[Mission to Mars One] Les pionniers mourront au bout de 68 jours

culture geek

Par Elodie le

Selon une étude réalisée par des étudiants du MIT, les personnes prêtes à quitter la Terre pour peupler la planète Mars d’ici 2025 n’auront pas vraiment le temps de s’acclimater et coloniser la planète rouge. Selon leurs prévisions, ces futurs Martiens devraient commencer à mourir 68 jours après leur arrivée.

mars_one_68_jours_après
Mars, le 68e jour…

Vous vous souvenez de Mars One, ce projet de la société privée néerlandaise du même nom visant à envoyer des colons sur Mars d’ici 2025 ? Il refait parler de lui aujourd’hui grâce à l’étude réalisée par 5 étudiants en aéronautique du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et relayée par le Time notamment.

Ces derniers ont étudié les données scientifiques disponibles sur le projet et leurs conclusions ne sont pas réjouissantes pour les premiers colons de Mars. Dans un rapport de 35 pages, les étudiants détaillent les raisons probables de l’échec de l’expédition.

La mission est censée être auto-suffisante, les personnes sur place devant cultiver eux-même leur nourriture. Cependant, les scientifique soulignent que ce jardinage martien engendrera une quantité d’oxygène trop importante pour un milieu fermé ce qui deviendra toxique à terme et créera des risques d’explosions. La technologie permettant d’équilibrer cette atmosphère trop chargée « n’a pas encore été trouvée ».

Par ailleurs, les moyens technologiques sur place étant limités, des envois réguliers de pièces détachées sont prévus tout au long de la mission, néanmoins leur acheminement s’avérera difficile – compte tenu de la distance entre la Terre et Mars, le premier voyage doit durer 7 mois – et surtout coûteuse : « dans le scénario le plus optimiste », les auteurs tablent sur 4,5 milliards de dollars pour commencer, d’autres expéditions étant prévues au fur et à mesure de l’envoi d’autres équipages.

mars-one-sm-jpg
Mars One

MIT-Mars-One-02
Pour finir, cette sentence définitive : le premier colon devrait mourir d’asphyxie et de famine au bout de 68 jours de mission. Une étoile filante en somme.
En réaction à la publication du rapport, Bas Lansdorps, l’homme à l’origine de Mars One, a concédé : « Ils ont raison, le plus grand défi de Mars One est de garder tout en état de marche » au magazine scientifique Popular Science.

Cependant, alors qu’il s’est alloué les services des meilleurs spécialistes, ils réfutent les chiffres avancés par les étudiants affirmant qu’ils ont mal utilisés les données disponibles.
Concernant la technologie censée équilibrer la quantité d’oxygène présente et « pas encore trouvée », il se veut optimiste en rétorquant que cette technologie de ventilation existera d’ici là. Ce à quoi les scientifiques lui répondent qu’elle n’aura été testée que dans des conditions terrestre, son fonctionnement sur Mars est donc de l’ordre de l’expectative.
Des questions, des doutes et une fin express qui auront peut-être raison de la motivation de nos futurs colons martiens. Gageons qu’ils y ont réfléchi à deux fois.

Enfin, quand on se remémore l’idée de base de Mars One, faire de l’expédition une télé-réalité afin de pourvoir à son financement, on se dit que le programme s’annonce épique… et glauque si ces prévisions sont avérées !

Grâce à Total Recall au moins, on connait déjà la fin…

Source: Source