Philips décide de s’investir de plus en plus dans le secteur du casque nomade en renouvelant sa gamme en 2012 avec la collection Citiscape composée de 3 casques : le Shibuya, le Downtown et le Uptown mais aussi avec la gamme Fidelio (haut de gamme nomade) avec le M1 et le L1. Certes, par le passé, Philips nous a offert des casques à la qualité sonore mitigée, mais l’année dernière, lors de la sortie du Fidelio L1, Philips marqua les esprits. Espérons que le Uptown nous fasse la même impression.


L’Uptown est disponible autour de 100 € : on se situe dans une zone tarifaire où il y a du choix et de la concurrence donc il devra avoir de sérieux arguments pour s’imposer sur le marché.

Packaging

Le casque est vendu dans une boite en plastique semi-rigide quelconque et le packaging est des plus simples, malheureusement… Quand on voit des produits comme le SkullCandy Aviator qui nous proposent une housse souple, lingette de nettoyage, etc… Le Philips ne nous propose rien d’autre que le casque.

L’Uptown ne marque pas un bon point.

Design

Le casque en lui-même est imposant par son gabarit (casque « circum aural » : les oreillettes englobent les oreilles de l’auditeur), mais le design du casque est abouti. Le casque, d’inspiration légèrement rétro, nous offre des courbes épurées définitivement modernes. Les couleurs choisies sont sobres, entre le noir mat et le simili cuir marron/noir. De plus, la structure métallique du casque visible au niveau des deux oreillettes, tout en étant discrète, rehausse l’ensemble.

Dans le cadre d’un usage nomade du casque, il est toutefois à déplorer qu’il ne puisse pas se plier pour faciliter son rangement.

Qualité de fabrication

La première impression que nous offre ce casque est qu’il respire la qualité. C’est la première fois que je vois un casque dans cette gamme de prix aussi bien fini. Les plastiques sont de bonne qualité, de même que le simili cuir résistant et agréable au touché. En ce qui concerne le casque, Philips nous donne la sensation d’en avoir pour son argent.

Du côté du câble, le bilan est plutôt mitigé. L’Uptown est équipé d’un câble plat très pratique, car il évite la formation de nœuds. Cependant, la finesse de celui-ci laisse planer quelques doutes quant à sa résistance dans le temps face aux aléas du nomadisme. La prise jack est coudée, mais il n’y a aucun renfort de caoutchouc pour limiter les efforts subis par le câble à extrémité de celle-ci (dommage!).

Ce qui m’a le moins convaincu est la commande présente sur le câble. De plus en plus de casques se retrouvent équipés d’une commande Smartphone sur leurs câbles permettant ainsi de l’utiliser comme kit mains libres. La commande présente sur l’Uptown est bien placée, mais le plastique fait cheap et le gros reproche va à la glissière de volume qui est très (trop) sensible. Dès que la commande frotte contre quelque chose, le volume varie très facilement et il est difficile de régler précisément le volume. Elle aurait mérité d’être plus rigide.

Comme souvent le casque fait une très bonne impression, mais le câble n’est pas à la hauteur de l’ensemble.

Confort

Le casque est très agréable à porter et se fait rapidement oublier pendant des heures. L’arceau s’adapte facilement à différents diamètres crâniens. Son design « circum aural » empêche toute pression sur les oreilles. Et, les mousses, aussi bien sur l’arceau que sur les oreillettes, sont fermes et confortables.

Bonne nouvelle, vos oreilles ne chaufferont pas pendant le port du casque !

Isolation

Bon point pour le casque qui offre une bonne isolation, certes sans atteindre le niveau d’un Sennheiser HD25, mais qui permet de profiter de sa musique dans tous les environnements bruyants !

Son

La première impression que dégage ce casque lors de son écoute est une sensation de maîtrise. La signature semble équilibrée, voire légèrement en V. Les basses sont fermes et plutôt percutantes, les bas médiums sont doux et définis, les hauts médiums sont bien présents sans être agressifs et les aigus manquent d’un poil d’extension à mon goût. Le tout sonne de façon très équilibrée et naturelle ce qui rend l’écoute très agréable et absolument pas fatigante.

Les instruments trouvent facilement leur place. Aucun n’est vraiment mis en avant ce qui permet d’avoir une image sonore pertinente.

Ce qui m’a surpris avec ce casque lors de mes nombreuses écoutes est sa largeur de scène et sa légère profondeur. Généralement de par leur design fermé, les casques nomades offrent peu d’ouverture et un rendu très frontal de la musique.

Le casque offre aussi de nombreux petits détails. Les effets comme les réverbérations sur les instruments ou les voix s’entendent bien, mais les enregistrements de mauvaise qualité passeront plus difficilement, les défauts ressortiront inévitablement.

La dynamique du casque est bonne sans vous coller au fond du siège. Le successeur du HD25 n’est pas encore arrivé ! Mais je trouve que les différents instruments manquent d’amplitude et de dynamique entre eux, offrant peu de relief dans l’écoute.

Ce casque est très polyvalent et s’en sort dans tous les styles de par son rendu, même si le casque s’exprime mieux sur les musiques avec un ensemble restreint et une image sonore peu chargée. Ce casque fonctionne vraiment bien sur l’électro, le rock, le rap ou encore le jazz tandis que, pour le métal, le casque est vite submergé, et que pour le classique, son extension dans les aigus lui fait défaut pour certains timbres d’instruments.

Conclusion

Ce casque dégage vraiment une sensation de maîtrise, autant dans la réalisation que dans le rendu sonore: Philips signe ici un beau produit.

Le Philips Uptown s’impose comme une bonne alternative dans le marché des casques nomades autour de 100€ par sa polyvalence et son rendu sonore maitrisé. Quelques points noirs viennent entacher le tableau comme le packaging ou encore le câble, mais c’est vraiment un plaisir d’avoir pu côtoyer ce casque.

Personnellement, même si ce casque m’a surpris et plu, il me laisse un petit goût d’inachevé. Pendant les nombreuses semaines en sa compagnie j’ai toujours eu la sensation d’écouter de la musique, mais jamais de la vivre. La faute en incombe sans doute à son rendu un peu trop maîtrisé qui manque justement de fougue. Le SkullCandy Aviator, par exemple, est plus proche de ce type d’interprétation (au détriment d’autres qualités que l’on trouve chez le Uptown).

Bref, tout est affaire de goût et avant de vous décider définitivement, laissez toujours votre musique et vos oreilles décider de votre achat.

Test réalisé par Hugo Brincard alias Ony du site Tellementnomade.

NEW YORK CITISCAPE – Shot on RED EPIC for PHILIPS headphones from Bastien ROGER – Réalisateur on Vimeo.

LONDON CITISCAPE – Shot on RED EPIC for PHILIPS headphones from Bastien ROGER – Réalisateur on Vimeo.