Thaïlande : Des photos de drones révèlent l’ampleur de la révolte

Général

Par Elodie le

Le drone est-il en passe (s’il ne l’est pas déjà) de devenir « l’objet » du XXIe siècle ? Arme de guerre chérie de l’armée US, futur outil de livraison d’Amazon, et depuis aujourd’hui, envoyé spécial de l’ONU en République Démocratique du Congo (RDC) mais également outil de contre propagande gouvernementale en Thaïlande.

pic_manif_drone_bangkok
Monument de la Démocratie – Sithikorn WONGWUDTHIANUN

Comme le souligne Big Browser, le 25 novembre alors que les manifestants réclamaient la démission de la première ministre, deux journaux anglophones, The Nation et The Bangkok, ont pris des photos de la foule grâce à des drones (des quadricoptères précisément). Ces clichés, loin de l’effet de masse que peut engendrer une photo prise sous un bon angle, montrent la réelle ampleur de la révolte. Un coup dur pour le gouvernement qui ne peut minimiser son impact… mais qui peut en revanche interdire le survol de ces engins sur son territoire si l’envie lui en prenait. À l’instar des Etats-Unis ou du Royaume-Uni.

pic_manif_drone_bangkok3
Monument de la Démocratie – Sithikorn WONGWUDTHIANUN

Depuis un mois, de violents heurts secouent la Thaïlande et plus précisément sa capitale, Bangkok. En cause, un texte adopté de manière très confidentielle par le Parlement proposant une amnistie concernant les poursuites et condamnations liées aux répressions politiques ayant cours depuis 2006. L’objectif officiel : la réconciliation et l’unité de la nation. L’objectif officieux dénoncé par les manifestants ?  Permettre un retour en grâce de l’ancien premier ministre, Thaksin Shinawatra, renversé par un coup d’Etat en 2006 et empêtré dans des démêlés judiciaires pour des faits de corruption. Actuellement en exil pour éviter la case prison. L’ancien premier ministre qui se révèle être… le frère de l’actuelle première ministre. « Chemises jaunes », opposants de la première heure, et « chemises rouges », traditionnellement ralliées à l’ancien premier ministre, manifestent uniformément pour la première fois et réclament la démission de la première ministre ainsi que le retrait de cette loi d’amnistie.

pic_manif_drone_bangkok2

Dans cette fronde, les manifestations sont courantes. Ce week-end, les premiers morts ont été à dénombrer. Comme toujours lors d’un conflit de cette ampleur, c’est la même rengaine : ils étaient 150 000 selon les organisateurs et 30 000 selon la police. Ici, c’est gouvernement contre manifestants. Le premier tente de minimiser l’ampleur de la révolte, les autres de révéler le soulèvement en cours. Un peu comme Mélenchon ce week-end, pris en flagrant délit de travestissement de la réalité en collaboration avec TF1 pour sa manif de dimanche dernier (ici pas de drone, juste un journaliste attentif et connecté).

Quoiqu’il en soit, ne donnons pas d’idée saugrenue à ce pays déjà classé 135e (sur 179) en matière de liberté de la presse par Reporters sans frontières. Il est intéressant de souligner les multiples emplois possibles permis par cette technologie, qui n’est pas la chasse gardée de l’armée américaine. Plus de 50 pays en sont détenteurs…