1ères impressions et photos des Nikon J1 et V1

Tests et Impressions

Par Anh Phan le

Comme vous le savez sans doute déjà, c’est aujourd’hui et plus précisément ce matin que Nikon a dévoilé sa gamme Nikon 1. Je ne vous rappelle pas toutes les caractéristiques puisque tout est ICI.
Après la présentation, on a donc pu prendre en main et découvrir ces nouveaux appareils compacts à objectifs interchangeables. On vous propose donc nos premières impressions et bien évidemment les photos lives des deux appareils.



On commence par le capteur en lui-même avec son processeur Expeed 3 et le nouvel AF hybride qui vous propose de la détection de contraste par défaut et de la détection de phase avec l’utilisation de l’adaptateur permettant d’utiliser des objectifs F-Mount. Nikon annonce à tout va que c’est l’AF le plus rapide du monde et sur ce point, on ne va pas trop contredire la marque japonaise puisqu’à l’essai, il nous a semblé que ça répondaient effectivement très rapidement, un peu comme avec le derniers PEN d’Olympus. On n’a pas encore mesuré encore mais ça semble le faire.

Arrive alors le débat de la taille du capteur. Alors que Sony, Fuji, Leica ou encore Samsung défendent à tout-va l’avantage d’un capteur APS-C par rapport au Micro4/3 de Panasonic et Olympus, il est évident que le nouveau capteur CX de Nikon est une grosse surprise en soi puisqu’il est plus petit que le Micro4/3 et que donc, par défaut et physiquement, il est forcément moins bon qu’un Micro4/3 ou un APS-C. D’un autre côté, on connait l’expertise de Nikon dans le traitement des images et il se peut que le marque japonaise puisse faire des petits miracles avec leur nouveau processeur Expeed 3. Il suffit de voir ce que Canon propose avec les PowerShot G/S pour se donner une idée et alors que le capteur est encore plus petit.

Et qui dit capteur plus petit dit aussi compacité… Mais c’est là que la bât blesse ! Malgré le capteur, les Nikon J1 et V1 ne sont pas foncièrement plus petits que ses concurrents directs, les Panasonic Lumix GF3, Olympus PEN E-PM1/E-PL3 ou autre Sony NEX-C3/NEX-5N. Nikon nous dit que c’est une nouvelle gamme mais il est impossible de se dire que c’est une nouvelle gamme alors que les tailles d’appareils sont quasiment les mêmes. Du coup, que Nikon le veuille ou pas, à nos yeux et à ceux du public, ça joue dans la même cour. Je sais pertinemment qu’une photo réussie parlera toujours plus qu’une photo technique mais si on peut avoir dans le même encombrement, la photo technique et artistique, autant y aller, non ?

Il se pose donc ensuite la question de savoir pourquoi on prendrait un appareil avec un capteur plus petit mais avec un même encombrement, le tout à un tarif légèrement supérieur. A 549€ pour le J1, ne vaut-il pas plutôt prendre un Panasonic Lumix GF3 ou un Olympus PEN E-PM1/E-PL3 ou encore un Sony NEX-C3 qui vous proposeront un capteur plus grand et quelque part meilleur ? Alors oui, il y a le flash intégré (par rapport aux NEX et aux PEN) mais je ne pense pas que ça puisse peser dans la balance. De même pour le V1 à 799€, ne vaut-il pas mieux prendre un Sony NEX-5N qui vous propose sans doute une même qualité optique mais avec un capteur APS-C très très performant ? Sans compter que le V1 ne propose pas du tout de flash sans repasser par la caisse.

Alors oui, il reste le traitement des images et tout et tout mais est-ce que ça suffira pour compenser un capteur forcément moins performant ? Il reste aussi la marque Nikon sur laquelle on pourra jouer sur la capital confiance mais pour combien de temps ?

Pour ce qui est de la finition, c’est aussi 50/50. Dans la version noire, on est séduit par la face avant en magnésium et alu, mais on est un peu déçu par le côté plastique de la bête au dos, tout comme pour les boutons en plastique brillant. Et je ne vous parle pas de la finition tout plastique des boitiers en couleurs qui fait justement trop plastique à mon goût mais qui plaira surement au grand public.

A côté, je ne comprends pas non plus pourquoi Nikon a choisi de ne pas nous proposer dans sa molette de sélection les modes PSAM. Autant pour les NEX, ça pouvait s’expliquer parce qu’il n’y a plus de molette du tout, mais là, la molette est présente alors pourquoi ne pas s’en servir ? On pourra argumenter que le grand public n’a pas besoin de ces modes mais quand on voit les réflex d’entrée de gamme qui le propose et qui vise un peu le même public, on peut se demander pourquoi… Le viseur du V1, même s’il n’est que TFT, répond plutôt bien et vous propose une image de qualité. Pour les écrans, même si le J1 ne propose qu’une résolution de 461k points, il répond vite et m’a semblé lumineux. A voir. Et enfin, j’émets un petit bémol concernant le flash intégré du J1 qui me semble plutôt fragile et qui peut être la cible des aléas de la vie.

Au final, je vous avoue être un chouilla sceptique. On se doute bien que Nikon ne souhaite pas vampiriser sa gamme de réflex APS-C mais est-ce la bonne solution alors qu’on sait tous que les compacts à objectifs interchangeables représentent quelque part le futur de la photo grand public. La concurrence est rude et Nikon s’offre le luxe de ne pas proposer les prix les plus attractifs pour son lancement. Je sais que Nikon veut créer un nouveau marché mais la limite est trop petite pour que le grand public puisse voire la différence, surtout quand on voit les efforts de miniaturisation et l’agressivité au niveau des prix de la concurrence.

Il va falloir maintenant tester l’appareil bien évidemment puisqu’on a la chance d’avoir le produit en test. On pourra ainsi avoir un avis plus tranché sur la qualité photo qui reste bien évidemment le plus important sans compter aussi l’ergonomie générale. J’ose espérer être bluffé par le capteur CX mais je ne vous cache pas ma déception actuelle. Les Nikon 1 auraient dû sortir plus tôt. Par contre, saluons la sortie mondiale des deux appareils dès le 20 octobre.