On peut encore vendre en quantité sur l’AppStore

Par Rédacteur Invité le

Et c'est Charles Cecil de Revolution Software (à qui l'ont doit l'excellent Beneath a Steel Sky, dont les cut-scènes ont été illustrées par Dave Gibbons, quand...

Et c’est Charles Cecil de Revolution Software (à qui l’ont doit l’excellent Beneath a Steel Sky, dont les cut-scènes ont été illustrées par Dave Gibbons, quand même pour cette version) qui l’affirme. En fait, il indique que son jeu devrait s’écouler à 20 000 exemplaires le mois de sa sortie.

Il espère ensuite qu’il trouvera 70 000 acheteurs durant sa première année d’existence, et enfin 100 000 acheteurs dans l’intégralité de son cycle de vie. 100 000 x 3.99€. Hum, intéressant (mais loin d’être suffisant pour pérenniser un studio…)

Commentaire de notre homme :

“La chose vraiment géniale avec le système mis en place par Apple, c’est qu’il est simple à utiliser, il est simple d’acheter dessus (plus simple que de recourir au piratage) et il est bon marché. C’est excitant de savoir que l’on peut prendre un jeu déjà sortir depuis longtemps pour le rebalancer sur iPhone. Nous sommes dans une excellent position, qui nous permet d’exploiter nos jeu d’une façon impensable si nous étions associé à un éditeur traditionnel.”

L’avenir du jeu vidéo, c’est l’AppStore ?

Beneath_a_Steel_Sky

via vg247

< 1 min.