Kodak au bord du gouffre a fait appel au chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites pour sauver sa peau. Mais malgré une restructuration en profondeur et la vente de 1 100 de ses brevets, Apple, qu’on attendait pas là, pourrait bien venir jouer les troubles fête !

En effet, la pomme revendique la paternité du brevet #6,292,218 qui couvre ni plus, ni moins que le principe même de la photographie numérique grand public, c’est à dire la capture d’images avec un capteur numérique et leur visualisation sur un écran.

Vous allez encore dire : « Apple toujours Apple décidément ils ne font que faire des procès à tout le monde, on croirait qu’ils ont tout inventé ! » Pour une fois, détrompez-vous, Apple pourrait bien être le co-inventeur de la photographie numérique. Et pour le coup, non seulement Kodak pourrait ne pas s’en relever, mais surtout, ce brevet utilisé par de nombreux constructeurs (JVC, Sony, Samsung, LG, Fujifilm, RIM…) serait un moyen de pression considérable pour Apple, sans oublier les importants royalties en jeu.

Macgeneration nous éclaire un peu sur ce sujet. Dès 1992, Apple a développé le projet Venus d’un appareil photo numérique, au sommet du marché de la photographie argentique. À la recherche d’un partenaire pouvant fabriquer son appareil, Apple s’est rapproché de Kodak : « au travers de cette collaboration, Apple a dévoilé l’architecture de sa technologie confidentielle de photographie numérique couverte par des accords de confidentialité à Kodak, entendu que toute amélioration apportée par Kodak à ces travaux reste la propriété d’Apple ».

Kodak, pionnier de la photographie numérique, fabrique des appareils de ce type en noir et blanc (stockage sur banque magnétique) pour les professionnels depuis 1975. Mais le premier appareil numérique grand public serait bien le QuickTake 100 d’Apple, fabriqué par Kodak et commercialisé en 1994 ! Celui-ci prend des photos couleur d’une définition de 640×480 pixels, les stocke sur sa mémoire EPROM de 1Mo et dispose d’un petit écran LCD de contrôle à l’arrière. Ce n’est qu’à partir de 1996, que Kodak vend sous sa propre marque des appareils dérivés du QuickTake, la série DC. Apple se retirera de ce marché en 1997, suite à l’échec du QuickTake 200 fabriqué par Fujifilm.

Selon Apple, ce sont les procédures de Kodak intentées à son encontre en 2010 qui lui ont fait connaître ce brevet et son contenu. Balèze… Kodak et Apple doivent se rencontrer le 15 février prochain.