Fnac Jukebox : la Fnac s’attaque aux services de streaming musical

Business

Par Olivier le

La Fnac se relance sur le marché de la musique dématérialisée, après l’échec de la boutique de MP3 FnacMusic, qui a fermé ses portes début 2013. Fnac Jukebox se lance aujourd’hui sur les traces de Deezer, Spotify et consorts.

PHO810b6f40-a228-11e3-af6d-ef43ce95881d-805x453

Cette nouvelle offre de streaming musical ne va pas révolutionner le paysage. On y retrouve en effet les deux forfaits traditionnels du marché, un à 4,99 euros pour l’accès illimité au catalogue depuis un ordinateur, l’autre à 9,99 euros pour la même chose sur mobiles (smartphones, tablettes, avec mise en cache pour l’écoute hors connexion). L’agitateur se distingue néanmoins par un forfait d’entrée de gamme à 2 euros qui offre l’écoute illimitée de 200 morceaux choisis par l’auditeur.

Autre particularité : Fnac Jukebox ne comprend aucune offre gratuite. Le forfait à 2 euros est vendu comme une alternative à la gratuité, certes limitée, mais sans pub. De plus, la Fnac promet une qualité d’écoute supérieure à la concurrence, avec un encodage à 320 kb/s, contre 128 généralement ailleurs. Par ailleurs, des synergies avec les magasins physiques sont prévues, afin d’aider les passants à tester le service.

Jukebox est le deuxième étage de la nouvelle fusée dématérialisée de la Fnac, après le service Digicopy. Lancé fin octobre, celui-ci permet de télécharger la version numérique d’un CD ou d’un vinyle acheté en « dur ».