Ubisoft mise beaucoup sur le double écran. Mais ne lui parlez pas de Wii U.

Par Fabio le

Yves Guillemot pense que la présence d’un second terminal, ou second écran, peut apporter dans le futur un vrai plus dans nos expériences de jeu… Mais ne compte paradoxalement pas des masses sur la Wii U

WDLIVE

Dans un entretien accordé à Games Industry, le patron d’Ubisoft déclare tout simplement que la présence d’un autre terminal (une tablette ou un smartphone, par exemple) est une des voies d’avenir pour créer de nouvelles expériences de jeu et réunir des joueurs de niveaux différents.

Je suis convaincu que c’est le futur. Ce que j’aime dans le double écran, c’est son accessibilité, qui va permettre à des joueurs de niveau différent de pouvoir jouer ensemble. Ceux qui ne savent pas comment jouer avec une manette, ou qui n’aiment pas ça, pourront se contenter de jouer avec les fonctionnalités tactiles (d’une tablette ou d’un téléphone). C’est le premier avantage du double écran.

Le second, c’est que cela vous donne l’opportunité de jouer en déplacement avec vos amis qui, eux, jouent de chez eux. Je suis à l’aéroport, et pourtant je peux jouer sur mon iPad avec mes amis si j’ai une bonne connexion. Nous pensons que cela va créer plein de possibilités et que de nouvelles mécaniques de jeu vont être développées.

Nicolas Rioux, managing director des studios Ubisoft Quebec, embrasse les paroles de son président et situe également l’avenir dans le transmedia.

L’expérience de jeu produite par ces applications crée presque un autre jeu, un tout nouveau jeu. Nous voyons un vrai intérêt à connecter les joueurs sur mobile et les joueurs sur console. C’est vraiment là où nous innovons, avec cette nouvelle génération d’applications mobiles connectées à nos consoles de salon. Nous devons garder en tête que pour un grand nombre de personnes, le jeu sur tablette sera même leur expérience principale !

Jusque là, tout va bien. On veut bien croire volontiers Yves Guillemot et Nicolas Rioux puisque l’éditeur français travaille depuis quelque temps sur ces « seconds terminaux », via des applications mobiles pour Assassin’s Creed IV : Black Flag, Watch Dogs ou encore The Division. On pourrait alors en déduire que la Wii U est le laboratoire idéal pour le studio français. Nicolas Rioux concède d’ailleurs à la dernière machine de Nintendo : « Avec Assassin’s Creed III sur Wii U, nous avons tenté des choses (ndlr : il était notamment possible de voir la mini-carte sur son GamePad). »

Assassins-Creed-3-gamepad

Oui mais non. Un peu plus loin dans l’entretien, Rioux souligne que le studio québecois est avant tout concentré sur les expériences de jeu qui mêlent les applications mobiles et… la Xbox One et la PlayStation 4. Avec un peu de cynisme, le managing director précise que « si ça fait sens et que c’est possible, nous essaierons encore ce genre de choses pour la Wii U ».

Croyez-vous, vous aussi, à cet univers transmedia ? Pensez-vous que les joueurs l’attendent et soient prêts pour cela ?

Source: Source
stopwatch 2 min.