réalisé Dream C Club (un jeu où des maids s’occupent de vous) ou Hyperdimention Neptunia (un jeu avec des anthropomorphisations sexy de consoles qui se font la guerre), ou encore des jeux aux noms typiques comme OneChanbara: Bikini Zombie Slayers.
(๑>‿◕๑) *✲゚

Le plot ? Six élèves d’une école de ninja propre et honnête et six autres d’un établissement bien plus louche, qui ne vont pas tarder à se chercher des noises. Le fond et la forme de ce jeu partagent un but unique très classy : désaper nos héroïnes par tous les moyens. Après avoir choisi dans le dressing room les vêtements que vous voulez voir disparaître – et le bikini que vous voulez faire apparaître – on part bastonner Yankees et apprenties ninja par milliers qui en ont après votre mini-jupe ! (ノ °◇°)ノ

Plusieurs modes de baston s’offrent à vous, le principal vous permettant de vous battre en uniforme scolaire. Dès que votre jauge d’Art Ninja est remplie, vous pouvez vous transformer en magical girl effectuer une « transformation ninja » lors d’une petite cinématique aux angles de caméra extrêmement distingués.
(☞゚∀゚)☞

Transoformation-SKB

À partir de là, les habits de votre héroïne vont progressivement se désintégrer en ne laissant rien au hasard : encore un peu moins de jupe, encore un peu plus d’underboobs. Chaque personnage a sa tenue bien à lui en plus d’une large galerie vestimentaire qui se débloque peu à peu : tenue de miko, maillot de bain scolaire, nekomimi, entre autres éléments de cosplay classique. Pour les plus impatients, le mode « Frantic », que l’on peut sélectionner au début d’un niveau, propulse directement la combattante dans l’arène en bikini. Pour ceux qui s’intéressent au gameplay, ça a aussi pour effet d’augmenter l’attaque au détriment de la défense. Mais mpprrtt le gameplay dans un jeu pareil, quoi. ♪┗ ( ・o・) ┓♪

Toutes ces jeunes femmes plantureuses apparaîtront la plupart du temps dans un cel-shading agréable, particulièrement travaillé lors des dialogues et des cinématiques qui viennent ponctuer le combat. Dommage que ces dernières soient gâchées par un framerate clairement à la ramasse – même si l’œil d’une gameuse ponctuelle comme le mien s’en accommodera rapidement.
(~ ̄▽ ̄)~

Pantsu shot dans 3, 2, 1...
Pantsu shot dans 3, 2, 1…

Ne vous y trompez pas : Katsuragi, Yagyuu et ses amies n’ont pas que leur plastique à vous vendre. Des séquences narratives viennent ajouter un peu de caractère et de background à vos waifus le tout relevé par un doublage japonais omniprésent de grande qualité. On reste quand même sur des grands clichés des animes : de la neuneu à gros seins à la tsundere. Néanmoins, l’idée de nous faire jouer à notre guise l’une ou l’autre école à son rythme permet de découvrir deux facettes du scénario qui se complètent. Évidemment, on a toujours tendance à privilégier sa petite favorite pendant une longue partie du jeu. En ce qui me concerne, quand je commence à jouer avec Asuka avec des lunettes en uniforme d’été, seule la douleur dans mes doigts me contraint d’arrêter.
(*´▽`*)♥

bsur10Vous l’aurez compris, Senran Kagura Burst n’est pas un jeu inoubliable. Il n’a jamais visé autre chose qu’un public d’otaku. On se demanderait presque comment il est parvenu à traverser les océans jusqu’à nous. Même s’il peut être foncièrement agréable de dézinguer des pelletées de kaïras d’un coup de fessier rebondi, la redondance des combats aura tôt ou tard raison de votre patience. Mais qu’importe, puisque les qualités de Senran Kagura résident dans ses aspects les plus limites et les plus superficiels. C’est assez honteux de faire des jeux pareils, quand même. Mais j’avoue, c’est marrant et c’est mon truc.
(•̀ᴗ•́)و

Test réalisé par Sedeto.
Senran Kagura Burst est disponible sur 3DS, pour moins de 40 €.

Notre avis

(☞゚ヮ゚)☞ ☜(゚ヮ゚☜)

6 / 10