Oculus VR racheté par Facebook : John Carmack parle

Business

Par Olivier le

John Carmack, le créateur de Doom et depuis l’an dernier directeur technique d’Oculus VR, ne s’était pas encore exprimé sur le rachat de la société par Facebook. Il a laissé à d’autres représentants de l’entreprise ouvrir le feu vendredi dernier, qui évidemment ont surligné à gros trait le caractère excitant de ce rachat.

john-carmack-oculus-6308

Mais l’avis de Carmack était attendu car il est respecté des joueurs – ceux-là même qui ont investi dans le projet Kickstarter et qui n’ont pas manqué de crier leur fureur après l’acquisition par Facebook. Il explique qu’il ne s’attendait pas à ce rachat par le réseau social. Il n’était pas impliqué dans les négociations, mais il a néanmoins discuté durant une après-midi avec Mark Zuckerberg sans imaginer que le fondateur de Facebook allait ensuite dégainer le carnet de chèques (2 milliards de dollars tout de même).

Le choix de Facebook n’est pas évident de prime abord. John Carmack indique qu’il avait en tête d’autres sociétés susceptibles de racheter Oculus VR, avec lesquelles les synergies seraient plus évidentes. Le modèle économique de Facebook (accéder à un maximum de données privées afin de personnaliser toujours plus les pubs) est également une préoccupation importante pour les aficionados du casque de réalité virtuelle. Carmack indique sur ce sujet qu’il ne s’est pas fait son opinion, en évoquant néanmoins apprécier les recommandations d’Amazon après chacune de ses visites sur la boutique en ligne.

Enfin, John Carmack prend l’exemple de Valve pour justifier ce rachat : l’éditeur a pu installer et peaufiner le modèle Steam durant des années, un luxe dont ne bénéficie pas Oculus seul; la preuve, Sony a présenté son propre casque de réalité virtuelle quelques jours avant l’annonce de l’acquisition par Facebook. Et contre les mastodontes du secteur, Oculus ne pouvait pas lutter. Des arguments intéressants, qui ne suffiront sans doute pas à calmer la colère des fans…

Source: Source