Après un long bras de fer et la menace du gouvernement français d’instaurer une loi (paiement de “droit voisin”, rétribution pour chaque contenu indexé) si un accord n’était pas trouvé, Google a finalement accepté de reverser une partie de ses bénéfices réalisés sur l’indexation de contenus de presse aux éditeurs français !

Hier soir, le président de la République François Hollande et Eric Schmidt, executive chairman de Google, ont donc trouvé un accord. Cela va se faire sur deux points : à travers un fonds de 60 millions d’euros financé par Google pour la transition numérique (presse d’informations générales), et une mesure qui permettra aux éditeurs français “d’augmenter leurs revenus en ligne en utilisant la technologie de publicité de Google” (AdExchange, AdSense, Admob) à des conditions commerciales privilégiées.

“C’est un accord pour soutenir la transition numérique et les investissements de la presse” […] “C’est bon pour la presse. C’est bon pour l’internaute. C’est bon pour Google. C’est un accord inédit dans le monde”, a affirmé François Hollande. Alors que Eric Schmidt, salue “un accord historique dans l’intérêt du peuple français”. “Il vaut mieux avoir un accord qu’une loi, c’était la bonne approche”.

François-Hollande-et-Eric-Schmidt-650x433

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction