Dossier

[Dossier] L’Europe va-t-elle créer un « Crypto-Euro »

Crypto

Par Owen Simonin le

Aujourd’hui dans ce nouvel article nous allons nous intéresser au « Crypto-euro » dont nous entendons parler depuis quelque temps déjà. Est-ce réaliste ? Qui se cache derrière ? Quels avantages ou inconvénients ?

Pour commencer, il est important de rappeler que le premier à avoir évoqué un « Euro Numérisé » n’est autre que notre ministre de l’Économie et des Finances, M Bruno LE MAIRE. Les médias s’ayant très rapidement emparés de l’affaire nous avons vu peu de temps après émerger le terme de « Crypto-Euro ». En novembre 2019 c’est autour de la Bankenverband, regroupant 200 banques allemandes d’appeler à la création d’un « Euro Numérique ». Déclaration soutenue par Olaf Scholz le ministre des finances allemand.

Encore plus récemment, début décembre 2019 ce n’est autre que Christine Lagarde, récemment devenue présidente de la Banque Centrale européenne après avoir quitté son poste au sein du FMI a exprimé l’idée d’un « Euro-tokenisé ». Elle a fait cette déclaration devant la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen et a précisé qu’il fallait que cela soit cadré et sécurisé. Peu de temps après cette annonce, la banque de France s’est elle aussi exprimée en faveur de la création d’un « Crypto-Euro » par la voix de son gouverneur, M François VILLEROY DE GALHAU. Elle a annoncé souhaiter mettre en place des tests pour une monnaie numérique de banque centrale.

Lors d’un discours devant l’ACPR, M François VILLEROY DE GALHAU déclaré : « Nous devons apporter notre pierre à l’édifice de cette innovation, mais de manière sérieuse et méthodique. »

En résumé donc il faut bien comprendre que durant ces dernières semaines et mois plusieurs acteurs se sont exprimés au sujet d’un potentiel « Crypto-euro », mais tous ne parlent pas de la même chose. « Crypto-Euro », « Euro numérique », « Euro Tokénisé » les noms diffèrent, les utilisations aussi.

Les avantages d’un « Crypto-Euro » ?

  • La sécurité : Dans le cas d’un « Crypto-Euro » et non simplement d’un « Euro Numérique » la technologie Blockchain serait garante de la sécurité. La Blockchain a déjà fait ses preuves depuis longtemps et est à l’heure actuelle incontestablement la meilleure technologie que nous ayons pour créer une monnaie.
  • Inflation contrôlée : À l’image du Bitcoin, la Blockchain pourrait permettre au « Crypto-Euro » d’avoir une inflation contrôlée et maitrisée contrairement à ce que l’on peut voir actuellement dans certains pays.
  • Lutte contre le blanchiment : Avec une traçabilité Blockchain, il va devenir rapidement très difficile pour ne pas dire impossible de masquer des flux financiers, donnant ainsi un sérieux coup de pouce à la lutte contre le blanchiment d’argent.
  • Reconnexion à la réalité : Alors qu’aujourd’hui les banques commerciales et centrales s’échangent des fonds via un jeu d’écritures comptables, l’instauration d’un « crypto-euro » rendrait ces échanges « réels ». En effet grâce à un protocole Blockchain les fonds seraient réellement transférés.
  • Souveraineté : Il est évident que d’un point de vue étatique l’un des principaux avantages d’un « crypto-euro » reste la récupération de souveraineté au détriment de notre allié américain. En effet l’hégémonie américaine sur le monde est en très grande partie due à son extraterritorialité rendue possible grâce au dollar. Le « crypto-euro » tout comme le « crypto-rouble » où le « crypto-yuan » est un moyen de s’émanciper du dollar américain.

Les inconvénients d’un « Crypto-Euro » ?

  • La création : Il est aisé d’imaginer la complexité d’une telle création. En soi la création « technique » pourrait être relativement facile, mais c’est sur le plan réglementaire que cela risque de se corser. La multitude d’états qui interviendraient dans la création avec chacun des intérêts différents pourrait rendre la tâche extrêmement compliquée.
  • Vers une perte de liberté ? : Penser qu’un potentiel « crypto-euro » pourrait se rapprocher du Bitcoin est une réelle utopie. Il est très difficile d’imaginer une Blockchain décentralisée dans laquelle chaque citoyen a voix au chapitre… La Blockchain serait très certainement centralisée et aux mains d’une organisation étatique avec le pouvoir immense de tracer la moindre transaction.

En conclusion…

Il est pour le moment très difficile d’avoir une vision claire sur un potentiel « crypto-euro ». Il y a une profusion d’acteurs institutionnels et privés qui s’expriment régulièrement sur le sujet, mais tous n’ont pas la même vision ni les mêmes intérêts.

Nous pouvons nous réjouir que des états et organisations voient en la technologie Blockchain une solution intéressante pour l’avenir. Cela confirme ce dont nous sommes convaincus depuis des années.

La technologie Blockchain n’est pas fondamentalement bonne ou mauvaise en soi, c’est son utilisation qui peut l’être. Il faudra rester attentif à qui l’a créée, comment, pourquoi et avec quelles règles si nous ne voulons pas que la révolution Blockchain s’accompagne d’une perte de nos libertés fondamentales…