Free cherche de l’aide dans la Silicon Valley pour racheter T-Mobile

Business

Par Jerome Durel le

Selon les informations du New York Post, Iliad aurait contacté au moins deux géants de la Silicon Valley afin de lever des fonds pour s’offrir l’opérateur américain T-Mobile.

8981-9401-iliad-logo

Après une première offre de 15 milliards rejetée car « inadéquate » selon Deutsch Telekom – détenteur actuel de T-Mobile US – Xavier Niel ne s’avoue pas vaincu. L’homme est en effet parti en quête de sponsors afin de pouvoir faire une nouvelle offre revue à la hausse. Le journal new-yorkais ne s’avance pas jusqu’à donner des noms avec certitude, mais mentionne tout de même des entreprises comme Google ou Microsoft.

Google aurait en tout cas beaucoup à gagner en croquant une part de T-Mobile. Mountain View s’ouvrirait en effet de nouveaux canaux pour ses services, économisant au passage des sommes non négligeables. Cela s’inscrit par ailleurs dans la stratégie de Google qui cherche depuis quelque temps à développer ses propres infrastructures réseau, par exemple avec le projet Loon.