L’inventeur des pop up s’excuse pour le « premier péché » d’internet

culture geek

Par Elodie le

Internet a ses bons et ses mauvais côtés, on ne peut pas véritablement ranger les pop up dans la case des bienfaits même avec la meilleure volonté. C’est une plaie. Qui a eu le malheur d’inventer pareille chose ? Ethan Zuckerman. Et il s’en excuse.

pop_up_mea_culpa_ethan_zuckerman

Que celui qui n’a jamais pesté contre l’arrivée inopinée d’une fenêtre de publicité intempestive (plus familièrement appelée pop up) alors qu’il surfe tranquillement sur le net, se lève… et sorte. Véritables plaies des internets, qui peuvent disparaître en un clic (avec de la chance), elles sont désormais bloquées par la plupart des navigateurs pourvus d’une extension intégrée. Quand d’autres extensions se chargent de bloquer l’intégralité des publicités présentes sur un site.

Dans une tribune fleuve intitulée « Le péché originel d’Internet » publiée sur le site Atlantic, son inventeur, Ethan Zuckerman fait son mea culpa. Si ses intentions étaient bonnes en créant la première pop up de l’histoire, encore employé de Tripod.com (service d’hébergement pour sites internet nord américains) dans les années 90, il n’a pas réalisé qu’il commettait alors le « premier péché » d’Internet.

« Il est clair aujourd’hui que ce que nous avons créé était un fiasco », assume celui qui est aujourd’hui directeur du Center for Civic Media au MIT. « Laissez-moi vous rappeler que ce que nous voulions faire était quelque chose de courageux et noble. […] J’ai écrit le code pour lancer la fenêtre et diffuser une publicité dedans. Je suis désolé. Nos intentions étaient bonnes ».

En résumé, Ethan Zuckerman explique ce qui la conduit à créer ce fléau : « une importante entreprise automobile s’était inquiétée après l’achat d’une bannière publicitaire sur une page internet célébrant le sexe anal ». Certes. Il a donc l’idée de créer une fenêtre qui s’ouvre spontanément dans laquelle insérer la publicité en question, évitant ainsi d’accoler l’image de la marque avec ce genre de célébration.

Cependant, « l’enfer est pavé de bonnes intentions », et ces fenêtres pop up se sont révélées être, et ce pendant de longues années, un véritable enfer.

congratulations-you-won-virus
Sur Internet, tout le monde est heureux au jeu…

Si la création de telles fenêtres est le « premier péché du web », depuis, tout le monde se vautre dans la luxure. Ethan Zuckerman n’hésite pas à qualifier la publicité de « péché originel du web » dans sa tribune à charge contre LE modèle économique dominant sur le net.

« L’état déprécié de notre Internet est une conséquence directe, même involontaire, du choix de la publicité comme modèle par défaut pour faire fonctionner des contenus et services en ligne […] Mais après 20 ans de web financé par la publicité, nous pouvons voir que notre modèle est mauvais, cassé et corrosif »

Pour lui, la publicité entraînera toujours plus de surveillance, sera toujours plus gourmande en données personnelles des internautes afin d’ajuster son ciblage, etc. Même si ce modèle de financement par la publicité a permis, selon lui, à certaines personnes d’accéder au web, chose qu’elles n’auraient pu se permettre si le service avait été payant.
« Nous allons inexorablement évoluer vers un Web qui est centralisée, financé par la publicité et fortement surveillé » prévient Ethan Zuckerman.

C’est pourquoi il en vient à la conclusion qu’ « il est temps de commencer à payer pour la protection de la vie privée, pour soutenir les services que nous aimons et abandonner ceux qui sont gratuits, et nous vendre – les utilisateurs et notre attention – comme le produit. »

Après l’invention des pop up, pas sûr que l’ensemble des internautes lui pardonne cette dernière phrase.

Bonus : IRL les fenêtres intempestives peuvent s’avérer dangereuses


Possible votre ami… par friendzone

Source: Source