[L’origine du monde] L’Art contre la censure de Facebook

Business

Par Pierre le

Lorsque Gustave Courbet a peint son tableau L’origine du monde en 1866, il ne s’imaginait certainement pas qu’il allait peut-être mettre à mal la politique de Facebook 150 ans plus tard. Pourtant, ce tableau pourrait signer un tournant la politique de confidentialité de Facebook.

LOrigine-du-monde-de-Gustave-Courbet

Tout commence en 2011 lorsqu’un instituteur place sur son profil une photo du tableau de Courbet. Ni une ni deux, Facebook suspend son compte pour publication d’image pornographique. Le réseau social interdit en effet toute image dite NSFW. Placez un bout de téton sur votre mur et vous subirez le courroux de Mark Zuckerberg. Mais voilà, Facebook ne fait pas la différence entre porno et art.

L’instituteur, bien remonté contre le réseau, a donc porté plainte contre la firme américaine. En janvier dernier, l’avocate de Facebook, qui n’est plus installé en France, a indiqué que son client ne risquait rien face à la Justice Française. En effet, elle a précisé que seule la Justice Californienne était compétente pour juger l’affaire. Et comme Facebook jouerait à domicile, il ne risquait pas grand-chose… De plus, l’argument principal de la défense était simple : si l’instituteur s’était inscrit sur Facebook, c’est qu’il avait accepté la charte et ne devait donc pas publier des photos dites NSFW… artistiques ou pas.

fac

Mais rebondissement hier. Le tribunal de grande instance de Paris s’est déclaré compétent pour juger l’affaire. En clair, cela signifie que Facebook pourrait être contraint de réactiver le compte du plaignant. Ce dernier réclame également 20 000 € de dommages et intérêts.

Pourquoi c’est important ? Tout simplement car cela pourrait devenir une jurisprudence lors des prochaines plaintes contre Facebook. Le réseau social ne pourrait donc plus se cacher derrière la Justice américaine.

La France pourrait, à l’avenir, obliger les géants du web à disposer d’une base juridique en France. Une manière d’interpeller directement les sociétés en cas de litige. Ces sociétés ont pour habitude de se cacher derrière le droit américain. Et lorsque vous êtes un particulier français voulant porter plainte contre Facebook ou autre devant la justice américaine… hé bien bonne chance.

Source: Source