NVIDIA redonne une seconde jeunesse aux ultrabooks

Général

Par Membre rédacteur le

En marge de sa gamme pour ordinateurs de bureau, NVIDIA en a également profité pour annoncer la disponibilité imminente de la gamme Kepler mobile.

C’est donc une confirmation, nous étions déjà tombés sur une certaine GT640M il y a de cela quelques semaines et si les premières informations ne permettaient pas d’affirmer de manière définitive qu’il s’agissait d’une déclinaison de la nouvelle génération, il n’y a désormais plus de doutes à avoir.

Petit mais costaud

NVIDIA entend avec les déclinaisons mobiles de ses puces Kepler décupler les performances des ordinateurs portables sans pour autant impacter leur consommation de façon déraisonnable.

Commençons d’abord par un bref tour du propriétaire des cartes annoncées :

Les références se bousculent et cela se comprend. Avec les processeurs, les puces graphiques constituent un paramètre décisif pour les constructeurs d’ordinateurs portables car elles impactent directement l’autonomie de la machine, mais aussi le dégagement thermique (et donc le bruit) et le prix final du produit.

Multiplier les références est donc une stratégie commune sur le marché portable puisqu’avec une seule puce, il est possible en désactivant certaines options ou en réduisant certaines fréquences d’offrir une gamme complète de l’entrée au haut de gamme à moindre coût et donc accessible pour tous les budgets.

Tout le monde veut prendre sa place

Se partagent donc l’entrée de gamme les GT 610M, GT 620M GT 635M et GT 640L LE. Mis à part la GT 610M, toutes ces cartes bénéficient d’une bande passante mémoire d’au minimum 128 bits, la 610M se contenant d’un modeste bus 64 bit.

En milieu de gamme, les choses se compliquent un peu : les GT 640M et GT 650M se différencie par leur fréquence d’horloge, respectivement 625 Mhz et 850 Mhz mais aussi sur certaines unités de textures désactivées sur la première afin de s’intercaler entre la GT 640M LE et la GT 650M et ainsi faire la liaison entre le milieu et l’entrée de gamme.

Enfin le haut de gamme ouvre les portes du SLI 2-Way avec les GTX 660M, GTX 670M et GTX 675M. NVIDIA a là encore fait le choix de rendre inactives certaines unités de textures sur la GTX660M ou encore de réduire le nombre de CUDA cores sur la GTX 670M.

La vigilance est de mise

A l’issu de cet aperçu on s’aperçoit d’une chose, la valse des interfaces mémoires. Alors que les 610M, GT 620M et GT 635M sont définitivement cantonnées à de la simple DDR3, toutes les puces mobiles du constructeur alternent entre la DDR3 et la GDDR5 beaucoup plus rapide. Attention donc à bien lire les caractéristiques avant achat sous peine de se retrouver avec une carte un peu moins véloce pour le même prix.

NVIDIA tente de rassurer la communauté (et peut être se racheter une conscience vu son passif en la matière),en prenant soin de souligner l’évolution massive en termes de performances comparé à la génération précédente. Performances doublées donc d’une génération à l’autre pour les GT 620M par rapport aux GT 520M(si l’on se réfère au slide mettant en avant Deux EX : Human Revolution). Mais c’est une démarche qui montre ses limites :

Nous avons donc du 40nm Fermi pour le haut de gamme, mention spéciale pour les GT 640M et GT 630M qui peuvent à la fois correspondre à une puce Kepler ou Fermi, en 28nm ou 40nm ouf!

En résumé :

Kepler : Geforce GTX 660M, GeForce GT 650M, GeForce 640M, GeForce GT 640M LE (en fonction des versions),

Fermi : GeForce GTX675M, GeForce GTX 670M,GeForce GT 635M (GT 555M renommée), GeForce 630M (Processus de gravure amélioré, base GT 540M) GeForce 620M (Processus de gravure amélioré, base GT 540M).

La prudence est de mise donc. Parmi les dix références présentées seules quatre cartes font partie de la génération Kepler. Même si les performances semblent au rendez-vous, les utilisateurs soucieux de faire l’acquisition d’une des dernières avancées du constructeur devront s’y reprendre à deux fois lors du choix de leur machine sous peine d’éventuelles déceptions.

Bien se renseigner

Enfin, nous ne saurions que trop vous conseiller d’aller faire un tour du côté de Notebookcheck et de leur excellent tableau comparatif des performances de la quasi-totalité des cartes graphiques sorties à ce jour.

Source: Source