L’UFC Que Choisir dénonce une nouvelle fois les offres illimitées

Smartphone

Par Gregori Pujol le

Encore une fois, l’UFC Que Choisir se dresse contre l’utilisation abusive du terme « illimité » dans les offres de téléphonie mobile (appels illimités, SMS, MMS illimités, Internet illimité…). Il faut dire que depuis que Free Mobile a sorti la sienne, le terme illimité déjà employé à tort, l’est maintenant à outrance et il est très compliqué pour l’utilisateur final de s’y retrouver. L’UFC Que Choisir a ainsi épluché les conditions générales appliquées par la plupart des opérateurs et passé au peigne fin leurs fiches tarifaires, les résultats sont assez surprenants au final !

Si l’UFC Que Choisir constate des améliorations dans la communication des opérateurs en ce qui concerne l’accès à Internet « illimlité », c’est loin d’être le cas pour ce qui est des appels et des SMS. En effet, tous les opérateurs assortissent leur offre de limites que l’on découvre en lisant les notes de bas de page ou en se plongeant dans les fiches d’information standardisées (FIS). Si de telles restrictions peuvent être compréhensibles, elles ne sont en général pas du tout clairement indiquées.

Par exemple, La Poste Mobile qui plafonne à 200 heures par mois ses appels « illimités », et surtout Numericable qui précise au milieu de ses conditions générales de vente (CGV) que les appels illimités de son offre de téléphonie mobile sont limités à 500 % de l’usage moyen d’un abonné pour les communications et à 200 % de ce même indice pour les SMS soit, d’après nos calculs, 14 heures d’appels et 591 SMS par mois. On est très loin de l’illimité !

Pour informer le consommateur, l’UFC Que Choisir a réalisé ce tableau comparatif ci-dessous avec la majorité des « offres illimitées » du marché ainsi que leurs limitations. De plus, « l’UFC-Que Choisir a décidé de mettre en demeure les opérateurs de retirer de leurs contrats les clauses abusives et/ou de clarifier certains usages. Sans réponse positive de leur part, des procédures judiciaires seront engagées. »

Source: Source