Twitter devra s’expliquer devant l’UEJF pour un hashtag

Buzz

Par Moe le

Vous ne le saviez probablement pas et nous non plus : le 10 octobre dernier, un hashtag (que nous nommerons affectueusement « le tag de la discorde ») a circulé sur le réseau social Twitter en tant que « Trending topic ».

Une fois créé, le hashtag #UnBonJuif a été relayé massivement par les utilisateurs français et francophones sur le réseau social de Dick Costolo, PDG de Twitter.

Retour à aujourd’hui : l’UEJF, l’Union des étudiants juifs de France a confirmé avoir contacté Twitter afin de s’entretenir sur les enjeux posés par de telles dérives.

Que fais la police ? #OhWait…

Twitter n’est pas un agent de police. L’association, qui devrait organiser une conférence téléphonique avec deux représentants de la société, entend sensibiliser le réseau social à la vague antisémite qui a alimenté le tag de la discorde durant plusieurs heures.

Toutefois, sans une décision de justice préalable et donc une enquête longue et coûteuse pour les modestes contribuables que nous sommes, le réseau social n’a ni la possibilité ni la législation de son côté afin d’opérer de manière unilatérale.

Moraliser une société privée et étrangère

Toujours selon le communiqué publié par l’UEJF, Twitter tient là une obligation presque civique d’agir dans ces cas de figure :

Twitter ne peut pas s’affranchir de sa responsabilité d’entreprise citoyenne et ce sera tout l’enjeu de l’échange

Ce à quoi l’entreprise a répondu :

À mesure que nous croissons à l’international, nous pénétrons dans des pays qui tiennent des positions variées sur la liberté d’expression. Certains divergent tellement de nos idées que nous ne serons pas en mesure d’y entrer »[… ]D’autres sont proches de nous mais, pour des raisons culturelles ou historiques, restreignent certains messages, comme la France et l’Allemagne qui interdisent les contenus en faveur du nazisme.

Bon hé bien en attendant on peut se rabattre sur le vomi de Justin Bieber, il paraît que ça fait bon chic bon genre…

Source: Source