Dans la tourmente, le réseau social de marque Zuckerberg doit aujourd’hui composer avec un sondage Reuters – Ipsos à même d’alimenter les critiques.

Réalisé sur un panel de 1000 internautes américains entre le 31 mai et le 2 juin, le sondage met en lumière les enjeux et inquiétudes auxquels sont confrontés les utilisateurs.

Au sein du panel, 34% des sondés se déclarent passer moins de temps sur le site que six mois auparavant. 21% répondent ne pas avoir de compte Facebook tandis que seulement 20% disent passer plus de temps sur le réseau social qu’ils ne le faisaient six mois plus tôt.

Toujours selon le sondage, l’une des raisons principales de ce désamour serait l’ennui, le manque d’utilité du réseau social dans la vie de tous les jours des utilisateurs mais aussi les inquiétudes liées au respect de la vie privée.

Pour ne rien arranger, 80% des utilisateurs se disent imperméables à la publicité diffusée sur Facebook. Des chiffres qui corroborent donc la position de General Motors, quatrième annonceur américain qui estime que les campagnes marketing sur Facebook sont inefficaces.

Ces mêmes 80% déclarent également ne jamais avoir acheté un produit ou service à la suite de publicités ou de commentaires positifs sur le réseau social.

Le sondage arrive (hasard ou non) à une période cruciale et complexe pour Facebook qui se doit de définir clairement son modèle économique aux investisseurs.

crédit photo : Getty images