L’abus de selfies peut pousser à la tentative de suicide

Buzz

Par Jerome Durel le

Comme beaucoup d’adolescents, Danny Bowman pratique le selfie. Rien de bien grave en tant tel, sauf que cela a poussé cet anglais de 19 ans à tenter de se suicider.

Danny-Bowman
Danny Bowman – Image : Daily Mirror


Le jeune homme n’est pas très bien dans sa peau, il souffre de dysmorphophobie, la crainte d’être laid. Les problèmes commencent doucement lorsqu’il publie quelques photos de lui à l’âge de 15 ans et subit quelques railleries de ses camarades de classe. Jusque là, il maîtrise encore, mais après un casting raté en 2011, tout bascule.

Il explique au Daily Mirror, traduit par le Nouvel Observateur :

Quand je suis rentré chez moi ce soir-là, je me suis regardé dans le miroir et j’ai pris une photo de moi. Je ne l’ai pas aimé alors j’en ai pris une autre. Et avant de m’en rendre compte, j’en avais pris trente, écartant chacune d’entre elles.

Plus le temps passe et plus les selfies occupent une place prépondérante dans sa vie, deux semaines plus tard il se photographie jusqu’à 80 fois par jour, « au lit, dans la salle de bain » et même dans les toilettes de son école, il quitte les salles de classe pour prendre des clichés, et fini par arrêter l’école à 16 ans, toujours en quête du « selfie parfait ».

Il s’enfonce peu à peu, et en décembre 2012 il touche le fond :

J’avais pris plus de 200 photos ce jour-là et je n’arrêtais pas de les regarder. Il n’y en avait pas une seule que j’aimais. Je ne pouvais plus le supporter et je me suis gavé de médicaments.

Désormais « sobre » depuis plus de sept mois, il travaille avec l’association Fixers qui milite pour faire connaître la dysmorphophobie. Si la dépression est le mal de siècle, le selfie n’arrangera sans doute rien. Les cyniques diront que notre société égocentrique n’a que ce qu’elle mérite.