Test

Test du Samsung Galaxy Fold : Le futur plié

One UI au quotidien

Android

Par Anh Phan le

One UI au quotidien

A l’instar des Galaxy S10, on retrouve la surchouche One UI sur Android 9.0. Rien à signaler, ça marche toujours très bien. On en était plus que content sur les Galaxy S10, on retrouve cette expérience utilisateur qui me va parfaitement. La seule vraie différence, c’est cette possibilité d’avoir jusqu’à 3 applications sur l’écran. Tout se fait depuis un tiroir d’applications latéral qui permet de « drag & drop » des applications directement sur l’écran.

Avec un écran externe, Samsung apporte aussi la technologie Continuity, développée avec Google. En gros, quand une application est ouverte sur l’écran externe et que vous ouvrez le Galaxy Fold, on se retrouve avec l’application optimisée pour l’écran interne. Le hic, c’est que tout le monde ne s’y est pas mis encore. Du coup, sur des applications comme Google Maps, c’est parfait mais pour Twitter par exemple, le Galaxy Fold va demander de redémarrer l’application pour appliquer la résolution de l’écran interne puisqu’elle est différente de celle de l’écran externe. Au quotidien, ce n’était pas trop gênant mais il faut le savoir. D’ailleurs, en parlant de résolution d’application, il y a des applications qui gèrent très mal le format 4:3 du Galaxy Fold, je pense notamment aux stories d’Instagram qui sont affichées en plein écran et donc se retrouvent coupées à l’affichage.

Si ce n’est pas activé par défaut, vous pourrez également faire du Continuity dans le sens inverse, c’est à dire depuis l’écran interne vers l’écran externe. Alors pourquoi est-ce désactivé par défaut ? C’est parce que Samsung a pris le parti de considérer que quand on ferme le Galaxy Fold, c’est qu’on arrête d’utiliser le smartphone.

Sinon, au quotidien, l’expérience est assez proche de ce que propose Android stock et ce même si Samsung essaie toujours d’imposer certaines technologies comme son assistant personnel Bixby… que je n’utilise toujours pas…