L’ancien patron des smart TV de Samsung les jugent trop lentes

Hardware

Par Olivier le

Le devoir de réserve ne s'applique plus vraiment après avoir quitté son ancien employeur. Même si Richard Bullwinkle, ancien patron de la division innovation TV pour...

Le devoir de réserve ne s’applique plus vraiment après avoir quitté son ancien employeur. Même si Richard Bullwinkle, ancien patron de la division innovation TV pour Samsung, assure qu’il est resté en bons termes avec le constructeur, il n’hésite plus à critiquer les produits qu’il a pourtant supervisé.

Samsung-Smart-Tv

Dans une interview pour Fierce Cable, il balance : certains modèles de smart TV sur lesquels il a travaillé sont trop lentes. « Le passage entre la télévision en direct et Netflix prenait plus de deux minutes », explique t-il, avant de rajouter : « C’est une vitesse de dinosaures ».

Bullwinkle, désormais libre de ses commentaires, salue le travail de LG qui a réalisé des avancées significatives en « reconnaissant l’importance de la réactivité » dans ses smart TV (webOS, qui équipe certains modèles du constructeur, est à créditer). Samsung est au courant que sa plateforme est trop lente et malgré l’intelligence des fonctions des téléviseurs de la marque, elles ne vaudront rien si personne ne peut s’en servir.

Plus globalement, l’ancien dirigeant estime que l’industrie du smart TV est en danger pour une bonne raison : le peu de contenu et d’applications disponibles. Cela encourage un « très grand pourcentage » d’utilisateurs à préférer des boîtiers connectés comme l’Apple TV ou le Roku.

Source: Source