Dossier : LEGO, quand l’empire contre attaque

Dossiers / Comparatifs

Par le

On a tous des rêves de gosses enfouis quelques part dans un coin de notre esprit, des rêves recouverts de toiles de neurones tissées, réflexion rationnelle après réflexion rationnelle, au fur et à mesure que l’on prend de l’âge. Parfois, un événement va tirer sur la corde nostalgique et extirper quelques uns de ces rêves de toutes ces foutues toiles.

lego-h

Il y a quelques jours,  j’ai découvert un lien coincé entre deux tweets, un lien annonçant un film Lego. Je vous passe ma première réaction dont la quasi totalité des mots serait censurée et vous propose directement la bande annonce ci-dessous :


Du coup, les yeux encore pleins d’étoiles, j’ai passé un coup de mail filaire via VOIP à Greg et lui ai demandé si un dossier sur les Lego pouvait vous intéresser, vous, lecteurs. Il me répondit en binaire que c’était probable à 83,67% environ. Un score honorable qui me motiva à me hâter à diverses recherches pour aboutir à ce qui va suivre. Au passage, j’en profite pour vous dire un grand MERCI des retours et des commentaires que vous avez faits sur le dossier des montres. C’est vraiment très agréable et motivant. Allez on attaque, bonne lecture.

Once Upon A Brick

1932, cette année durant laquelle l’empire du Japon entra en guerre contre la République de Chine, Franklin Roosevelt accéda à la présidence des États-Unis et Staline préleva 40% des récoltes de l’Ukraine plongeant le pays dans un génocide par la faim. Pourtant, cette même année, à 2460km à l’ouest de Moscou, à Billund au Danemark, Ole Kirk Kristiansen, menuisier, se lança dans la conception de jouets et créa la marque LEGO. En 1949, il réalisa la première pièce en plastique moulée de ce qui sera, 64 ans plus tard, le jeu le plus populaire de tous les temps.

lego01

Au départ, les briques n’existaient qu’en deux tailles et quelques couleurs. Il fallait les emboîter pour réaliser des formes. On jouait à construire. On ne dirait pas comme ça, mais les dimensions étaient précises, afin de faciliter l’emboîtement. Les deux fentes présentes dans la photo ci-dessus servaient justement à donner aux pièces l’élasticité suffisante à l’emboîtement et, comme vous l’avez peut-être remarqué, le dessous des brique était vide, ce qui rendait ces assemblages fragiles. Il a fallu attendre le brevet déposé le 28 janvier 1958 pour voir apparaître les cylindres sur le dessous, entraînant plus de contacts entre les pièces et donc plus de résistance entre les assemblages. La nervure centrale, elle, renforçait la rigidité et facilitait le moulage. Les pièces sont aujourd’hui créées avec une précision de 10 μm, soit le jeu nécessaire à l’insertion de jambes dans un jean’s slim totalement swag en 2013.

640px-Lego_evolution

Ce fut le début d’une grande aventure. Au départ, la firme développa quelques modèles de briques, puis inventa la roue. Enfin, inventa la roue emboîtable Lego. Par la suite, la marque danoise enchaîna les innovations. D’abord avec DUPLO, des grosses briques pour les tout petits (et non une barre chocolatée fourrée d’une crème noisette recouvrant une noisette entière que l’on peut réserver dans sa boulangerie si on est tennisman), puis avec des personnages pour faire fructifier l’imagination et inventer des histoires. La série Technic, destinée aux experts, voit le jour en 1986 1977 : elle utilise des pièces spécifiques et se destine à la création de véritables systèmes mécaniques en pièces de Lego (la voiture ci-dessous possède un moteur 8 cylindres, une véritable boite de vitesse et même des suspensions “à bras tirés”).

TechnicLego

LEGO & Robotique

En 1998, la gamme Mindstorm vient se greffer à la gamme Technic pour créer de véritables petits robots programmables via PC. Ils seront par la suite utilisés dans les laboratoires car débridés, ils sont pratiques, peu chers et rapidement modifiables. Certains m’ont fait penser au robot du film Short Circuit.

short-circuit-number-5

Même si elle reste ludique, cette gamme continue encore aujourd’hui à servir d’outil pour le développement robotique, pour les fans ou pour la recherche. Avec Mindstorm, Lego va atteindre une sorte de limite, car cette série reste la plus éloignée du “jeu” tel qu’il avait été imaginé à l’origine. Cette gamme Mindstorm sortira d’abord en version RCX. RCX ? Oui RCX. C’est un automate sous forme de brique jaune muni de 3 ports d’entrée, 3 ports de sortie, 4 boutons de commande, un écran à cristaux liquides et un système de communication par infrarouges, programmable en JAVA, Visual Basic, en Not Quite C (presque du langage “C”), ou via l’application graphique fournie par Lego.

Le RCX comprend également un microprocesseur pour traiter les programmes, une mémoire interne pour les stocker ainsi qu’un haut-parleur intégré pour émettre des bips de tonalité. Il est équipé à la vente, selon les boîtes, de quatre types de capteurs différents : contact, lumière, rotation et température. Des senseurs non officiels tels que l’accéléromètre ou le télémètre laser sont disponibles sur internet. La programmation se faisait par la transmission infrarouge d’un programme, écrit sur ordinateur, vers le RCX. Un RCX peut contenir 5 programmes au maximum.

mindstorms-lego-mindstorms-nxt-2-0-8547-4

lego_mindstorms_rcx

En 2010, la gamme Mindstorm RCX céda sa place à la gamme NXT. Plus rapide, performante et enfin compatible Bluetooth, elle permit de découvrir les joies de la robotique sans fil.

Dans l’absolu, Lego aurait pu continuer sur la voie Mindstorm et Technic, mais le brevet ayant expiré et les techniques de réalisation de pièces moulées en plastiques étant devenues bien plus abordable, Lego ne pouvait continuer de se focaliser sur un secteur si exclusif, laissant aux concurrents le terrain libre de la branche jouet. D’ailleurs, la marque lança en 2001 la gamme Bionicle. Une erreur pour plusieurs raisons. Cette gamme partageait des pièces et un design avec la gamme Technic destinée aux experts surtout depuis Mindstorm. Or, la gamme Bionicle n’a rien de complexe. Ce sont des figurines aux allures de robots, faciles à monter. Il est clair que l’objectif était de renouer avec le jeu et de cibler à nouveau les plus jeunes. Sauf que passer d’un extrême à l’autre en gardant le même design n’était pas la meilleure des idées.

090627-lego-bionicle-moc-043

Sommaire du dossier :

54 réponses à “Dossier : LEGO, quand l’empire contre attaque”

  1. Sympa ce petit dossier ! C’est vrai qu’on est tous au moins un peu amoureux des légos … j’en ai empilé de ces petites briques …

    Une petite faute d’orthographe cependant (ou de frappe, me frappez pas) :
    “quasi totalité des mots seraient censurés” => serait censurée (la quasi totalité).

  2. Correction, la voiture (ref 8880) possède un moteur 8 cylindres !
    Par ailleurs, les 4 roues non seulement motrice mais également directrices.
    Enfin, elle possède 3 différentiels !
    Je l’ai toujours, et ça reste ma voiture LEGO préférée 😉

  3. Dossier très intéressant que je pourrais partager à tout ceux qui me parle de Minecraft en me disant “Mais comment tu peux jouer à ca ? C’est laaaaaaaaiiiiddddd !”.

    Petit oubli au sujet des jeux vidéos LEGO : Oui les jeux LEGO Star wars, LEGO LotR, etc. ne sont pas axés sur la construction mais il y a eu des tentatives de la page de LEGO pour en faire notamment LEGO Universe : un MMORPG aujourd’hui décédé (plus de serveur) dont le principe était de tuer des monstres, accomplir des quêtes etc. dans le but de récolter des pièces LEGO (des vraies pièces). Il y avait ensuite des zones de construction propre à chaque joueur pour permettre la construction de… n’importe quoi, avec des outils de partage, des concours, etc…
    Ce jeu a été abandonné pour des raisons incontestables (manque de contenu, …) mais il avait le mérite de respecter à 100% la philosophie de la firme détaillée dans ce dossier.

    Sans parler de jeu, il y a aussi Lego Digital Designer qui permets de construire des modèles sans limite de pièce. Il était même possible il fut un temps de commander les pièces une fois le modèle terminé (avec génération de la notice de montage s’il vous plait !).

    Félicitations et merci pour cet article, de la part d’un gros fanboy de LEGO depuis plus de 20 ans.

  4. La légende de la 2nd photo minecraft est erronée. Il ne s’agit pas des mines de la Moria, mais de Minas Tirith, capitale du Gondor.

  5. Alaouimaisnon !!!

    Je le redis (je dois être le troisième) mais la grande cité blanche (sur le screen de minecraft) c’est Minas-Tirith, la capitale du Gondor, tandis que les MINES des la Moria (construite pas les nains) sont des MINES donc SOUTERRAINES !!!

  6. Ha la 8880… Mythique.

    Je l’ai assemblée pour la dernière fois il y a une quinzaine d’années. Et mon père est tombé dessus il y a peu de temps (j’étais encore chez mes parents à l’époque, et elle était donc restée là bas), en fan de Lego qu’il est lui aussi, il l’a toute démontée et amoureusement rangé les pièces dans les petits casiers dont je m’étais équipé à l’époque.

    J’espère un jour pouvoir la remonter avec mon fils (il n’a qu’un an pour le moment, j’ai le temps de voir venir).

  7. La supercar Lego Technics de 1994!! Je l’avais! Une merveille technique, portes papillon, embraillage fonctionnel… Ah, ah moins que ça soit une autre sur la photo? en tout cas elle y ressemble.

    Lego, quand on s’y plonge, on en sort jamais vraiment… Je me suis payer le Millenium Falcon à Noel, juste pour me faire plaisir…

  8. Grand fan de Lego durant mon enfance, je dois avouer que j’en ai touché des briques !

    Mais il n’empêche que je préférais le concept du mécano ( avec les pieces tout en métal, pas les pièces plastiques dégueulasses qu’ils ont sorti plus tard ! ) D’ailleurs, mes jeux mécano étaient familiaux, ils étaient à mon père avant d’être mien.
    Et vous savez quel était ce kit?
    Celui-ci : http://www.lessignets.com/signetsdiane/calendrier/images/nov/30/1/meccano_boite_2.jpg
    Le fameux hélico, grue, qui permettait aussi de construire le camion si on avait d’autres pieces, LE kit original 😀

    Mais je dois avouer que j’ai aussi pas mal bricolé sur la license Star Wars qui permettait de créer un univers infini, créer ses vaisseaux, ses bâtiments, son histoire quoi !

    Et comme nous étions dans enfants courageux, nous mélangions création mécano, lego et Kapla.

    Le trio infernal ! Un vrai bonheur d’enfant, pas comme certains jouets ridicules d’aujourd’hui. Ces licenses de constructions aident à développer l’esprit logique la créativité mais aussi le sens de l’adaptation et la reflexion.
    Bref que du positif !

    Très beau sujet, bien traité, ça fait plaisir à lire, merci

  9. Mille excuses, il s’agit bien de Minas-Tirith. Je vais me refaire la trilogie en version longue pour la peine. Merci pour le correctif 😉

  10. Petite erreur sur l’histoire des Lego, les modèles Technic ne sont pas apparus en 1986 mais en 1977, d’ailleurs c’est en 1982 qu’on m’a offert mon premier modèle : l’hélicoptère 8844.

  11. Merci pour ce dossier qui m’aura replongé dans mon enfance et mes construction de base spatiale et autres château fort en Lego

  12. Très bon article, intéressant et pertinent !
    Mais je suis désolé, mais les Bionicle ont vraiment été les jouets de mon enfance, et dieu sait que j’en ai créé, des personnages uniques !

  13. Génial ce dossier cela me rappel tant de souvenir ^^
    (Par contre si tu ne veut pas te faire lapider à coup de petit cailloux pointu je te suggère de remplacer le titre de la photo des mines de la Moria car c’est en réalité minas tirith la cité des rois 😉 )

  14. Très bon dossier, j’ai vraiment pris plaisir à le lire !
    Un vrai retour en enfance. Dommage que les technologies robotiques ne soient pas arrivées avant 1998…
    Quand j’étais petit, je voulais pas être pompier, je voulais bosser chez LEGO ! Bon bah c’est râpé…

  15. Les pièces sont aujourd’hui créées avec une précision de 10 μm, soit le jeu nécessaire à l’insertion de jambes dans un jean’s slim totalement swag en 2013.

    haha

  16. La licence LEGO Zelda n’existe pas, le visuel utilisé est tiré d’un projet présenté sur Cuusoo (site ou les fans peuvent présenter leur projet de boites, si le projet obtient 10 000 votes alors lego étudie la mise en production exemple le set à venir avec la licence Retour vers le futur)

  17. Très bon post!
    Mais une petite erreur s’est glissée dans les création Minecraft, il ne s’agit pas des Mines de la Moria mais de Minas Tirith, la capitale du Gondor.

  18. “Je ne vous parle pas de Mega Blocks par exemple, qui reprend le principe de briques emboîtables, mais de concurrents qui ont su également créer leurs propres règles, styles et approches.”

    C’est pourtant dommage de la part de l’auteur de ne pas parler plus de Mega Bloks, car ce n’est pas qu’un simple concurrent. Et sous entendre que cette marque n’a pas su innover par rapport à Lego, c’est quand même vachement mal les connaitre !

    Ils ont quand même lancé les gros blocs connus sous la marque “First builders” et réservés aux tout petit. Ce qui permet aux plus jeunes de connaitre les blocs assez rapidement… D’ailleurs Lego devraient les remercier, car ils ont su ouvrir efficacement la voix pour les plus jeunes (et ce sont potentiellement de futurs clients pour Lego aussi !).

    A côté de ça, ils ont des gammes extrêmement variées, comme tout un univers consacré à WoW (avec des personnages de petite taille, mais beaucoup plus détaillés que des Lego, des véhicules, des accessoires…), Iron-man et Marvel en général, Halo (avec un ENORME univers…).

    Bref, c’est dommage de lire que selon l’auteur Mega Bloks est sans intérêt (qui plus est sur le journal du geek……..)

  19. Bonjour,

    Vous avez oublié de parler de LDD ; Lego Digital Designer. Un logiciel sur PC et Mac (et sur linux en bidouillant 🙂 ) qui permet de construire plein de choses en Lego “numériquement”.
    Il y a un bon paquet de pieces disponible et meme si elle ne peuvent y etre toutes, il y a de quoi faire. Que ce soit en technic ou en classic.

    Voici le lien que j’ai eu du mal a retrouvé, n’etant pas disponible en francais : http://ldd.lego.com/fr-fr/

  20. Avant tout, un grand merci a Jeremy pour le travail de grande qualité, ça fait vraiment du bien de lire ton article, on attends les prochains 😉 (d’autres devraient s’en inspirer)
    Pour ceuxs qui veulent en savoir plus, Nat Geo TV a fait un reportage “Mega Factories” sur l’usine LEGO au Dannemark, c’est un régal : on apprends notament que le mot LEGO vient de deux mots danois Leg Got qui signifie bien jouer. Savez vous que les employés de LEGO ont des cartes de visite sous la forme de figurines LEGO !
    Comme bcp, je pourrai parler de mes créations durant des heures, mais comparé au Cube Stormer, je me sens ridicule…

  21. Une petite (grande!) erreur :
    Ce sont les Lego Bueno qu’on peut réserver en boulangerie si on est tennisman, pas les Lego Duplo.

  22. la NXT…. cette sale bête nous en a fait voir de toutes les couleurs pour notre projet de fin d’année….
    un labyrinthe? yoloooooooo on passe dans les murs
    allez, pebkac et sans rancune!

  23. @Dr Red Pixel : Effectivement, Mega Bloks est malheureusement très peu connu en France (et en Europe en général). Et c’est d’ailleurs bien dommage. Cet article aurait justement été l’occasion de parler un peu plus d’eux en comparaison à Lego. Car contrairement à ce que dit l’auteur, Mega ne fait pas “que du Lego”.

    Duplo ce n’est pas la même chose que la gamme First Builder.

    En fait Lego n’a que 2 types de brique. La petite Lego et la plus grande (2 fois plus grande en fait) Duplo. Alors que Mega ont 3 tailles. Le plus petit bloc (comme Lego) connu sous la marque “Create & Play, ceux 2 fois plus gros (comme Duplo) connu sous la marque “Create & Play Junior” et enfin la 4 fois plus grosse que la petite, connu sous le nom “First Builder”. Et c’est celle-ci qui change la donne.

    La gamme First Builder est intéressante pour les très jeunes enfant 🙂

    Et pour info Mega Bloks n’est pas une marque créée hier, ça date quand même des années 60. Ils ont donc tout autant de légitimité que Lego (malgré le fait d’être certes, moins connu).

  24. Autre petite erreur: il n’y a jamais eu de licence Zelda. C’est un projet CUUSOO proposé par des fans mais qui n’a pas (encore) été commercialisé.

  25. @Hugo : le but n’était vraiment pas de dénigrer Mega Blocks (d’ailleurs ils sont cités très productifs après) mais d’aborder d’autre axes utilisés par les jeux de construction.
    @Elgrande : merci pour l’info, pourtant je croyais qu’ils existaient j’ai mal cherché sur ce coup mea culpa
    @Nexus : le mal est fait, j’apprends le braille 🙂

  26. J’ai adoré ce dossier sauf le n°1 du TOP10 car c’est grâce au Rubik’s Cube que j’ai découvert le LEGO Mindstorm et du coup ça pas était une surprise pour moi :-/

  27. @Hugo pour moi MegaBloks n’a aucune légitimité puisqu’elle ne fait que copier le travail de Légo et consort. Cette compagnie n’a fait que copier 30+ ans de travail et développement de Légo. Pour ma part, il n’y a pas photo je resterai Légo et non CrapoBloks 😉

  28. @Hugo, @Dr Red Pixel
    Lego et le copyright : une très belle histoire.
    Il y a quelques très bon articles sur le net au regard de la guerre qu’entreprend Lego face aux potentiels concurrents. Sans pour autant que cette guerre soit justifiée.
    Pour ma part, j’aurais toujours un doute sur la légitimité de Lego, car c’est au final une histoire de gros sous.

    http://scinfolex.wordpress.com/2012/02/09/lego-another-brick-in-the-wall-of-copyright/
    ou encore
    http://owni.fr/2012/02/08/lego-joue-la-guerre-des-clones/

  29. Merci pour la correction, mais il y a toujours une erreur : il ne s’agit pas des Mines de Minas Thirith mais de la cité de Minas Thirith (tout court, il n’y a pas de mines !)

    Et sinon il manque la vidéo Lego/Star Wars en tout fin de conclusion (je n’ai pas de lien dans la phrase en question, ni de player intégré, après c’est directement le sommaire).

  30. En 5 pages, je trouve le sujet un peu survolé, sur pas mal de points.

    Le principal facteur de la réussite de Lego n’est pas mis en exergue dans l’article : la qualité de fabrication.
    Depuis le début, et malgré les centaines de set que j’ai ouvert et construit, jamais, au grand jamais je n’ai trouvé de pièces cassées, tordues, mal usinées.
    c’est toujours un réel de plaisir de sentir que chaque brique s’emboîte sans jamais demander son reste, et demeure bien à se place.
    Ça peut paraître bête, mais personne au monde ne me fera croire que c’est la même chose chez la concurrence (mais à l’avenir, qui sait…). J’ai eu quelque Mega Block “pour tester”. cette impression d’ouvrir une contrefaçon mise en place à vitesse grand V et à moindre coup pour empiéter sur le marché me fait vomir. A commencer par un design douteux, on enchaine sur des pièces qui bondissent à l’idée de se retrouver assemblées à une autre.
    Je passe sur l’articulation des personnages, tout sauf rigide et régulière, le teinte des brique très peu souvent uniforme, et le manque de vie qui se dégage du tout (avis subjectif ici, je n’attaquerai personne là dessus).

    Depuis peu, j’avoue aussi que quelques sets posent soucis (la Maison Hantée par exemple) avec des assemblages qui laissent des espaces visibles à la lumière, des teintures légèrement différentes d’une brique à l’autre, des fautes d’ortographes sur les stickers des set collector de Star Wars… Delocalisation ? Réduction des coups de production ? Je ne sais pas, mais au tarif (qui vont bon train dans l’augmentation) où Lego nous proposent les sets, il est anormal de constater une baisse de qualité. Heureusement, les problèmes comme ceux là sont rares, mais ne passent jamais inaperçus auprès des fans.
    L’achat de licence leur coûte surement très cher, mais je pense que Lego joue très bien avec ses fans.

    On entre ici dans la partie “underground” du monde Lego : celui où des fans complètement gaga de leur jouet favoris se laissent aller, et on (enfin je) les comprend(s), à l’achat de simple minifigs pour quelque maudits dizaines d’euros… au bas mot.
    Des minifigs produites à quelques 200 exemplaires seulement s’arrachent parfois à 200£ sur eBay, sans forcer.
    Fort de cette constation, lego mets en place une “collection” qui touche en plein coeur ce march : les minifigures. Déjà 10 séries de 16 minigis ont vu le jour depuis plus d’un an, et le succès est au rendez-vous. Un exemple s’il en est de la figurine de Monsieur Gold, en “or” distribuée au hasard dans quelques boites à travers le monde, et qui poussent parfois à acheter des box complets de 60 figurines pour essayer de le dénicher.

    A travers cette observation, je voulais simplement mettre en évidence que si Lego perdure autant dans le temps, et est une des rares entreprises à progresser sur le marché du jouet qui recul en général, c’est aussi parce qu’ils visent là où il faut et savent tirer profit en touchant la corde sensible de leurs fans.

    Pour rebondir rapidement sur la gamme Bionicle, elle a été un franc succès les longues premières année avant de s’essoufler et se perdre un peu dans les idées et le design. Mais nul doute que cette gamme est l’une des plus emblématique de Lego.

  31. “et même des suspensions « à bras tirés »” : ou comment se décrédibiliser dès le début de l’article en voulant placer des expressions techniques sans en connaitre le sens, google est pas loin pourtant …

  32. Je ne prend pas les gens de haut premièrement, je relève le fait que d’utiliser des termes techniques erronés ça fait pas du tout sérieux en plus de la confusion pour les lecteurs.
    Pour ton moment de rigolade je vois que toi non plus t’y comprend pas grand chose, et qu’en plus tu te permet de la ramener : bras tirés =/= double triangulation =/= mc pherson, je te laisse te replonger dans Wikipédia 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *