Top 5 des jeux les plus controversés

Par Henri le

Toutes les formes d’art ont vu passer des œuvres polémiques, et le jeu vidéo n’échappe pas à cette règle. Souvent épinglés pour leur violence, ces softs ont provoqué des controverses qui ont dépassé la simple sphère de l’industrie du jeu. Entre idées tuées en plein vol et magnifiques coups de pub, voici un top 5 sulfureux.

gtaipc352

5/Carmageddon

Aaah ce bon vieux Carmageddon ! Inspiré du film « Les seigneurs de la route », le jeu proposait au joueur de gagner une course par tous les moyens. Vous pouviez franchir en premier la ligne d’arrivée bien sûr… mais aussi détruire vos adversaires ou écraser tous les passants de la ville ! Tout ça en ricanant au volant de votre bolide ! La version PC fut jugée si violente que les piétons de la version Nintendo 64 avaient dû être remplacés par des zombies au sang vert. Ouf, l’honneur est sauf.

 

4/ Call of Duty : Modern Warfare 2

Premier épisode de la série à avoir reçu la classification 18+, Call of Duty : Modern Warfare 2 avait créé la polémique à cause d’une mission un peu spéciale. Dans la peau d’un agent double américain, le joueur se voit commettre un horrible attentat dans un aéroport.
Un niveau qui devait impliquer le joueur, et lui faire comprendre la cruauté du bad guy principal, Vladimir Makarov. Cette partie avait été enlevée des versions vendues en Russie. De leurs côtés, les versions japonaises et allemandes affichaient un game over si le joueur tuait un des civils. Un pari audacieux, et plutôt étonnant de la part d’Activision.

 

3/ La série des Grand Theft Auto

Comment parler de polémique sans citer Grand Theft Auto ? La série, débutée en 1997, n’a eu de cesse d’exploiter le filon de la transgression. Et son passage à la 3D n’a pas arrangé les choses. Violence, sexe, vol, drogue… Le jeu a bien évidemment été accusé de pervertir la jeunesse, ce qui n’a pas empêché qu’il se vende par millions. Les différents procès intentés à Rockstar n’ont jamais abouti, et vu les précommandes de GTA V, l’épopée n’est pas prête de s’arrêter.

 

2/ Rules of Rose

Bien moins célèbre que les autres jeux cités, Rules of Rose, un survival-horror dans la veine des Silent Hill, a subi l’ire de nombreuses personnalités politiques européennes… qui n’y avaient jamais joué. C’est ainsi que trois députés UMP ont dénoncé des scènes atroces absentes dans le jeu : « Le but de ce jeu est de violer, battre et tuer une jeune fille. C’est un appel à la violence, à la mort, au viol » avant de conclure en évoquant « un nazisme ordinaire ». Le jeu sera tout de même interdit outre-Manche. Ce cas reste une des plus belles démonstrations de diabolisation orchestrée du monde du jeu vidéo.

 

1/ Manhunt

Manhunt est peut-être un des jeux les plus osés jamais réalisés par Rockstar. Visiblement inspiré du film Running Man, le soft nous met dans la peau d’un condamné à mort, James Earl Cash, mystérieusement sauvé par un réalisateur de snuff-movie nommée Lionel Starkweather. Désormais filmé par des centaines de caméras, James va devoir survivre dans un quartier peuplé de fous sanguinaires. Le jeu permet d’abattre ses ennemis selon plusieurs degrés de violence, et certaines exécutions sont en effet assez extrêmes.

La furtivité est évidemment de mise, et la mise en scène de Rockstar pousse le joueur à aller toujours plus loin pour survivre. Interdit en Nouvelle-Zélande, classifié comme un film ultra-violent au Canada, confisqué en Allemagne… Le jeu n’a pas cessé de faire parler de lui. Pire encore, la mort du jeune Stefan Pakeera, tué par un camarade « obsédé par le jeu » avait fait éclater une grande controverse en Angleterre. Pourtant, et malgré toutes ces considérations, Manhunt reste une expérience inoubliable pour de nombreux joueurs (avertis).

Mortal Kombat, Soldier of Fortune, Postal, Fantasmagoria (et pourquoi pas !), quels sont les jeux qui vous ont le plus perturbé ?

stopwatch 3 min.