Korea Telecom pourrait taxer les sociétés gourmandes en bande passante

Smartphone

Par Membre rédacteur le

Le fournisseur d’accès internet coréen Korea Telecom (KT) pourrait selon des sources rapportées par l’agence Reuters taxer les fournisseurs de contenu gourmands en bande passante afin de financer le développement de ses infrastructures.

Cette annonce fait suite à la décision de la société de priver d’accès internet les Smart TV de Samsung pour des raisons similaires de consommation de bande passante élevée. Le Vice Président du département politique et contrôle réseau de Korea Telecom explique au correspondant de Reuters que les sociétés notamment YouTube seront ainsi contraintes de se plier à la nouvelle réglementation afin de contribuer au développement du réseau et donc à des conditions d’utilisation acceptables pour tous les utilisateurs :

Nous souhaitons établir une règle facilement applicable à l’ensemble des plateformes offrant du contenu gourmand en bande passante puisqu’il s’agit précisément de ces plateformes qui menacent l’intégrité du réseau. Ils devraient donc payer pour utiliser notre réseau.[…] Une fois que nous aurons défini une règle à l’intention de Samsung, nous l’appliquerons aux autres constructeurs de TV -connectées-, qu’ils se nomment Google ou Apple

Une fois la règle concernant les Smart TV établie, l’opérateur souhaite porter son attention sur les services en ligne de diffusion de contenus également gros consommateurs de bande passante, YouTube serait donc en première ligne. Comme le souligne Theverge, la décision de Korea Telecom ranime le débat sur la neutralité de l’internet au sens où des utilisateurs se verraient privés de services pour lesquels ils auraient au préalable payé sous prétexte que la société en question ne se serait pas acquittée de la redevance imposée par Korea Telecom.

Cependant, et à la décharge de Korea Telecom, il est vrai que les services de streaming notamment ont connus ces 5 dernières années une croissance et une popularité que n’ont pas su anticiper les fournisseurs d’accès, l’explosion du nombre d’appareils électroniques connectés et l’intérêt des consommateurs pour les services décentralisés, qu’ils soient dans le Cloud ou non représentent une augmentation significative du trafic.