Des drones au service du partage numérique

Si vous suivez régulièrement le flux d’actualité du journal du geek, vous n’êtes sans doute pas passé à côté du concept imaginé par The Pirate bay. Il consiste en une série de drones placés à plusieurs kilomètres d’altitude agissant en tant que relais proxy pour les activités de partage du site.

Nous étions partagés entre enthousiasme et scepticisme de voir dans un avenir proche un tel concept se concrétiser mais c’était sans compter sur l’équipe de Tomorrows Thoughts Today dont le co-fondateur Liam Young explique le projet Electronic Countermeasures :

Lorsque nous avons entendu parler du projet de l’équipe The Pirate Bay on s’est dit : attend un peu, c’est ce qu’on fait déjà non ?[…] A l’image d’un Napster aérien, d’un Pirate Bay des airs, le projet est à mi chemin entre une infrastructure nomade et un essaim d’insectes robotisés. Nous avons ré-assemblés (ndlr : les technologies utilisées sont détournées de leur fonction première au sein des forces de police notamment) et reprogrammés les drones afin qu’ils puissent diffuser leur propre réseau WiFi. Volants en formation, les drones sont capable de diffuser un réseau pirate sur lequel les utilisateurs pourront échanger des fichiers de toute sorte, puis se disperser, échappant à toute forme de détection afin de se remettre en formation autre part.

La manifestation visuelle de la communauté digitale

Avec une première apparition lors du festival de lumières d’Eindhoven aux Pays Bas, le projet Electronic Countermeasures a connu un franc succès mais pas uniquement pour la performance technologique. Les drones sont parés de LED d’activités qui réagissent à l’activité réseau, le vol en formation est quant à lui dicté par une localisation GPS ce qui permet aux passants d’apprécier un véritable ballet dans les airs de ces drôles d’engins.

Partage de fichiers, mais aussi de libertés

Le coût de ces engins n’est cependant pas négligeable, environ 1500 dollars sans compter la main d’oeuvre. L’équipe en charge du projet pense également à des plateformes de rechargement des batteries des engins à placer sur les toits (pourquoi pas un système à induction ?). Au delà de ces limitations techniques, une telle solution pourrait très bien trouver son salut (et donc des sources de financement) dans des activités aussi diverses que l’aide aux secours lors de catastrophes humanitaires, en combinaison pourquoi pas de cette solution.


Le rôle joué par les réseaux sociaux dans plusieurs pays du moyen orient représente également un axe d’opportunités pour l’équipe du collectif Tommorrows Thoughts Today, à l’heure où certains gouvernements n’hésitent pas à restreindre et/ou interdire l’accès à certains ressources numériques, ces drones pourraient s’avérer utiles.



Electronic Countermeasures @ GLOW Festival NL 2011

Source: Source