Test

[Impressions] Until Dawn : Scream et Heavy Rain sont sur un bateau… [PS4]

Par Henri le

Projet initié sur PS3, puis porté sur PS4, Until Dawn propose de vivre une aventure interactive largement basée sur les grands films d’horreur américains des années 2000. Frisson garanti ?

until-dawn-playstation-4-ps4-1407874662-001

Avant que le cinéma asiatique vienne prendre le relais à la fin des années 2000, la production américaine nous avait abreuvés de slashers plus ou moins réussis, suivant une trame narrative devenue cas d’école du film d’angoisse. Le genre de film où une bande d’adolescents réunis pour faire la fête décidait de faire tous les pires choix du monde, avant de se faire décimer pendant 1h 40. Tout ça pour apprendre que le tueur était un des leurs, et qu’il avait juste une peine de cœur à cause de la jolie blonde qui sortait avec le sportif. Parmi la masse de longs-métrages qui ont vu le jour, certains sont malgré tout devenus cultes pour toute une génération de jeunes : Scream, Souviens-toi l’été dernier, Destination Finale… Des films au fumet kitsch, hommage assumé à leurs ainés qu’étaient Vendredi 13 ou Massacre à la tronçonneuse. Until Dawn entend bien mélanger ces influences, en proposant au joueur d’incarner cette bande de huit jeunes crétins en question.

until-dawn-playstation-4-ps4-1407874662-005

La démo présentée par Sony nous a tout de suite mis dans le cœur du sujet, puisqu’elle nous a permis de découvrir Ashley et Chris, deux malheureux protagonistes, visiblement bien secoués à cause de la disparition d’un des leurs. Après avoir répondu à quelques questions sur nos préférences en matière d’horreur (Jouez-vous dans le noir ? Êtes-vous un leader ? Est-ce que la peur vous motive ?), c’est dans la peau de la jeune donzelle que l’on débute l’aventure, qui montre très vite des similitudes avec les productions de David Cage.

Déjà utilisé pour Killzone : Shadowfall, le moteur made in Sony remplit bien son office, et ne se présente pas comme un simple lifting d’un projet PS3. Les visages des acteurs sont détaillés, et même si la synchronisation labiale est encore perfectible, le travail de Supermassive Games rassurera les possesseurs de PS4. La jouabilité ne devra pas brusquer les gamers, puisqu’elle s’articule sur le déplacement et l’observation. Comme pour les jeux de Quantic Dream, il faudra avancer et trouver l’objet ou l’endroit censé déclencher un événement cinématique. Vous pourrez néanmoins diriger votre lampe torche en bougeant la manette, même si l’on sent que cette feature était initialement prévue pour le PS Move.

until-dawn-playstation-4-ps4-1407874662-003

Le seul véritable élément de gameplay réside dans certains choix qui s’offrent à vous, et qui sont signalés par un symbole représentant l’effet papillon. Aider un ami ou s’enfuir ? Rester groupé (un grand classique) ou chercher chacun de son côté ? Autant de décisions qui devraient avoir une incidence sur la survie de nos huit ados. Sony nous a d’ailleurs affirmé que tous les protagonistes pouvaient être sauvés, ce qui devrait offrir une certaine rejouabilité.

Passé ce gameplay simpliste, on comprend que ce film interactif se base avant tout sur l’ambiance. Et cet aspect-là est de loin le plus soigné. Les plans de caméras alternent contre plongée et mises à distance, ce qui a constamment pour effet de nous cacher ce qui se trame devant nous. Un procédé connu, mais amplifié par une excellente ambiance sonore, qui monte parfois d’un coup en intensité. Il faut d’ailleurs préciser qu’Until Dawn nécessite impérativement un bon dispositif audio (ou casque), sous peine de perdre tout son intérêt.

Le travail effectué sur les voix est véritablement convaincant, et respecte bien les altérations sonores que la peur peut provoquer. Les puristes profiteront d’une très bonne VO, mais la partie française (et même espagnole) se révèle de très bonne facture également. Les mécaniques de la peur fonctionnent donc exactement comme celles d’un slasher, et on espère que les développeurs sauront allier cette atmosphère à la fois kitsch et flippante, avec une véritable interaction manette en main.

Véritable hommage au bon vieux film d’horreur du samedi soir, Until Dawn semble s’adresser aux joueurs les plus cinéphiles. Si son atmosphère intrigante nous a tapés dans l’œil, on espère que le jeu de Supermassive Game ne se contente pas de n’être que le rail d’un joli train fantôme. Si les mécaniques de gameplay s’avèrent plus poussées, il pourrait bien être une des bonnes surprises de 2015.

Projet initié sur PS3, puis porté sur PS4, Until Dawn propose de vivre une aventure interactive largement basée sur les grands films d’horreur américains des années 2000. Frisson garanti ?

until-dawn-playstation-4-ps4-1407874662-001

Avant que le cinéma asiatique vienne prendre le relais à la fin des années 2000, la production américaine nous avait abreuvés de slashers plus ou moins réussis, suivant une trame narrative devenue cas d’école du film d’angoisse. Le genre de film où une bande d’adolescents réunis pour faire la fête décidait de faire tous les pires choix du monde, avant de se faire décimer pendant 1h 40. Tout ça pour apprendre que le tueur était un des leurs, et qu’il avait juste une peine de cœur à cause de la jolie blonde qui sortait avec le sportif. Parmi la masse de longs-métrages qui ont vu le jour, certains sont malgré tout devenus cultes pour toute une génération de jeunes : Scream, Souviens-toi l’été dernier, Destination Finale… Des films au fumet kitsch, hommage assumé à leurs ainés qu’étaient Vendredi 13 ou Massacre à la tronçonneuse. Until Dawn entend bien mélanger ces influences, en proposant au joueur d’incarner cette bande de huit jeunes crétins en question.

until-dawn-playstation-4-ps4-1407874662-005

La démo présentée par Sony nous a tout de suite mis dans le cœur du sujet, puisqu’elle nous a permis de découvrir Ashley et Chris, deux malheureux protagonistes, visiblement bien secoués à cause de la disparition d’un des leurs. Après avoir répondu à quelques questions sur nos préférences en matière d’horreur (Jouez-vous dans le noir ? Êtes-vous un leader ? Est-ce que la peur vous motive ?), c’est dans la peau de la jeune donzelle que l’on débute l’aventure, qui montre très vite des similitudes avec les productions de David Cage.

Déjà utilisé pour Killzone : Shadowfall, le moteur made in Sony remplit bien son office, et ne se présente pas comme un simple lifting d’un projet PS3. Les visages des acteurs sont détaillés, et même si la synchronisation labiale est encore perfectible, le travail de Supermassive Games rassurera les possesseurs de PS4. La jouabilité ne devra pas brusquer les gamers, puisqu’elle s’articule sur le déplacement et l’observation. Comme pour les jeux de Quantic Dream, il faudra avancer et trouver l’objet ou l’endroit censé déclencher un événement cinématique. Vous pourrez néanmoins diriger votre lampe torche en bougeant la manette, même si l’on sent que cette feature était initialement prévue pour le PS Move.

until-dawn-playstation-4-ps4-1407874662-003

Le seul véritable élément de gameplay réside dans certains choix qui s’offrent à vous, et qui sont signalés par un symbole représentant l’effet papillon. Aider un ami ou s’enfuir ? Rester groupé (un grand classique) ou chercher chacun de son côté ? Autant de décisions qui devraient avoir une incidence sur la survie de nos huit ados. Sony nous a d’ailleurs affirmé que tous les protagonistes pouvaient être sauvés, ce qui devrait offrir une certaine rejouabilité.

Passé ce gameplay simpliste, on comprend que ce film interactif se base avant tout sur l’ambiance. Et cet aspect-là est de loin le plus soigné. Les plans de caméras alternent contre plongée et mises à distance, ce qui a constamment pour effet de nous cacher ce qui se trame devant nous. Un procédé connu, mais amplifié par une excellente ambiance sonore, qui monte parfois d’un coup en intensité. Il faut d’ailleurs préciser qu’Until Dawn nécessite impérativement un bon dispositif audio (ou casque), sous peine de perdre tout son intérêt.

Le travail effectué sur les voix est véritablement convaincant, et respecte bien les altérations sonores que la peur peut provoquer. Les puristes profiteront d’une très bonne VO, mais la partie française (et même espagnole) se révèle de très bonne facture également. Les mécaniques de la peur fonctionnent donc exactement comme celles d’un slasher, et on espère que les développeurs sauront allier cette atmosphère à la fois kitsch et flippante, avec une véritable interaction manette en main.

Véritable hommage au bon vieux film d’horreur du samedi soir, Until Dawn semble s’adresser aux joueurs les plus cinéphiles. Si son atmosphère intrigante nous a tapés dans l’œil, on espère que le jeu de Supermassive Game ne se contente pas de n’être que le rail d’un joli train fantôme. Si les mécaniques de gameplay s’avèrent plus poussées, il pourrait bien être une des bonnes surprises de 2015.