Angleterre, filtres anti-porno polémiques et inefficaces ?

Général

Par Elodie le

Le Royaume de sa Majesté part vent debout contre la pornographie en ligne. Néanmoins, les premiers filtres mis en place il y a quelques semaines sont sujets à polémique : leur efficacité est mise en cause.

cameron_filtre_anti_pornographieEn juillet dernier, David Cameron enjoignait les fournisseurs d’accès à lutter contre la pornographie en ligne et souhaitait installer un contrôle parental par défaut d’ici à l’année prochaine afin de protéger les chérubins de « la pornographie hardcore mais légale ». Quelques mois plus tard, sous cette impulsion, Google annonçait avoir mis au point un algorithme permettant de bloquer certaines requêtes permettant de déboucher sur des contenus pédopornographiques. En Grande-Bretagne, cela s’est traduit par l’installation de ce filtre par les principaux fournisseurs d’accès à Internet : TalkTalk , O2 et Sky puis BT le 16 décembre qui a lancé un nouveau filtre censé bloquer tous les sites pornographiques pour ses usagers. Cette mesure, s’apparentant à un contrôle parental, est appliquée par défaut pour tous les nouveaux abonnés et devrait être généralisée dès 2014. Virgin devant leur emboiter le pas cette année-là.

Tout devrait être parfait dans le meilleur des mondes… Oui, mais non. Ces différents filtres ne seraient pas aussi efficaces qu’annoncés, créant de véritables passoires, ou alors un peu trop zélés engendrant quelques situations ubuesques.

Ainsi, 10 jours après son lancement, le filtre de BT et celui de TalkTalk laisseraient passer certains sites pornographiques bien connus des britanniques selon la BBC. A contrario, ce « contrôle parental » par défaut se montrerait intransigeant envers… les sites d’éducation sexuelle. Plus polémique, la BBC affirme que les sites d’aides aux femmes victimes de violences conjugales (BT) mais également d’aide aux victimes de viol (TalkTalk) et les plateformes d’aide aux personnes souffrant d’addiction à la pornographie (Sky) se retrouvent bloqués par ces filtres, tout comme les sites d’organisation LGBTQ ou de droit des femmes. Il est possible de passer outre et d’accéder à ces différents sites en demandant à son FAI de ne pas filtrer sa connexion.

Des solutions apparaissent également en ligne dont une extension pour Google Chrome, « Go away Cameron »…

Le Conseil britannique de la protection de l’enfance sur Internet a décidé de prendre en main le problème en ouvrant un groupe de travail. À l’époque, devant la réticence de certains y voyant une dérive possible, David Cameron avait juré

Si vous avez utilisé [ces requêtes] c’est que vous recherchiez des images d’abus d’enfants en ligne

Caustique quand on sait que ces filtres bloquent également l’accès aux sites du gouvernement et du parlement, de même que celui de Claire Perry, membre du parlement ayant fait campagne pour ces filtres… Comme l’explique Slate, pour Forbes cela serait justement dû au fait que Claire Perry est pro-filtrage, « son site a beaucoup utilisé les mots “porno”, “sexe” et autres, et est donc considéré comme pornographique ».

Certains y voient surtout la main du gouvernement et de David Cameron qui a toujours voulu aller au delà d’un simple filtre anti-porno en mettant en place un filtre contre certains contenus dits « répréhensibles », ceci expliquant peut-être pourquoi autant de sites se retrouvent ainsi bloqués alors qu’ils n’ont rien de pornographiques à proprement parlé et incluraient donc « les sites «violents», «avec du contenu proche de l’extrémisme», ceux «sur l’anorexie et les troubles alimentaires», le suicide, l’alcool et la cigarette, et les «forums web» ! » Beau programme.

Bien que certains FAI tels BT aient déjà revu la description de certains sites bloqués qui comprenait encore il y a peu

les sites dont le but principal est de donner des informations sur des sujets tels que le respect de son partenaire sexuel, l’avortement, le style de vie gay et lesbien, la contraception, les maladies sexuellement transmissibles et la grossesse

Le grand flou demeure concernant les réelles intentions du gouvernement et l’ampleur des sites bloqués, les FAI gardant jalousement cette information.

Source: Source