SFR – Numericable : Arnaud Montebourg ne s’avoue pas vaincu

Business

Par Jerome Durel le

Invité du journal de France 2 vendredi, Arnaud Montebourg est venu commenter la décision de Vivendi de rentrer en négociations exclusives avec Numericable. Le ministre du Redressement productif est resté fidèle à la ligne conduite affichée depuis le début de la semaine en militant toujours pour le retour à trois opérateurs.

arnaud-montebourg-600x337

Il a notamment rappeler que les banques avaient encore leur mot à dire et qu’elles n’avaient pas nécessairement envie de s’exposer avant que les autorités de la concurrence aient statué sur la question. « Je crois que ce n’est encore pas terminé », s’est-il exclamé pour rassurer ceux qui préféreraient voir Bouygues racheter SFR.

Il en va selon lui des « intérêts de la nation » sur le dossier, brandissant l’argument de l’emploi : « nous souhaitons qu’il n’y ait pas de casse sociale« , a poursuivi le ministre. Il n’a toutefois pas omis de mentionner la raison principale de sa lutte : la fibre optique.

Cela coûte 30 milliards d’euros d’investir en fibre pour équiper la quasi totalité des Français, et ces 30 milliards, nous voulons que ce soient les opérateurs qui payent, et non pas les opérateurs en levant des impôts. 

La raison est certes moins honorable que celle de l’emploi, mais tout aussi valable si ce n’est plus dans la mesure où le rachat par Bouygues aurait nécessairement eu un impact négatif sur l’emploi. Un note interne du gouvernement publiée par le Échos, le précise très clairement.

 

Source: Source