Facebook aussi apprécié que controversé s’est également révélé (au fil des années) être un outil puissant pour les autorités cherchant à localiser des malfaiteurs voire même à prévenir d’éventuels actes répréhensibles.

En effet, avec plus de 100 000 délits liés à Facebook en Grande-Bretagne au cours de ces cinq dernières années, il n’est pas étonnant de constater une présence plus active des autorités sur le réseau social de Mark Zuckerberg. Prenons l’exemple du shérif Al Lamberti (qui possède d’ailleurs sa propre page Facebook et son site) qui a mis la main sur des criminels ayant volé des climatiseurs en Floride en postant purement et simplement des photos de plusieurs suspects sur son mur.

Ainsi, nous vous proposons de jeter un oeil à l’infographie ci-dessous conçue par la Criminal Justice Degrees Guide et qui regroupe 20 délis dans lesquels l’utilisation de Facebook a contribué à la résolution d’affaires. Notez que les criminels en question ont, soit postés des photographies et des statuts en rapport avec leurs actions illicites; soit discutés de leurs activités sur le réseau social. Pas malin tout ça, je vous l’accorde…