Stratégiquement parlant on comprend très bien que Microsoft réserve sa suite Office à la Surface et plus généralement a Windows 8. D’un côté cela crée un manque chez la concurrence et donne un élément distinctif à celle de Redmond. Sauf que financièrement, c’est loin d’être judicieux.

D’après les calculs d’Adam Holt analyste chez Morgan Stanley, ne pas porter Office sur iPad représente un manque à gagner de 2,5 milliards de dollars par an pour Microsoft. Pour arriver à ce chiffre 30% des 200 millions de possesseur d’iPad doivent s’offrir la suite bureautique vendue 60 dollars. Il faudra toutefois soustraire la commission d’Apple, soit 30% du prix de vente.

Les estimations de Morgan Stanley sont très optimistes : vendre Office 60 dollars quand iWork est vendu 25 semble un peu compliqué. Mais le point reste valable, Microsoft abandonne certainement des revenus substantiels. Espérons donc pour Redmond que les rumeurs d’un portage vers iOS et Android soient vraies.

office_ipad