Test

[Weebot Hoverboard] Nous l’avons testé, nous avons souffert, mais c’était sympa !

De la minute 0 à quelques os cassés...

Gadget

Par Zacharia G le

Le dépucelage : minute 0

monte-weebot

La prise en main… ou en pied, est plutôt difficile. Si les plus doués trouveront facilement leur équilibre, les gens moins à l’aise avec ce genre d’engin (comme moi), risque de connaître quelques difficultés. Au moins, la machine semble solide. Elle ne plie pas sous votre poids. Ses caractéristiques indiquent qu’elle peut transporter 110 kg, environ. Après, c’est sûr qu’elle pèse quand même : plus ou moins 10 kg. Vos pieds se posent sur des “plateformes” de caoutchouc, relativement agréables. Vos pieds ne glisseront donc pas de la planche. La structure est en plastique (ou du moins, cela y ressemble fortement), mais semble solide au toucher.

Si c’est votre première fois, je vous conseille en tout cas d’avoir un point d’appui à portée de main qui puisse supporter votre poids (sans avoir à vous baisser, comme un comptoir ou une table lourde). Vous pouvez aussi demander à une personne de confiance de vous tenir.

Au moment de monter dessus, il partira soit en avant soit en arrière, selon l’inclinaison de votre pied. Trouvez le point d’équilibre pour l’immobiliser avant de poser le deuxième pied. La planche fait plus de 50 centimètres de long, vous devriez avoir de la marge.

Si le désespoir vous envahit dores et déjà, et que vous pensez ne jamais y arriver, ne vous en faites pas, j’ai ressenti la même chose et je m’en suis bien sorti au final. Mais oui, c’est assez casse-gueule. Si vos pieds partent en arrière, la machine avancera et vous risquez de tomber en avant la tête la première. Ne mettez pas vos mains dans vos poches, vous pourriez en avoir besoin pour vous rattraper !

test-tiens-moi-weebot

Ça va un peu mieux : minutes 2 à 10

Bon ! À ce stade, vous devriez ne serait-ce que tenir debout seul. C’est bon, tout va bien ? De mon côté, je ne suis pas sorti immédiatement. Je suis resté chez moi, avec plein d’endroits où me rattraper avant d’affronter les dangers de la rue et du monde extérieur. Vous devriez avoir l’impression que vos mollets et/ou vos cuisses travaillent. Que vous pensiez ou non que ce soit une bonne chose, sachez que ça passera quand vous serez plus à l’aise.

Doucement, vous et moi pouvons commencer à avancer à ce stade. Bien sûr, ça n’est pas encore naturel, mais vous devriez commencer à avoir le truc. L’équilibre est moins difficile. Le piège est de se montrer trop hardi et d’aller trop vite à ce moment : c’est là que vous paniquez en vous rendant compte que vous arrêter est plus difficile. Si ça m’est arrivé ? Euh, disons juste que mon visage a déjà fait connaissance avec mon mur…

Alice ça glisse : minutes 5 à 12

Je roule sans aucun problème, et il devrait en être de même pour vous. Le terrain plat est devenu notre meilleur ami. Vous déplacer en intérieur ne pose plus de problèmes ! Vous commencez à sentir la sensation de glisse, presque de flotter ? Bon !

a-laise-interieur

À ce stade, des demi-tours plus ou moins serrés sont possibles, si vous n’avez pas encore tenté. Je ne vous avais pas dit comment tourner ? C’est simple : inclinez un seul de vos pieds en avant, ou tout simplement l’un plus que l’autre si vous désirez effectuer un virage tout en avançant. Pour les demi-tours, ma méthode (qui est sans doute utilisée par tous) est d’incliner un pied légèrement en arrière, et l’autre en avant. Attention ! J’ai appris à mes dépens que tourner trop serré en allant trop vite peut vous projeter sur le côté. C’est de la physique basique, mais je n’y avais pas spécialement pensé sur le moment. Bref !

La sortie, c’est pour bientôt. Je continue à rouler chez moi et au bureau, jusqu’à ce que ça devienne une seconde nature. Petit hic toutefois. J’ai fait essayer l’appareil à une personne d’environ 1m60, elle avait du mal à avancer. Elle a fini par avouer avoir la sensation que ses pieds sont trop petits pour aller vite. Mais bon, elle ne s’est pas beaucoup exercée non plus.

Moi contre le monde : minutes 10 à 30… ou le lendemain

rue-nuit

Sûr de moi et fier de maîtriser cette machine du démon, je dois dire que le retour à la réalité est plutôt rude. Vous pensiez vous en sortir ? Haha ! Tentez un peu les trottoirs de Paris. Vous allez découvrir à quel point ils sont mal faits. Si vous n’avez pas ce problème là où vous vivez, vous êtes une bande de veinards (et je vous hais) !

tottoir-paris

Toutefois, en faisant attention et en commençant par avancer doucement sur un trottoir large, vous devriez plus ou moins rapidement vous y faire. Pour monter sur les trottoirs, un petit conseil : un pied avant l’autre. N’y allez pas d’un coup, ça peut faire… mal.

Attention aux descentes : ne foncez pas trop, pas encore du moins. Gardez des réflexes citoyens et ne devenez pas un danger public ! Des protections de roller sont d’ailleurs recommandées jusqu’à ce que vous redeveniez vraiment sûrs de vous.

Victory : 30 minutes ou plus

avance-rue-gif

Vous n’avez plus aucun problème avec les trottoirs, et avancez tranquillement. Il y a toujours la petite irrégularité du sol ici et là qui peut vous gêner, mais vous et moi arrivons a gérer en général !

L’appareil a révélé toutes ses capacités ou presque. Vous allez assez vite, les deux petits phares éclairent votre route la nuit : aucun problème ! Le plus gros danger maintenant, ce sont les passants (ou vous, de leur point de vue).

Et pour quelques os cassés de plus…

Vous devriez être assez à l’aise pour commencer à être plus audacieux, faire quelques figures, etc… Un exemple ? Je n’en suis pas arrivé là moi ! L’appareil est lourd donc les sauts risquent d’être difficiles. Ce n’est pas un skateboard, après tout. Quelques dérapages contrôlés, ou une levée de l’une des deux roues pourraient bien vous éclater (dans tous les sens du terme). Le reste dépendra de votre habileté et de votre imagination !