Asus a toujours voulu faire rimer de sa gamme U avec élégance et finesse. La chose est devenue symptomatique avec l’arrivée de Ultrabook. On peut donc dire en simplifiant les choses que la série U désigne aujourd’hui les Ultrabook du fabricant Taiwanais.

Ultrabook et assimilé devrions nous dire puisque l’Asus U38N n’est pas un Ultrabook. S’il en a le format, il embarque un processeur AMD et se voit donc refuser l’AOC Ultrabook® délivrée par Intel selon des critères bien précis.

_1030272

C’est d’ailleurs ce processeur qui fait toute la spécificité de notre U38N, car il est autrement quasiment identique à l’Asus ZenBook Touch UX31A (avec une puce Intel donc) auquel il emprunte ses principales spécificités : écran tactile de 13,3 pouces affichant une définition Full HD (1920 x 1080), 4 Go de RAM, 128 Go de SSD, finitions en aluminium, clavier rétroéclairé et système audio utilisant la technologie ICEpower de Bang & Olufsen.

Si Intel a fait ses preuves sur ce genre de format, il reste donc à voir si AMD et son A10-4655M quad-core à 2GHz précisément, sont capables de concurrencer le fondeur de Santa Clara sur le terrain de l’ultramobilité.

Design

Difficile de trouver quelque chose à redire sur le design de l’ordinateur. Asus a fait le choix de l’aluminium brossé. Du plus bel effet. Sobre, élégante et agréable au touché, la robe donne en plus une bonne impression de solidité. Toutefois, le traitement n’est pas exactement comparable à celui d’Apple sur ses MacBook, il favorise plus la sudation que ces derniers.

_1030273

Un design irréprochable

Rien à ne redire non plus sur le format de la machine, particulièrement transportable avec ses 326 x 226 x 5.5 ~18.6 mm pour 1,4 kg. L’encombrement est équivalent à un MacBook Air 13″ et ne pèse que 50 grammes de plus. Un sans faute pour Asus.

Sans surprise le clavier est un chiclet rétroéclairé, il offre une frappe confortable et réactive quoiqu’un peu dure, mais sans que cela handicape l’utilisateur.

Le constat est un peu moins élogieux quand on se sert du Touchpad. Asus – et c’est tout à son honneur – a choisi d’intégrer un touchpad multipoints.

Il répond donc aux gestes désormais acquis sur smartphone comme le pincement, mais aussi le défilement à deux doigts. Si ce dernier est parfaitement pris en charge, le pincement a un fonctionnement plus erratique. Il n’est parfois pas reconnu et est moins bien intégré au système.

_1030242

Le clavier rétroéclairé est toujours un plus

Par ailleurs, multitouch oblige, le pavé tactile est imposant. Un form factor adopté par Apple depuis longtemps et permis, car le TrackPad d’Apple ne comporte qu’un bouton (le clic droit étant assuré en ayant deux doigts sur le Trackpad + clic) et sait très bien différencier les contacts volontaires des autres.

Chez Asus, il faudra placer sa main, selon sa taille, dans une position parfois un peu particulière pour éviter des déplacements de curseur involontaire, rien d’extrêmement gênant, mais c’est un coup porté à l’ergonomie.

Écran

Nous l’avons dit plus haut, l’U38N possède un écran de 13,3 pouces affichant du 1920 x 1080, cette définition offre une résolution d’environ 165 ppi, c’est un peu moins que le MacBook Pro Retina 13 pouces avec environ 227 ppi.

À l’œil, le résultat est très proche d’un écran Retina, et l’avantage est à Asus qui propose un espace de travail plus grand qu’Apple qui n’affiche que du 1280 x 800 comme définition « effective ». La contrepartie est d’avoir des textes et icônes plus petits ce qui pourra engendrer une fatigue oculaire après plusieurs heures d’utilisation. On conseillera d’agrandir l’interface et le texte, pris en charge sans problème par Windows et la plupart des navigateurs.

_1030276

Les reflets ne sont pas particulièrement dérangeant

Pour le reste, les couleurs sont vives et bien retranscrites avec des angles de visions tout aussi bons, il faut remercier la dalle IPS. Certains reprocheront en revanche l’écran brillant, facteur de reflets, même si cela ne nous a pas dérangés outre mesure durant nos tests.

En plus d’être HD, l’écran est aussi tactile. Il répond bien, il est précis et c’est sur ce genre d’appareil que l’on se rend compte à quel point Windows 8 est parfaitement adapté à ce type d’interface. Plus besoin de passer par de grands gestes de souris pour accéder aux menus latéraux, un simple swipe du doigt et nous y voilà. C’est un vrai plaisir et heureusement qu’il existe quand on a un touchpad qui n’est pas parfait à côté.

Performances

Si l’écran est un des plus gros avantages de cet ordinateur, il est aussi un de ses plus gros inconvénients. Le processeur AMD n’arrive malheureusement pas à suivre constamment. De manière générale, on ne note que quelques légers ralentissements en utilisation « bureautique », comme le traitement de texte, ou la navigation web, seules quelques pages assez lourdes peuvent ne pas défiler parfaitement.

En lecture de vidéo : aucun souci. Les films en 1080p tournent sans aucun problème, sans même que l’ordinateur ne chauffe de manière notable.

Screen-systeme

Le score général est honnête

C’est nettement moins idyllique quand il s’agit d’applications 3D. La partie graphique intégrée d’AMD n’arrive tout simplement pas à faire tourner un jeu en résolution native, et même ceux qui ne sont pas particulièrement gourmands. Preuve en est avec Diablo 3 qui, en résolution native, accuse des chutes à 3 fps, on constate généralement entre 15 et 25 fps s’il n’y pas trop de mobs à l’écran.

Pire encore, baisser la définition et réduire les options graphiques n’arrange que marginalement les choses. S’il est évident que ce type de produit ne se destine pas à un public de Gamer, on tout de même en droit d’attendre un minimum de performance 3D. Il faudra passer ici son chemin si l’on a de petites ambitions en terme de jeu.

Screenshot001

Avec 3 fps rester en vie est très délicat

Son et autonomie

Comme nous le disions en préambule, le traitement audio est sponsorisé par la technologie IcePower du réputé Bang et Olufsen et censée offrir de meilleures performances sonores. À l’usage, cela s’avère relativement agréable. Le son est ample, mais il a tendance à tirer un peu trop sur les basses, noyant parfois les médiums et aigus, c’est d’autant plus marqué que les haut-parleurs ne sont pas particulièrement puissants. Ni bon ni mauvais, l’audio est dans la lignée de ce que propose la concurrence.

_1030246

Le traitement audio n’apporte pas grand chose

L’autonomie n’est pas mirobolante non plus et se situe dans la moyenne des Ultrabook, sans que cela soit vraiment handicapant puisque l’on aura largement le temps de regarder un long-métrage en 1080p ou de surfer pendant 4-5 heures.

Verdict

6

/10

Note JDG

AMDommage

Au final l’Asus U38N est loin d’être un mauvais produit, il jouit d’un écran de très bonne qualité, de finitions irréprochables dans un format idéal qui le fera très rapidement oublié dans un sac à dos ou une sacoche. On ne peut donc que lui reprocher ses performances graphiques qui ne sont malheureusement pas à la hauteur.

À 1099 euros le rapport qualité-prix aurait pu être meilleur, on aurait préféré le voir sous la barre du millier d’euros. Heureusement qu’Asus a eu la bonne idée de livrer son ordinateur avec un lot d’accessoires comme une pochette et un adaptateur USB/Ethernet.