Les joueurs compulsifs ne sont pas tous dépendants

Par drik le

90% des joueurs compulsifs qui cherchent un traitement ne sont pas vraiment dépendants. C’est ce qu’a expliqué Keith Bakker, le fondateur et directeur de la première clinique européenne spécialisée dans la dépendance vidéoludique. Pour lui, il s’agit plus d’un problème social que psychologique.

La clinique les accueille toujours, mais a changé en partie ses méthodes. On apprend à ces joueurs à se réacclimater au monde qui les entoure. Depuis que la clinique The Smith & Jones Centre a ouvert ses portes à Amsterdam en 2006, plusieurs centaines de gamers ont été traités.

via BBC

stopwatch < 1 min.