1 500 ans après le premier épisode, quelqu’un crée enfin une suite au jeu d’échecs

Par Corentin le

Il était temps. Chess 2: The Sequel est donc la suite du jeu préféré des dirigeants durant la Guerre froide.

Chess-2-Overkill

Alors, non. Ce n’est pas une blague. Il s’agit bien d’une suite au jeu d’échecs. Avec de nouvelles features et de nouvelles possibilités.

Tout d’abord les règles ont changé et le but du jeu n’est plus de faire mat sur le roi adverse (cela dit, cela vous fera également gagner), mais de faire passer son propre roi la ligne qui sépare les deux camps. Autant vous dire que ça change la stratégie.

De plus, il y a 6 armées différentes. Vous ne serez plus obligés d’incarner le même type d’armée classique. Vous pouvez toujours la jouer, évidemment, mais si vous souhaitez prendre l’armée animale (dont certaines pièces peuvent en bouffer deux autres d’un seul mouvement) ou l’armée hantée (dont certaines pièces peuvent se téléporter aléatoirement sur le plateau) c’est possible. C’est plus fun, aussi.

Certaines pièces ont même des pouvoirs spéciaux, comme ces rois, dans « l’armée aux deux rois » qui peuvent faire une attaque tornade ce qui a pour effet de sortir du plateau toute pièce adjacente. D’autres règles viennent s’ajouter comme le fait que quand deux pièces s’affrontent, un duel puisse se lancer rendant l’affrontement plus incertain.

Bref, les échecs 2 ont l’air beaucoup plus aboutis que les échecs premier du nom, et ça fait plaisir de voir que les développeurs aient préféré prendre 1 500 ans pour développer une suite convenable, plutôt que de sortir un DLC dans la précipitation.

Initialement sur Ouya, Chess 2: The Sequel est disponible sur Steam depuis quelques jours pour 15 euros.

> Via RPS

stopwatch 2 min.