Le marché des hybrides murit d’année en année et après les premières années où les constructeurs visaient plus le grand public que les amateurs experts ou enthousiastes, la fin de l’année dernière et le début de cette année ont été marqués par l’arrivée des hybrides experts. À côté des Sony NEX-7 et Fujifilm X Pro 1, Olympus a dévoilé en début d’année son OM-D E-M5 et a donc décidé de remettre au goût du jour sa gamme classique OM, un peu comme ce que la marque avait fait lors de son arrivée sur le marché du Micro4/3 avec la gamme PEN.

Pour ceux qui ne le savent pas, la gamme OM avait marqué de son empreinte le monde de la photo pour avoir été des réflex argentiques de toute petite taille dans les années 70. L’OM-D E-M5 est aussi le premier hybride de la marque a intégré un viseur électronique alors que sur la gamme PEN, ça passait par un accessoire supplémentaire. On note aussi enfin l’utilisation d’un nouveau capteur de 16 Mégapixels et la tropicalisation du boîtier.

Attention, ce test n’est pas un test technique, c’est surtout et avant tout un test utilisateur.

Caractéristiques

Du côté des caractéristiques techniques, l’OM-D E-M5 vous propose un capteur CMOS Micro 4/3 de 16,1 Mégapixels. C’est le même capteur que celui utilisé dans les Panasonic Lumix G3 et G1X, mais optimisé par Olympus qui nous promet une meilleure gestion du bruit et des performances supérieures de l’ordre de 40% par rapport au PEN E-P3 qui n’a pourtant qu’un capteur de 12 Mégapixels.

On avait vu les progrès réalisés avec le PEN E-P3 et l’OM-D E-M5 ne déroge pas à la règle, d’après Olympus, le nouvel hybride vous propose l’AF le plus rapide au monde (réflex inclus dans la comparaison) et pour le coup, c’est vraiment très rapide à l’utilisation. On retrouve aussi la stabilisation dans le boîtier, mais c’est une nouvelle stabilisation d’image sur 5 axes (contre 2 auparavant), un écran tactile et inclinable OLED de 3″ avec une résolution de 640k points, un viseur électronique avec le suivi 3D et une résolution de 1,44M points, une vitesse en rafale de 9fps et 4,2fps avec suivi AF, un capteur de proximité pour basculer entre le viseur électronique et l’écran et un port mémoire SD/SDHC/SDXC, le tout dans un poids plume d’à peine un peu plus de 400g boîtier nu.

Pour ce qui est de la vidéo, l’OM-D E-M5 vous propose l’enregistrement de vidéos en Full HD 1080p avec au choix les formats AVI, MOV, M-JPEG et MPEG-4. Il est totalement débrayable et inutile de vous dire qu’il va profiter de cette nouvelle stabilisation mécanique sur 5 axes et ce, quel que soit l’objectif. On notera aussi la possibilité d’avoir du son non compressé. Au sujet de la stabilisation, il est tout le temps en marche, et ce, même si on le désactive. Du coup, vous les verrez à l’usage, l’OM-D fait un petit bruit de moteur constant. Ce n’est pas un moteur non plus et vous ne l’entendrez que si vous faites vraiment attention.

Disponible en version noire ou argent, comptez 990€ boîtier nu ou 1349€ en kit avec le nouveau M.Zuiko DIGITAL ED 12-50mm f/3.5-6.3.

En dehors des nouveaux accessoires, sans avoir pu le tester encore, l’OM-D E-M5 est le premier hybride à proposer un grip en option qui servira bien évidemment à une meilleure prise en main, surtout en mode portrait, mais aussi à accueillir une seconde batterie faisant passer l’autonomie de 350 à 650 prises de vues.

On regrettera forcément la perte du flash intégré, mais l’OM-D E-M5 est livré avec un petit flash, un peu à la manière des NEX de Sony ou encore les PEN d’entrée de gamme d’Olympus. On notera aussi le fameux port accessoire pour une prise micro ou d’autres accessoires comme le module Bluetooth. J’aurais aimé au moins une entrée micro directement sur l’appareil pour éviter d’utiliser la griffe flash et faire en sorte qu’on ne puisse pas utiliser de micro-canon par exemple.

Sommaire du Test :

Pages : 1 2 3 4